Tosca - Tosca

Informations Description Extraits
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 Acte 3 Pour aller plus loin

Une diva, héroïne d’opéra ? Voici la belle et sanguine Tosca, personnage le plus saisissant né de la plume de Puccini, qui s’inspire d’un personnage créé au théâtre par la grande Sarah Bernhardt. Avec Rome en toile de fond, l’opéra tisse une histoire d’amour et de politique des plus réalistes, sur laquelle plane, dès le lever de rideau, la figure du terrifiant chef de police Scarpia, dont le poison contamine peu à peu cet oppressant huis clos.
Tosca, ce sont deux heures d’action et de passion coulées dans un lyrisme torrentiel et une orchestration luxueuse, sur un livret qui a l’efficacité d’un scénario de cinéma. Art, amour, religion, sadisme, complots… Tous les ingrédients du parfait mélodrame s’entremêlent et résonnent avec une force et une modernité intactes.

Résumé

À Rome en 1800, le peintre Mario Cavaradossi vient en aide à un prisonnier politique en fuite, Angelotti, ancien consul de la République, activement recherché par Scarpia, le redoutable chef de la police qui traque tous les partisans de la liberté. Le geste généreux de Cavaradossi va avoir de terribles conséquences. Scarpia, faux dévot sans scrupule, convoite depuis longtemps la maîtresse du peintre, la belle cantatrice Floria Tosca. Quoi de plus facile pour cet habile manipulateur que d’utiliser la jalousie de l’ombrageuse Tosca pour reprendre Angelotti, perdre Cavaradossi et posséder enfin sa maîtresse ? Tosca sera le jouet des désirs et de la cruauté de l’implacable Scarpia jusqu’à l’instant où elle aura le courage de le poignarder pour se soustraire à un odieux marchandage. Quand Tosca croit pouvoir s’échapper avec Mario de cet univers de terreur, la mort les rattrape de la manière la plus cruelle.

Acte 1

Après s’être évadé de son cachot du château Saint-Ange,  Angelotti trouve refuge dans l’église Sant’Andrea della Valle où sa sœur, la marquise Attavanti, lui a caché des vêtements dans la chapelle qui lui appartient. Le peintre Mario Cavaradossi surprend le fugitif et lui propose généreusement son aide afin qu’il puisse échapper aux recherches des sbires du terrible chef de la police, Scarpia. Mais Mario doit veiller à ménager la jalousie maladive de sa maîtresse, la cantatrice Floria Tosca, qui le soupçonne d’entretenir une liaison avec la marquise Attavanti. D’autant qu’elle pense avoir reconnu ses traits dans le portrait de Marie-Madeleine auquel il travaille.  Entouré de ses hommes de mains, Scarpia fait son entrée dans l’église au milieu des préparatifs d’un Te Deum destiné à célébrer l’annonce d’une défaite de Bonaparte. Le machiavélique chef de la police est un faux dévot, littéralement embrasé par son désir pour Tosca. Il soupçonne Cavaradossi d’avoir prêté secours à Angelotti et il décide fort habilement d’exciter la jalousie de Tosca pour l’amener à trahir le secret de son amant, lequel a proposé à Angelotti de le cacher dans le puits de sa villa. Tandis que le poison du doute s’insinue en Tosca, Scarpia exulte à mesure que l’église s’emplit des accords majestueux du Te Deum. Il rêve de posséder enfin cette femme aveuglée par la jalousie. 

Acte 2

Au Palais Farnèse, le dîner de Scarpia est interrompu par l’arrivée de son âme damnée, Spoletta. Celui-ci avoue ne pas avoir retrouvé Angelotti. Mais il a arrêté Cavaradossi qui parlera certainement sous la torture. Tosca survient à la grande satisfaction de Scarpia qui va pouvoir la torturer moralement tandis que parviennent jusqu’à eux les cris de douleur de Mario interrogé par le bourreau dans une pièce voisine. Les souffrances infligées à son amant anéantissent les résolutions de Tosca qui finit par livrer le secret de la cachette d’Angelotti. Quand on ramène Mario couvert de sang dans le bureau de Scarpia, il comprend que sa maîtresse l’a trahi et la repousse. Un des sbires de Scarpia vient alors annoncer la victoire de Bonaparte à Marengo. Cavaradossi laisse éclater sa joie en clamant sa foi en la liberté. Scarpia ordonne immédiatement son exécution, au grand désespoir de Tosca, prête à tout mettre en œuvre pour sauver son amant. Scarpia se lance alors dans un odieux chantage : si Tosca se donne à lui, Mario aura la vie sauve. Tosca cherche vainement une consolation dans la prière. Spoletta vient annoncer le suicide d’Angelotti. Tout paraît perdu et la jeune femme cède en obtenant un sauf-conduit et la promesse d’un simulacre d’exécution pour sauver les apparences avant la libération définitive de Mario. Mais au moment où Scarpia veut s’emparer d’elle comme on se jette sur une proie, Tosca le poignarde avant de prendre la fuite.

Acte 3

Le jour se lève sur le Château Saint-Ange où Mario se prépare à mourir en évoquant les moments heureux passés avec Tosca pour laquelle il rédige une dernière lettre. Soudain, la jeune femme apparaît, triomphante, en lui expliquant que Scarpia a accepté de le gracier. Les deux amants pourront fuir après un simulacre d’exécution.  Impressionné par le courage de sa maîtresse qui lui avoue avoir tué le monstre, Mario finit par croire à un dénouement heureux. Hélas, l’exécution n’aura rien d’un simulacre et Mario tombe non pas comme « la Tosca sur scène », mais bel et bien abattu par les tirs du peloton d’exécution. On entend déjà les cris menaçants des hommes de Scarpia qui viennent de découvrir le cadavre de leur chef. Tosca se jette alors dans le vide depuis la terrasse du Château Saint-Ange en interpelant une dernière fois celui qui a brisé sa vie : «  Scarpia, rendez-vous devant Dieu ! ».

Pour aller plus loin

Au moment de la création de Tosca, le 14 janvier 1900, Giacomo Puccini règne en nouveau maître de l’opéra italien. La célébrité de celui qui s’impose comme le digne héritier de Verdi, s’étend au-delà de l’Italie, à travers l’Europe et jusqu’à la lointaine Argentine. Cependant son cinquième ouvrage commence par recevoir un accueil mitigé, tout à fait symptomatique du curieux paradoxe qui s’attache à l’ensemble de son œuvre. Lire la suite pour aller plus loin...

Extraits

Mode immersif

Commentaires

Loading