Alcina - Alcina

Informations Description Extraits
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 Acte 3

Alcina, après Orlando et Ariodante, est le troisième opéra de Haendel inspiré d’Orlando Furioso de l’Arioste. Et l’un des plus beaux, tant il conjugue à merveille une richesse mélodique admirable et une tension dramatique indéniable portée par une intrigue d’une absolue complexité. Haendel réussit à se plier aux impératifs de l’opéra séria tout en révélant la diversité, l’évolution et la fragilité des différents personnages. Incontestable succès populaire à ses débuts, cet ouvrage tomba dans l’oubli et ne fut repris en Angleterre qu’en 1957 avec Joan Sutherland dans le rôle titre.

Résumé

Bradamante, accompagnée de son précepteur Melisso, se lance à la recherche de son fiancé Ruggiero que la magicienne Alcina a ensorcelé pour le retenir sur son île. Bradamante et Melisso font naufrage… sur l’île enchantée d’Alcina où ils rencontrent d’abord Morgana, la sœur de la magicienne – qui s’éprend de Bradamante, dissimulée sous les apparences d’un homme, le beau Ricciardo. A la cour d’Alcina, Ruggiero a complètement oublié Bradamante pour la belle qui le tient prisonnier de ses enchantements amoureux. Oronte, chef des armées de la magicienne, est, lui, amoureux de Morgana. Par jalousie, il fait croire à Ruggiero qu’Alcina lui préfère désormais Ricciardo, identité sous laquelle continue de se cacher Bradamante… qui finit par révéler la vérité à Ruggiero en espérant le délivrer de l’emprise néfaste de la magicienne. Mais Ruggiero ne croit pas Bradamante. Il reste sous l’emprise des sortilèges d’Alcina, qui le  rassure sur ses sentiments. C’est alors que Melisso intervient et parvient à soustraire Ruggiero au charme envoûtant de la magicienne, désespérée de voir son amant lui échapper. Oronte avertit Alcina que Ruggiero va quitter son île. Morgana a compris sa méprise en voyant  Ruggiero aux pieds de Bradamante, qui a retrouvé sa véritable apparence. Les sortilèges et leur cortège de faux-semblants et d’illusions sont sur le point de se dissiper. Morgana supplie Oronte de lui pardonner sa trahison tandis que Ruggiero reste désormais sourd aux prières d’Alcina, laquelle n’a pas dit son dernier mot. Alors que Ruggiero et Bradamante s’apprêtent à livrer un dernier combat contre elle, la magicienne place ses derniers espoirs dans l’urne magique qui abrite ses pouvoirs. Mais l’urne est brisée par Ruggiero : Alcina et sa sœur Morgana sont définitivement vaincues. Le palais magique d’Alcina s’effondre. Tous ses anciens prétendants qu’elle avait transformés en rochers, en arbres ou en animaux, reprennent forme humaine. L’amour a mis fin au règne de la terrible magicienne.   

Acte 1

Sur son île enchantée, la magicienne Alcina (soprano) a envouté le chevalier Ruggiero (mezzo-soprano) qu’elle aime.
La fiancée de Ruggiero, Bradamante (alto) est partie à sa recherche, sous l’apparence de son propre frère Ricciardo et en compagnie de Mellisso (basse), son tuteur.
La sœur d’Alcina, Morgana (soprano) découvre Bradamante/Ricciardo et en tombe amoureuse.

Acte 2

Mellisso remet à Ruggiero un anneau magique qui lui révèle la vérité sur Alcina et lui fait retrouver la raison. Bradamante/Ricciardo dévoile sa véritable identité mais son amant croit d’abord à une ruse d’Alcina, avant de s’enfuir, convaincue. Trahie, Alcina invoque alors les puissances maléfiques qui ne lui répondent plus.

Acte 3

Alcina est vaincue, ses pouvoirs disparus; Morgana s’est fait pardonner son inconstance. Ruggiero et Bradamante brise l’urne qui abritait les charmes méphitiques. Le père du jeune Oberto, reprend alors visage humain. Le bien et l’amour peuvent enfin triompher. 

Pour aller plus loin

Alcina occupe une place singulière dans la carrière de Haendel (1685-1759). Parmi ses quarante opéras, c’est le quatrième qui fait appel aux sortilèges de mondes enchantés où règne une magicienne. C’est le troisième dont le sujet trouve sa source dans L’Orlando furioso, le célèbre poème épique écrit parl’Arioste au début du XVIème siècle. C’est le deuxième écrit pour le public du nouveau théâtre de Covent Garden, inauguré en décembre 1732. Et c’est enfin le dernier grand succès londonien du compositeur. Fait rare à l’époque, il restera à l’affiche durant 18 jours. A l’instar d’Alcina, séduisante et changeante magicienne métamorphosée par l’amour, Haendel est au cœur d’un univers musical ensorcelant qui se prête à toutes les attentes du spectateur...
Lire la suite...

Extraits

Mode immersif

Commentaires

Loading