L'Opéra de Zürich annonce une riche saison 2020-2021

Xl_zurich

Malgré l'épidémie de coronavirus et les restrictions que cela engendre, la vie ne s'arrête pas à l'Opéra de Zürich qui poursuit ses représentations en en limitant le nombre de places (et quand bien même l'établissement a été contraint d'annuler son Bal de l'Opéra prévu le 14 mars). C'est dans cette atmosphère un peu particulière que la maison suisse vient d'annoncer sa prochaine saison qui ne compte pas moins de 16 nouvelles productions et 20 reprises, ainsi que de nombreux concerts et autres rendez-vous. De quoi redonner le sourire à son public.

La saison s'ouvrira ainsi par une nouvelle production de Boris Godunov dans une mise en scène de Barrie Kosky et avec Michael Volle dans le rôle-titre, lui qui avait offert son premier Nabucco sur cette scène en 2019. Le même soir de Première se tiendra également Le vaillant petit tailleur (Das tapfere Schneiderlein) de Wolfgang Mitterer, un opéra pour enfant d'après le conte des frères Grimm qui intègre des marionnettes dans la mise en scène de Kai Anne Schuhmacher... Deux autres productions suivront : Les vêpres siciliennes et Die Csárdásfürstin (Princesse Czardas) dont les grandes premières se tiendront respectivement pour juin-juillet et avril-mai 2020. On notera d'ailleurs des distributions quasi-similaires pour Les vêpres : Maria Agresta, Judith Schmid, Quinn Kelsey ou encore Bryan Hymel retrouveront ainsi la mise en scène de Calixto Bieito mais aussi la direction de Fabio Luisi. De même pour Die Csárdásfürstin dont la distribution est inchangée d'une saison à l'autre. Jan Philipp Gloger et Ulf Schirmer resteront ainsi à la tête de la production, scéniquement et musicalement, tandis qu'Annette Dasch, Pavol Breslik, Spencer Lang ou encore Rebeca Olvera retrouveront leurs rôles respectifs.

Donizetti sera ensuite à l'honneur avec la Maria Stuarda imaginée par David Alden en 2018 qu'avait alors transcandé Diana Damrau, que l'on s'impatiente déjà de retrouver à nouveau dans le rôle-titre. Nicolas Testé reprendra son rôle de Talbot tandis que Salome Jicia interprétera Elisabetta. Suivra L'Elixir d'amour signé par Grischa Asagaroff, déjà donné en 2015 et repris à la Scala en 2015 et 2019Mané Galoyan et Mauro Peter seront Adina et Nemorino face au Dulcamara d'Erwin Schrott. Le compositeur reviendra également plus tard dans la saison, en mars-avril, avec Don Pasquale. Sesto Quatrini dirigera la fosse et Christof Loy la scène dans la reprise de cette production créée en décembre 2019 (qui signait alors la prise de rôle de Julie Fuchs en Norina). Cette fois-ci, le rôle sera interprété par Aleksandra Kubas-Kruk, tandis que Pietro Spagnoli prêtera sa voix au rôle-titre et Edgardo Rocha à Ernesto. La maison suisse poursuivra son exploration des oeuvres de Donizetti avec deux nouvelles productions, la première de Viva la mamma, oeuvre dont l'Opéra de Lyon avait participé avec brio à la redécouverte en 2017. Ici, point de Laurent Pelly aux commandes, mais Mélanie Huber, avec Lina Dambrauskaité en Primadonna et Andrew Moore en truculente - du moins on l'espère - mamma. Lucia di Lammermoor viendra clore ce marathon donizettien dans une mise en scène de Tatjana Gürbaca, grande habituée de la maison. Speranza Scappucci dirigera la fosse ainsi que le plateau où Lisette Oropesa tiendra le rôle-titre, Massimo Cavalletti celui d'Enrico Ashton et Piotr Beczała celui d'Edgardo.

Les amateurs d'opéras italiens trouveront également leur plaisir avec Verdi et la nouvelle production de son Simon Boccanegra imaginée par Andreas Homoki et dirigée par Fabio Luisi tandis que Christian Gerhaher tiendra le rôle-titre et Jennifer Rowley celui de sa fille. Don Carlo sera à l'affiche en fin de saison dans la reprise du travail de Sven-Eric Bechtolf que certains ont déjà pu voir en 2016. L'oeuvre sera donnée dans sa version italienne avec Marcelo Álvarez en Don Carlo face au Rodrigo de Simon Keenlyside et Ludovic Tézier ainsi qu'à la Elisabetta de Tatiana Serjan, qui a déjà connu un grand succès in loco dans le rôle de Lady Macbeth.

Rossini sera également de la partie avec son Voyage à Reims dans la reprise de la production créée par Christoph Marthaler en 2015-2016, emmenée ici par Anna Aglatova. Le Barbier de Séville comptera lui aussi parmi les titres de la saison et sera l'occasion pour Alasdair Kent de faire ses premiers pas en comte Almaviva et Aigul Akhmetshina ses premiers pas sur la scène zürichoise, tandis que Konstantin Shushakov et Dean Murphy seront Figaro. La Donna del lago résonnera en version concertante sous la direction d'Antonino Fogliani. Edgardo Rocha devrait être un beau Giacomo V face à l'Elena de Karine Deshayes et au Malcolm de Vivica Genaux.

Citons également parmi les opéras italiens la rare Olimpiade de Pergolèse qui raconte l'histoire de Licida/Filinto, Argene, Megacle et Aristea, entre Jeux, amour, secrets de famille et identités cachées... jusqu'à un joyeux dénouement final où les couples se reforment. Sous la baguette d'Ottavio Dantone et la direction de David Marton, Carlo Allemano sera Clistene, Sophie Junker, Argene, Anna Bonitatibus, Licida, et Vivica Genaux, Megacle.

Andreas Homoki reprendra sa production des Puritains de Bellini en février-mars 2021, avec notamment Lawrence Brownlee et George Petean en Arturo et Riccardo face à l'Elvira d'Irina Lungu qui devrait être une belle source de satisfaction. Enfin, dernier opéra signé d'un compositeur italien sur lequel nous nous arrêterons : la Madama Butterfly imaginée par Ted Huffman que nous avons déjà pu voir à Montpellier en octobre 2019 sera dirigée en fosse par Marco Armiliato. C'est à Ana María Martínez qu'incombera l'interprétation de l'héroïne qu'elle connaît pour l'avoir déjà chantée, comme à Paris en 2019.

Parallèlement à ces oeuvres italiennes se trouveront quelques classiques français, tels que Manon dans la mise en scène de Floris Visser que nous avons vue en 2019. Vannina Santoni et Benjamin Bernheim formeront le jeune couple au centre de l'opéra. L'Opéra de Zürich reprendra également Werther du même compositeur que Tatjana Gürbaca avait créé en 2017 et que nous avons vu à Strasbourg l'année suivante. Stéphanie d'Oustrac reprendra le rôle de Charlotte dans lequel nous l'avons vue pour sa prise de rôle en 2018 à Nancy. Elle aura face à elle le Werther de Charles Castronovo, tandis que Sandra Hamaoui interprétera Sophie. Enfin, la maison proposera une nouvelle production des Contes d'Hoffmann signée Andreas Homoki, sous la direction d'Antonino Fogliani. Saimir Pirgu tiendra le rôle du poète tandis que, contrairement à ce que l'on voit souvent aujourd'hui, les quatre femmes dont il tombe amoureux seront bien interprétées par quatre cantatrices : Katrina Galka, Ekaterina BakanovaErica Petrocelli et Lauren Fagan. A contrario, Andrew Foster-Williams sera bien les quatre "démons" alors que la Muse et Nicklausse auront les traits d'Alexandra Kadurina.

La reprise de l'Alcina de Christof Loy devrait être l'un des temps forts de la saison. Cecilia Bartoli reprendra le rôle-titre qu'elle a déjà tenu dans cette production en 2016-2017 ou encore en 2018 au TCE. Elle retrouvera sur scène Magdalena Kožená en Ruggiero, Sandrine Piau en Morgana ou encore Samuel Boden en Oronte. Le Sweeney Todd de Bryn Terfel devrait lui aussi avoir un bel attrait, toujours dans la mise en scène d'Andreas Homoki.

Trois autres nouvelles productions viendront s'y ajouter, à commencer par Orphée et Eurydice de Glück, mis en scène par Christoph Marthaler, dirigé par Stefano Montanari, Nadezhda Karyazina en Orphée et Chiara Skerath en Eurydice. Amerika de Roman Haubenstock-Ramati dans une mise en scène de Sebastian Baumgarten comptera également parmi ces titres, de même que le Capriccio imaginé par Christof Loy dans lequel le public pourra entendre Julia Kleiter et Markus Eiche. Enfin, la saison se cloturera non par une nouvelle production mais par l'Idomeneo de Jetske Mijnssen sous la baguette de Giovanni Antonini. Sergey Romanovsky y tiendra le rôle-titre aux côtés de l'Idamante d'Olivia Vermeulen et de l'Ilia de Lauren Snouffer.

Plus d'informations sont disponibles sur le site officiel de l'Opéra de Zürich.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading