Renaissance du "Primo Guido Cantelli" pour le centenaire du chef

Xl_cantelli

Le 24 novembre 1956 disparaissait dans le tragique accident d'avion à Orly le jeune chef italien Guido Cantelli, âgé de seulement 36 ans, alors qu'il se rendait à New York afin de diriger l'orchestre philharmonique de la ville. 

Originaire de Novare, il avait étudié au conservatoire de Milan, notamment le piano mais aussi la composition d'orchestre et la direction. Il connut le régime fasciste auquel il avait refusé d'adhérer, lui valant une déportation en camp de travail. Evadé puis capturé, il survit à la guerre grâce à l'arrivée des forces alliées, puis reprend sa carrière musicale. Celle-ci se développe rapidement, et il est amené à diriger des représentations au théâtre de la Scala de Milan, avant de prendre la tête de l'orchestre symphonique de la NBC à New York, sous l'invitation d'Arturo Toscanini qui le considérait comme son héritier spirituel. D'ailleurs, comme lui, Guido Cantelli préférait diriger sans partition. Le 15 janvier 1949, cette direction new-yorkaise marque ses débuts internationnaux et cinq ans plus tard, le public anglais le retrouve au festival d’Édimbourg pour le Requiem de Mozart. L'année suivante, il débute à Londres une histoire avec l'Orchestre Philharmonia qui durera le temps de nombreux enregistrements.

Le 16 novembre 1956, il est nommé directeur musical de la Scala, ce qui le pousse à se désengager, en vain, de l'orchestre philharmonique de New York. Il n'y parvient pas, rendant sa mort d'autant plus tragique. Un coucours de direction d'orchestre fut créé en son honneur en 1961 dans sa ville natale de Novare afin de récompenser les jeunes chefs. Parmi les lauréats, nommons Riccardo Muti (1967), mais aussi Eliahu Inbal (1963), Adam Fischer et Lothar Zagrosek (1973), Hubert Soudant (1975), ou encore Donato Renzetti (1980). Le concours prit malheureusement fin après la dixième édition.

Toutefois, après 40 ans, le concours internationnal Guido Cantelli est ressuscité pour célébrer le centenaire de la naissance du chef italien, toujours dans le but de mettre en lumière les jeunes talents au sein de la ville de Novare. Les candidatures sont ouvertes depuis le 1er mars et jusqu'au 30 avril aux chefs de toutes les nationalités, et âgés de 18 à 35 ans. Une présélection se fera par les chefs d'orchestre Matteo Beltrami, Jordi Bernàcer et Antonino Fogliani, sur dossier. Les noms des heureux élus seront communiqués le 17 juin, avant qu'ils ne se retrouvent pour une demi-finale du 9 au 12 septembre sur le podium de l'Orchestre del Teatro Regio de Turin. La finale du concours se tiendra ensuite le 13 septembre à Novare, où les finalistes interpréteront le même programme que Cantelli lors de son dernier concert, à savoir la Symphonie n°1 de Johannes Brahms, La Valse de Ravel et Don Juan de Richard Strauss. Une autre belle manière de lui rendre hommage.

Le jury sera présidé par Donato Renzetti, le dernier chef d'orchestre à avoir remporté le Premio Cantelli en 1980, marquant ainsi la continuité du projet. Il se composera, outre les noms déjà mentionnés, de Gabriel Chmura (médaillé d'or de Premio Cantelli, directeur artistique de l'Opéra de Poznan et premier chef invité de l'Orchestre philharmonique de Cracovie), Nazzareno Carusi (pianiste), José Luis Gómez (directeur musical de l'Orchestre philharmonique de Tucson), Sebastian F. Schwarz (surintendant et directeur artistique du Teatro Regio de Turin), Didier de Cottignies (directeur artistique de l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo), Christoph Becher (directeur de l'ORF - Orchestre symphonique de la radio de Vienne) et Sophie de Lint (directrice de l'Opéra national d'Amsterdam).

Enfin, outre l'hommage et la renommé du concours, les candidats seront également amenés à se partager les dotations du concours : le premier prix qui s'élève à 12 000 euros, en plus de contrats avec d'importants orchestres internationaux ; un prix de la critique d'une valeur de 3 000 euros décerné par un jury dont les membres sont Angelo Foletto (La Repubblica), Enrico Girardi (Il Corriere della Sera), Elvio Giudici (Il Giorno), Alberto Mattioli (La Stampa) et Carla Moreni (Il Sole 24 Ore) ; ainsi qu'un prix Jeunesse de 1 000 euros décerné par un jury composé de collégiens qui assisteront à la finale et voteront pour leur candidat préféré, et enfin un Prix spécial de la ville de 2 000 euros, décerné pour sa part par Ettore Borri, l'Association Amici della Musica « Vittorio Cocito » et le Conservatoire « Guido Cantelli » de Novara.

Plus d'informations sont disponibles sur le site officiel du concours.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading