Opéra de Paris 2020-2021 : entre nouvelles productions et voix d'envergure

Xl_paris_2021

Comme les années précédentes, la programmation de la prochaine saison de l'Opéra National de Paris fait l'objet d'indiscrétions depuis quelques jours, mais elle est maintenant officiellement détaillée sur le site officiel de la maison parisienne. On y constate d'abord que comme l'avait laissé entendre Stéphane Lissner, le directeur de l'établissement, les semaines de grèves ayant touché l'Opéra ont contraint la maison à renoncer à plusieurs des productions de la saison prochaine. Ainsi, point de Fin de partie, créée à la Scala en novembre 2018 et coproduite par l'Opéra de Paris ; ni de Jenufa qui aurait dû être mise en scène par Krzysztof Warlikowski... Toutefois, pour son ultime saison à la tête de l'institution parisienne, Stéphane Lissner est parvenu à sauver vingt productions, incluant plusieurs reprises portées des distributions d'envergure, permettant ainsi (certes de façon peut-être un peu forcée) une certaine rétrospective sur son mandat et d'inévitables économies sans pour autant pénaliser le public.

La saison s'ouvrira d'ailleurs par les 7 morts de Maria Callas, dont la création se tiendra le 11 avril prochain à Munich dans la mise en scène de Marina Abramović. Une entrée en matière peut-être un brin déconcertante compte-tenu de la forme hybride du projet, mais qui contribue sans doute à renouveler la programmation parisienne. Elle sera suivie par la légèreté de l'Elisir d'Amore imaginée par Laurent Pelly (déjà donnée en 2015 et que nous avions chroniquée, puis en 2018) mais cette fois avec une la pétillante Adina de Julie Fuchs tandis que Bryn Terfel sera Dulcamara. On ne présente plus non plus la Carmen signée par Calixto Bieito créée en mars 2017, déjà reprise en avril-mai 2019. On y retrouvera les Carmen de Clémentine Margaine, Elīna Garanča et Varduhi Abrahamyan face aux Don José de Vittorio Grigolo et Charles Castronovo. Pas non plus de grande découverte avec la Flûte enchantée de Robert Carsen que nous avions vue en 2017 et qui accueille une distribution de (jeunes) interprètes de la scène française : Stanislas de Barbeyrac dans le rôle de Tamino aux côtés de Cyrille Dubois, ainsi que Sabine Devieilhe qui reprendra le rôle de la Reine de la Nuit qu'elle partagera avec Nina Minasyan. Le reste de la distribution comptera également Julie Fuchs, Florian Sempey et Nicolas Testé.

Le Capriccio du même metteur en scène reviendra également sur la scène du palais Garnier où nous l'avions vue en 2016, mais cette fois avec Diana Damrau en Comtesse et de Wolfgang Koch en Comte. Autre reprise dont la distribution a de quoi allécher le public : la Tosca de Pierre Audi vue en 2014 et 2016. Pour l'occasion, Stéphane Lissner a réuni Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak, puis Michael Fabiano et Maria Agresta pour interpréter le couple Mario Cavaradossi / Floria Tosca. Et pour ne rien gâcher, Ludovic Tézier sera aussi de la partie en juin en Scarpia. Pour les reprises, on comptera également sur La Traviata de Simon Stone créée en septembre 2019, Le Trouvère imaginé par Alex Ollé vu notamment en 2016, ou Iphigénie en Tauride créée en 2006, faisant alors scandale contrairement à son retour en 2016. Reste la très belle La Fille de Neige imaginée par Dmitri Tcherniakov qui nous avait fait fondre lors de sa création en 2017, déjà avec l'éblouissante Aïda Garifullina. On ne peut donc que de réjouir de la voir reprendre le rôle-titre, aux côtés entre autres de la Dame Printemps de Marie-Nicole Lemieux.

De nouvelles productions viendront par ailleurs se mêler à ces nombreuses reprises, comme le Ring au complet en principe initié cette année et annoncé sous forme de festival (mais Siegfried et Le Crépuscule des Dieux sont également disponibles à d'autres dates). L'absence de la distribution sur le site de l'Opéra peut laisser penser qu'il s'agira là en réalité des productions du festival scénique devant débuter le mois prochain dans la mise en scène de Calixto Bieito. L'Aida imaginée par Lotte de Beer et dirigée par Michele Mariotti devrait être un temps fort de l'année, d'autant plus qu'elle réunira notamment Elīna Garanča, Sondra Radvanovsky, Jonas Kaufmann et Ludovic Tézier. Benjamin Bernheim a déjà partagé son plaisir de retrouver le personnage de Faust dans l'oeuvre de Gounod, dans la mise en scène par Tobias Kratzer qui a déjà fait montre de son talent, notamment dans un Guillaume Tell très intéressant à Lyon cette saison. Les autres interprètes de la distribution ont également de quoi rendre la proposition très alléchante, puisqu'elle compte Ildar Abdrazakov, John Relyea, Florian Sempey, Ermonela Jaho, Anita Hartig ou encore Sylvie Brunet‑Grupposo.

Enfin, deux nouvelles productions viendront clore la saison, avec tout d'abord La Dame de Pique signée Dmitri Tcherniakov, ainsi que Le Soulier de satin, en création mondiale, d'après l'oeuvre de Claudel (déjà portée au cinéma en 1985 par Manoel de Oliveira). Ce drame mystique, d'une durée originelle d'environ onze heures dans sa version théâtrale, relate l'amour impossible entre Doña Prouhèze et le capitaine Don Rodrigue sur vingt ans, durant la Renaissance. Elle fait notamment apparaître de nombreux personnages, dans divers pays, dialoguant parfois entre la Terre et le Ciel. Porter cette oeuvre à l'opéra devrait ainsi lui offrir un second souffle et une dimension supplémentaire qui a de quoi piquer la curiosité des amateurs. Composée et dirigée par Marc-André Dalbavie, elle sera mise en scène par Stanislas Nordey, tandis qu'un plateau majoritairement francophone et séduisant se mêlera également à la fête : Eve-Maud Hubeaux, Jean-Sébastien Bou, Yann Beuron, Nicolas Cavallier, Julien Dran, mais aussi Luca Pisaroni, Max Emanuel Cenčić, Vannina Santoni ou Béatrice Uria‑Monzon. Un autre temps fort de la saison, à n'en pas douter !

De quoi finir en beauté une programmation qui, finalement, se révèle riche malgré les contraintes budgétaires et qui inscrit cette dernière saison signée Stéphane Lissner dans la continuité des précédentes : accueillant à la fois des metteurs en scène innovants et la plupart des plus grands voix internationales.

Plus d'informations sur le site officiel de l'Opéra de Paris.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading