Les Puritains - I puritani

Informations Description Commentaires
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Vincenzo Bellini
  • Librettiste :Carlo Pepoli
  • Année de création :1835
  • Lieu de création :France
  • Nombre d'acte :3
  • Langue originale :Italien
  • Maison d'opéra de la production originale :Théâtre Italien de Paris

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 Acte 3

Le dernier opéra de Vicenzo Bellini, I Puritani, est l’un des rares opéras du compositeur (avec Norma et La Sonnambula) qui soit encore régulièrement à l'affiche des grandes maisons d'opéra, et ce malgré deux grands handicaps. D’abord la faiblesse insigne du livret, plein d'incohérences comme le fait de laisser l'ennemi politique seul avec la prisonnière ou encore l'improbable « happy end » et des personnages peu intéressants sur un plan dramatique. Et ensuite de trouver un quatuor vocal de qualité exceptionnelle car les quatre rôles principaux sont parmi les plus difficiles du répertoire belcantiste : une soprano colorature dont la scène de folie n'a d'équivalent que celle de Lucia de Lammermoor, un ténor qui doit assurer dans le registre suraigu avec notamment un contre-fa en fin de l'œuvre, un baryton auquel on demande à la fois une ligne de chant typique de l'opéra belcantiste, des vocalises rossiniennes et des notes graves habituellement réservées aux basses et une basse qui doit allier un timbre sombre et un registre de baryton, chantant le plus clair de son rôle sur les notes de passage. Mais pour les contrebalancer, il y a le génie musical de Bellini, qui aura donné à ses chanteurs quelques-unes des plus belles pages de l'opéra italien du XIXème siècle, le genre de mélodies qui restent dans la tête, comme les airs d'entrée de Riccardo et d'Arturo, la magnifique scène de folie ou le duo final du deuxième acte.

Résumé

Dans le château de Lord Valton, un partisan de Cromwell, on s'apprête à célébrer le mariage de la fille de celui-ci Elvira avec Arturo, pourtant partisan des Stuart. Arturo découvre que la reine Enrichetta a été faite prisonnière et que Valton doit l'amener à Londres pour qu'elle soit jugée et exécutée. Il fait s'échapper la reine et prend la fuite avec elle. Se croyant trahie Elvira perd alors la raison. Quelques mois plus tard, alors qu'Arturo a été condamné à mort par contumace mais qu'il a réussi à échapper à la justice de Cromwell il retrouve Elvira qui finit par le reconnaître et retrouve la raison. Les soldats de Valton les rattrapent mais en fin de compte un message apprend qu'Arturo a été gracié et que plus rien ne s'oppose désormais au mariage.

Acte 1

En Angleterre en 1649, en pleine guerre civile entre les Puritains – républicains et partisans d'Oliver Cromwell – et les Cavaliers – fidèles à la royauté et aux Stuart –, l'heure est aux réjouissances dans le château du Puritain Lord Gualtiero Valton qui s'apprête à donner sa fille Elvira en mariage à Lord Arturo Talbo, bien que celui-ci soit membre du parti des Cavaliers. Sir Riccardo Forth (baryton) est désespéré de devoir renoncer à Elvira dont il est éperdument amoureux ("Ah per sempre io ti perdei"). De son côté, Elvira (soprano) est également en proie au désespoir croyant que son père veut la forcer à épouser Riccardo. Mais son oncle Giorgio (basse) vient lui annoncer la bonne nouvelle : c'est bien l'homme qu'elle aime, Arturo, qu'elle va épouser (duo : "Sai com' arde in petto moi"). Ceci est confirmé par l'arrivée d'Arturo lui-même (ténor), à qui un sauf-conduit a été octroyé et qui vient déclarer sa flamme à son aimée ("A te o cara"). Lord Valton (basse) doit se rendre d'urgence à Londres pour y escorter une prisonnière. Restant seul avec cette dernière, Arturo reconnait en elle la reine Enrichetta di Francia (mezzo-soprano). En tant que royaliste, il se fait un devoir de la sauver et le retour d'Elvira ("Son vergin vezzosa") lui souffle une idée. Il va recouvrir la reine d'un voile blanc et lui faire quitter le château en la faisant passer pour Elvira. Riccardo tente de s'interposer, reconnaissant la prisonnière sous le voile, mais décide de les laisser s'enfuir, y voyant un moyen de reconquérir Elvira. Lorsque cette dernière apprend le départ de son fiancé, elle se croit trahie et perd la raison.

Acte 2

Dans le château de Valton, l'heure est à présent à la consternation, d'autant que Giorgio vient confirmer la triste nouvelle de l'état de santé mentale d'Elvira ("Cinta di fiori"). Tous maudissent l'infâme Arturo, et Riccardo vient annoncer que son sort est scellé : le parlement a signé sa condamnation à mort. Riccardo et Giorgio voient alors arriver Elvira, perdue, ne reconnaissant plus personne et toujours en l'attente du retour imminent d'Arturo ("Qui la voce sua soave"). Une fois Elvira repartie, Giorgio se tourne alors vers Riccardo et le supplie de sauver son rival, seul moyen de sauver également la malheureuse Elvira (duo : "Il rival salvar tu dei"). Tout d'abord réticent, Riccardo se laisse finalement émouvoir et tous deux finissent par se réjouir de la grande bataille qui les opposera aux Cavaliers le lendemain à l'aube ("Suoni la tromba").

Acte 3

Dans un jardin près du château, Arturo qui pendant trois mois a réussi à échapper aux Puritains, se cache tout en espérant revoir Elvira qu'il n'a jamais cessé d'aimer. Celle-ci paraît justement et Arturo peut enfin s'expliquer, contribuant à ramener Elvira à la raison (duo : "Nel mirarti un solo istante"). La joie sera néanmoins de courte durée puisque les deux amants sont rejoints par les gardes menés par Riccardo. Lorsque celui-ci vient signifier à Arturo sa condamnation à mort, Elvira chancelle et Arturo demande alors aux Puritains de montrer de la compassion pour la malheureuse ("Credeasi misera").

Heureusement, un dernier coup de théâtre permettra de sauver la situation : un message parvient de Londres, annonçant une amnistie générale et donc la grâce pour Arturo. Il pourra donc épouser Elvira dans des réjouissances générales.

Commentaires (1)

Loading