Christoph Willibald Gluck

Informations Biographie et œuvres
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Date de naissance :01/01/1714
  • Date de décès :01/01/1787
  • Nationalité :Autriche

Biographie

L_gluck2

"J'ai cherché à réduire la musique à sa véritable fonction, celle qui consiste à seconder la poésie afin de renforcer l'expression émotionnelle et l'impact des situations dramatiques sans interrompre l'action et sans l'affaiblir par des ornements superflus." Gluck

Issu d'une famille au service du prince Lobkowitz, son père est maitre des forêts, Christoph Willibald Gluck (1714-1787) entre au service du prince Melzi qui l'emmene en Italie. En 1741, il compose son premier opéra Artaserse, du pur bel canto sur un livret de Métastase, qui sera suivi d'une dizaine sur le même canevas.

Une honorable carrière lui fait parcourir l'Europe. C'est à Vienne qu'il rencontre le poéte Ranieri Da Calzabigi. Ensemble, ils signent Orfeo ed Euridice en 1762, puis Alceste (1767) directement inspirée de thèmes issus de la culture antique, témoignent d’une vision nouvelle de la scène lyrique, la tentative de production d’une forme qui puisse rivaliser avec la tragédie grecque à laquelle ses opéras empruntent largement les thématiques.

Sur demande de Marie Antoinette qui fut l'un de ses plus fervents soutiens, il arrive à Paris où il nourrit la fameuse querelle des bouffons opposants les gluckistes aux piccinistes, les premiers s'élevaient contre les conventions paralysantes du discours baroque. Son refus radical des pyrotechnies vocales au profit d’une simplicité frisant parfois l’austérité explique le relatif discrédit que connait l'essentiel de son œuvre.  Avec ces trois chefs d'ouevres, Iphigénie en Aulide (1774), Armide (1777) et Iphigénie en Tauride (1779), il pousse plus loin ses innovations comme la simplification radicale de l’action, de la forme et de la facture musicale Ils ouvrent la voie à une esthétique du sublime caractéristique de cette époque de passage entre deux âges de l’opéra.

Après plus de  107 opéras produits, Gluck revient à Vienne où il meurt en 1787.

Commentaires

Loading