Coronavirus : tour d'horizon et point informatif sur les politiques des différentes salles

Xl_l1026273-750x499

Lundi, nous évoquions la situation dans le monde lyrique français quant aux interdictions de rassemblements de 1000 personnes et plus. Depuis, la situation a encore évoluée et la plupart des maisons commencent à informer les spectateurs, y compris à l'international.

En effet, les mesures préventives s'étendent elles aussi. Rappelons que l'Italie fut l'un des premiers pays européens touchés par l'épidémie de coronavirus, entraînant la fermeture de nombreux lieux publics, incluant le Teatro alla Scala de Milan, ainsi qu'on l'évoquait fin février. Au moins deux cas ayant été confirmés au sein de l'institution, la quarantaine du théâtre italien avait été prolongée et les représentations sont pour l'instant suspendues jusqu'au 3 avril inclu (voir sur le site officiel). En Allemagne, les fermetures de salles se multiplient également, à commencer par le Bayerische Staatsoper qui a annoncé que toutes les représentations jusqu'au 19 avril étaient annulées, de même que sur la grande scène de la Deutsche Oper Berlin, mais les spectacles prévus au Foyer et dans la "Tischlerei" sont pour leur part maintenus (voir sur le site officiel). Le Müpa de Budapest est également fermé jusqu'au 31 mars. 

En Autriche, le gouvernement a restreint le nombre de personnes pouvant se rassembler à seulement 100, ce qui entraîne inéluctablement la fermeture de très nombreux espaces culturels, dont évidemment le Theater an der Wien. Quant à l'Espagne, à son tour victime de l'épidémie, les précautions d'usage sont déjà adoptées : le Liceu de Barcelone a ainsi annoncé hier qu'il suspendait ses activités jusqu'au 26 mars. Point de Lohengin pour les trois premières dates prévues. Les répétitions du Monstre du labyrinthe ont également été suspendues, mais la présentation de saison prévue au Foyer le 18 mars est néanmoins maintenue (voir sur le site officiel). De son côté, le Teatro Real n'a encore fait aucune déclaration, mais la nouvelle production d'Achille in Sciro, très attendue puisque donnée pour la première fois sur cette scène dans le cadre de la redécouverte d'une oeuvre jouée pour la première fois en public, risque de pâtir de la situation (la Première est prévue le 17 mars). Les maisons européennes ne sont pas les seules touchées : outre la Corée, la Chine ou le Japon, l'Opéra d'Athènes suspend lui aussi les représentations de La Papesse Jeanne, mais le Metropolitan de New York annonce qu'aucune de ses représentations n'est pour le moment annulée – sur les réseaux sociaux, Anna Netrebko fait néanmoins planer un doute sur sa participation à la production de Tosca prévue à la fin du mois. Un concert a également dû être annulé à Montréal car deux musiciens français (David Grimal et Anne Gastinel) se sont retrouvés "confinés à Paris" en raison des mesures de sécurités actuelles.

Quid de nos salles françaises ? L'Opéra de Lyon a finalement réussi à statuer et annonce qu'aucune de ses productions ne sera annulée, ce qui est un soulagement pour la maison dont le festival débute demain. Toutefois, si Irrelohe et La Lune ne posent pas de problème particulier, ce n'est pas le cas pour Rigoletto où "compte tenu de l’état des ventes à la date de parution du décret, la limitation du nombre de places imposées entraîne l’annulation de certaines réservations : les spectateurs concernés par l’annulation de leurs places seront contactés dans les meilleurs délais et remboursés intégralement. Il s’agit des spectateurs dont les réservations ont été effectuées le plus récemment." (voir sur le site officiel). Le Théâtre des Champs-Elysées annonce pour sa part que les réservations sont actuellement suspendues, mais que "suite à la décision gouvernementale d’interdire les rassemblements de plus de 1000 personnes, le Théâtre des Champs-Elysées maintient les représentations prévues entre le 15 mars et le 15 avril en limitant l’accès aux salles à 1000 personnes pour les concerts et représentations concernés". En plus des spectacles déjà annulés à la Philharmonie de Paris, celle-ci est également contrainte de reporter sa présentation de saison prévue demain soir dans la grande salle au lendemain matin dans la Salle des concerts.

L'Opéra de Paris n'a semble-t-il pas pu trouver de solution compte-tenu de sa jauge initiale, et annonce :

"En application de l’arrêté publié au Journal Officiel le 9 mars, portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus « Covid-19 », dont l’interdiction des rassemblements publics de plus de 1 000 personnes, l’Opéra national de Paris se voit dans l’obligation d’annuler toutes les représentations des spectacles suivants :
- George Balanchine, du 12 mars au 1er avril,
- Manon, du 13 mars au 10 avril
- Don Giovanni : du 21 mars au 24 avril
- Le spectacle de l’Ecole de Danse : du 25 au 30 mars

Les spectacles et concerts prévus à l’amphithéâtre et au studio Bastille sont maintenus."

Même si la décision était assez prévisible, sa mise en place n'en demeure pas moins rude et l'on peine à imaginer les conséquences financières mais aussi de fréquentation à plus long terme pour l'ensemble des maisons lyriques. Les Forces Musicales, syndicat professionnel des opéras et orchestres permanents de France, a indiqué hier que quelque 100 000 billets ont déjà dû être remboursés ou devront l'être suite à des annulations de spectacles de musique classique. Le mois de mars s'annonce donc sombre pour l'ensemble des scènes internationales, mais aussi plus généralement pour le monde culturel qui est déjà particulièrement touché par les mesures de santé publique prises récemment à travers le monde.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading