Une saison 2021-2022 du renouveau à l'Opéra de Paris : entre ambition et prudence

Xl_opera-de-paris-saison-2021-2022

Alors que la reprise se fait plus concrète après des mois de silence, les maisons d’opéra semblent comme revitalisées et esquissent leur prochaine saison. L’Opéra National de Paris est évidemment du lot, mais les projets de la « Grande boutique » exhalent une saveur particulière après des mois de grèves, de travaux puis de confinement, et alors que le mandat d’Alexander Neef débute dans un contexte de déficit budgétaire significatif – de l’ordre de 90 millions d’euros de déficit prévisionnel pour la période 2020-2022, comblé au deux-tiers par l’Etat.
On connait néanmoins l’adage : c’est de la contrainte que nait la créativité et le nouveau directeur de la maison parisienne semble implicitement en faire son mot d’ordre lorsqu’il présente une saison 2021-22 qui marie « l’ambition à la prudence ».

Concrètement, l’Opéra de Paris accueillera peut-être moins de stars lyriques, mais davantage d’artistes que le public parisien ne connait peut-être pas encore (ils seront 70 à faire leur début sur la scène parisienne), tout en faisant la part belle aux jeunes interprètes de la scène nationale ; l’établissement promet huit nouvelles productions, mais en ressuscite aussi bon nombre d’anciennes qui n’ont plus été données depuis parfois des années ; et pour mieux remplir sa mission d’Opéra national (qui implique notamment de faire vivre le répertoire français), l’Opéra de Paris proposera sept opéras en langues françaises et fera entrer plusieurs œuvres rares ou méconnues à son répertoire (on compte cinq entrées au répertoire).

Productions du renouveau

On se souvient tout d’abord des 7 Morts de Maria Callas – projet enthousiasmant capté en Allemagne et dont nous rendions compte – qui devait être donné en septembre 2020, et qui le sera finalement en septembre 2021, en ouverture de saison. Sur une composition de Marko Nikodijević, l’œuvre reprendra sept rôles emblématiques portés par la Callas, avec leur fin tragique. L’occasion par ailleurs de sept débuts pour les interprètes dans la maison parisienne : Nadezhda Karyazina (Carmen), Selene Zanetti (Tosca), Leah Hawkins (Desdemona), Lauren Fagan (Norma), Adela Zaharia (Lucia), Hera Hyesang Park (La Traviata) et Gabriella Reyes (Madama Butterfly).

Après avoir été créé à la Scala en 2016, l’opéra Fin de partie arrivera finalement à Paris en novembre. Sur une musique de György Kurtág, la mise en scène de Pierre Audi arrivera de Milan avec la distribution d’origine, à savoir Frode Olsen (Hamm), Leigh Melrose (Clov), Hilary Summers (Nell) et Leonardo Cortellazzi (Nagg) sous la baguette de Markus Stenz. Poursuivant dans une certaine modernité du répertoire, la maison proposera également l’Œdipe de George Enesco, composée entre 1910 et 1931. L’œuvre fera ainsi son entrée au répertoire dans une mise en scène signée par Wajdi Mouawad, qui fera d’ailleurs lui aussi ses débuts dans la maison parisienne. Christopher Maltman profitera de cette occasion pour revenir après dix ans d’absence, aux côtés notamment de John Tomlinson, Nicolas Cavallier, Ekaterina Gubanova, Clémentine Margaine, Anne Sofie von Otter ou encore Laurent Naouri.

Créé en 1983, l’ultime opéra de Leonard Bernstein, A Quiet place, sera proposé en création française, dans une mise en scène de Krzysztof Warlikowski, avec notamment Patricia Petibon sous la direction de Kent Nagano, tandis que mars accueillera une production de Wozzeck signée par William Kentridge, déjà donnée au Metropolitan Opera mais inédite à Paris. Cet événement marquera les premiers pas du metteur en scène sur la scène parisienne, alors que le plateau réunira Johan Reuter, Eva-Maria Westbroek et les académiciens Mikhail Timoshenko – que nous avons pu apprécier à plusieurs reprise, comme à Nancy ou lors d’un récital à Bastille – et Marie-Andrée Bouchard-Lesieur – que nous venons justement d‘entendre dans Le Viol de Lucrèce – tous sous la direction de Susanna Mälkki.

D’autres titres plus connus feront également peau neuve, comme la Cendrillon de Massenet qui, étrangement, fera son entrée au répertoire cette saison seulement, dans une mise en scène de Mariame Clément. L’occasion également de trois débuts à l’Opéra de Paris : Tara Erraught dans le rôle-titre, Anna Stéphany en Prince Charmant, et Kathleen Kim en Fée. La distribution sera complétée par Daniela Barcellona (Madame de la Haltière), Charlotte Bonnet (Noémie), Marion Lebègue (Dorothée), Lionel Lhote (Pandolfe) ou encore Philippe Rouillon (Le Roi). S’ajouteront également la Turandot imaginée par Robert Wilson et déjà vue à Madrid en 2018, dirigée ici par Gustavo Dudamel, le nouveau directeur musical de l'Opéra de Paris, et avec Elena Pankratova dans le rôle-titre, ainsi que Les Noces de Figaro « revisitées » par la vidéaste Netia Jones. La production, également confiée à la baguette du directeur musical des lieux, affichera une distribution alléchante : Peter Mattei (Almaviva), Ildebrando d'Arcangelo (Figaro), Maria Bengtsson et Miah Persson (La Comtesse), ainsi que Ying Fang (Susanna) et Léa Desandre (Cherubino) qui feront toutes les deux leurs débuts à l’Opéra de Paris.

Des reprises (parfois oubliées)

Parmi les treize reprises qui s’ajouteront à ces productions, nous pourrons compter sur Le Vaisseau fantôme de Willy Decker, créé en 2000 et qui n’avait pas été repris depuis 2010. La maison accueillera alors Tomasz Konieczny en Hollandais, Günther Groissböck en Daland et Michael Weinius qui reviendra en Erik après plus de dix ans d’absence. Anita Rachvelishvili sera pour sa part Marfa dans La Khovantchina imaginée par Andrei Serban. Elle trouvera face à elle notamment Dimitry Ivashchenko (Prince Khovanski) et Evgeny Nikitin (Chakloviti). L’Elektra de Robert Carsen (créée en 2013) reviendra elle aussi avec Christine Goerke dans le rôle-titre.

Du même metteur en scène, l'Opéra de Paris programme aussi Alcina en novembre et décembre (dans la production qui avait fait date en 1999 pour son entrée au répertoire avec Renée Fleming et Natalie Dessay) : dans le rôle-titre, Jeanine de Bique y fera ses débuts à l'Opéra de Paris. Elle aura à ses côtés une impressionnante distribution, avec Gaëlle Arquez (Ruggiero), Sabine Devieilhe (Morgana), Nicolas Courjal (Melisso), Elsa Benoit (en alternance dans le rôle de Morgana), Roxana Constantinescu (Bradamante) et Rupert Charlesworth (Oronte).

Parmi les ouvrages francophones, l’établissement parisien proposera la tragédie lyrique Iphigénie en Tauride dans une production de Krzysztof Warlikowski, dirigée successivement par Thomas Hengelbrock et Iñaki Encina Oyón. Sur scène, on retrouvera Nicole Chevalier (Iphigénie) et Jacques Imbrailo (Oreste), qui feront là l’un et l’autre leur début à l’ONP, aux côtés de Jean-François Lapointe (Thoas) et Julien Behr (Pylade). En juin et juillet 2022, l'Opéra enchainera avec Platée, autre monument de l’opéra français, dans la mise en scène signée par Laurent Pelly en 2015, confiée à la baguette de Marc Minkowski à la tête des Musiciens du Louvre. Le rôle de Platée devrait être confié à Lawrence Brownlee et Julie Fuchs incarnera de nouveau le rôle de La Folie, en alternance avec Amina Edris.
On retrouvera aussi la production de Faust mise en scène par Tobias Kratzer (donnée récemment mais sans public, en vue d'une diffusion télévisée). Benjamin Bernheim reprend le rôle-titre, mais cette fois aux côtés d'Angel Blue en Marguerite et de l'impressionnante Emily D'Angelo en Siebel (pour ses premiers pas sur la scène de l'ONP). 

On retient aussi Rigoletto (en octobre prochain), mis en scène par Claus Guth et dirigé par Dan Ettinger et Giacomo Sagripanti avec Ludovic Tézier prenant le rôle-titre en alternance avec Željko Lučić et Joseph Calleja en Duc de Mantoue (pour la première fois à Paris), aux côtés de Nadine Sierra et Irina Lungu en Gilda. Même attrait pour Le Barbier de Séville dans la mise en scène de Damiano Michieletto avec notamment Marianne Crebassa en Rosina. ; ou encore pour L'Elixir d'amour par Laurent Pelly, avec la prise de rôle Sydney Mancasola en Adina, aux côtés de Matthew Polenzani en alternance avec Pene Pati dans sa prise de rôle de Nemorino.

Si la situation de l’Opéra de Paris est délicate, cette première saison concoctée par Alexander Neef a le mérite de la diversité et de l’éclectisme, invite à la (re)découverte d’œuvres ou d’artistes, tout en assurant la mission d’un Opéra national – pour peu qu’on puisse obtenir des places, puisque comme pour chaque saison ou presque, l’accès à la billetterie (prise d’assaut) peut parfois se révéler laborieux.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading