Rigoletto - Rigoletto

Informations Description Extraits
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 Acte 3

Opéra de la maturité, Rigoletto est le premier volet d’une trilogie dite « populaire » que Giuseppe Verdi poursuivra avec Le Trouvère et La Traviata. « Populaire » en ce que les mélodies ravageuses se succèdent à un rythme effréné, avec des airs et des chœurs qui sont d’emblée passées dans l’imaginaire collectif et qui s’intègrent parfaitement au drame – inspiré d’une pièce de Victor Hugo. Par ailleurs, ce Rigoletto est peut-être le premier des chefs-d’œuvre verdiens à sonder les affres du cœur avec autant de pudeur et de délicatesse ; le premier aussi à se dépouiller totalement des parures héroïques et martiales des opus de jeunesse pour s’attarder, dans des duos d’une beauté ineffable, sur ces rapports père/fille qui exaltent la palette du compositeur. Derrière le masque du bouffon Rigoletto, le peintre Verdi entame sa longue quête sublimée de la vérité humaine.

Résumé

A Mantoue et dans ses environs, au XVIème siècle. Rigoletto, bouffon du Duc de Mantoue, séducteur dépravé, protège secrètement sa fille Gilda à l’abri des regards et des dangers. Aussi la malédiction du Comte Monterone à son égard terrifie-t-elle Rigoletto, dont le costume de bouffon de cour cache un père aimant et protecteur. Séduite par le Duc de Mantoue, puis enlevée par les courtisans qui la mènent jusqu’à la chambre de leur maître, Gilda s’enflamme pour son amant volage, son premier amour. Rigoletto s’estime déshonoré et entreprend de se venger du Duc, qui court se gaver d’autres femmes sitôt Gilda séduite : le bouffon engage le spadassin Sparafucile pour qu’il tue le Duc en pleine nuit. Mais Gilda, éprise jusqu’au bout de l’homme qui l’a conquise, se glisse secrètement à sa place au moment où l’assassin doit frapper, et tombe sous ses coups : c’est le corps de sa fille que Rigoletto récupère, effondré : c’est là l’ultime volet de la malédiction de Monterone.

Acte 1

Lors d’une fête somptueuse dans son Palais, le Duc de Mantoue vante l’inconstance et les plaisirs de la chair, et avoue poursuivre de ses assiduités une jeune fille aperçue quelques mois plus tôt. Mais il n’a réussi à la rencontrer qu’à l’église… Entre en scène le Comte Monterone, fou de colère et de honte, car le Duc a déshonoré sa fille. Le bossu Rigoletto, bouffon du Duc, prend la défense de son maître et ridiculise Monterone. Il regrette aussitôt ses paroles quand Monterone le maudit : comment ose-t-il rire de la douleur d’un père blessé ? Rigoletto est touché en plein cœur par cette malédiction car, dès qu’il est loin du cynisme professionnel et de l’atmosphère délétère de la Cour, il devient un autre homme, un père aimant qui ne songe qu’à une seule chose : protéger Gilda, sa fille chérie, du monde qui l’entoure.

Gilda a promis à son père de ne jamais quitter la maison. Mais quelques instants d’inattention suffisent au Duc de Mantoue  pour s’introduire incognito dans la demeure de Rigoletto. Seule d’abord, Gilda chante son amour pour le jeune homme qui l’a suivie à l’église, sans savoir qu’il est le Duc : ce dernier, déguisé, surgit précisément à ce moment et se joint à elle dans un duo d’amour tendre et  enflammé. Le Duc s’enfuit précipitamment, laissant Gilda, rêveuse, répéter amoureusement le faux nom qu’il s’est donné : « Gualtier Maldé… »

 

Acte 2

Gilda a été enlevée par les courtisans qui veulent se venger des moqueries de Rigoletto. Désespéré d’avoir perdu sa fille, le bouffon erre dans le Palais, avant de réaliser bientôt que Gilda est là, non loin de lui, en compagnie du Duc de Mantoue avec qui elle a passé la nuit. Il injurie les courtisans, avant de tomber à leur pied, suppliant qu’elle lui soit rendue…

Extrait : "Cortigiani, vil razza dannata"

Acte 3

Rigoletto a juré de se venger du Duc, qui a bafoué l’honneur de sa fille, en le faisant tuer. Le spadassin Sparafucile fera l’affaire. Gilda a accompagné son père devant le bouge du tueur ; tandis que la jeune fille réaffirme la pureté de son amour pour le Duc de Mantoue, Rigoletto l’invite à regarder à travers une fissure du mur : brisée, elle y découvre le Duc, aviné, en train de séduire Maddalena, sœur de Sparafucile. Il vante l’ivresse de l’inconstance.

Gilda a compris le plan de son père, mais ne peut se résoudre à laisser faire tuer le Duc. Plus que jamais éprise de son séducteur, elle décide de se sacrifier pour lui, et reçoit à sa place les coups de Sparafucile. Ainsi, lorsque Rigoletto revient et se saisit du sac contenant la victime, il découvre, comme insensé, sa propre fille en train de mourir. Un ultime duo les réunit, où Gilda demande pardon avant de s’éteindre. Rigoletto est anéanti : la malédiction de Monterone a eu raison de sa fille.

Extraits

Mode immersif

Commentaires

Loading