Œdipe - Oedipe

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :George Enescu
  • Librettiste :Edmond Fleg
  • Date de création :1936
  • Lieu de création :France
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Opéra National de Paris - Palais Garnier.

Description de l'Œuvre

Description

Seul opéra de Georges Enesco, Œdipe prend la forme d’une tragédie lyrique en quatre actes et six tableaux et est créé sur scène le 10 mars 1936 au Palais Garnier, dans une mise en scène signée Pierre Chéreau, chorégraphiée par Albert Aveline et avec des costumes et décors d’André Boll. La création est dirigée par Philippe Gaubert et le rôle-titre est interprété par André Pernet.

***

L’opéra de Georges Enesco, Œdipe, est le fruit d’un choc pour le compositeur roumain, lorsqu’il découvre le mythe d’Œdipe roi de Sophocle à la Comédie française, en 1909, alors interprété  par Mounet-Sully dans le rôle-titre – dont « l’intense musicalité bouleverse le jeune compositeur », selon Piotr Kaminski dans son ouvrage Mille et un Opéras. Le projet d’opéra germe rapidement dans l’esprit du compositeur, qui s’attelle immédiatement à l’écriture de la musique – avant même que livret d’Edmond Fleg rédigé en français ne soit achevé (il ne sera finalisé qu’en 1913). On y trouve des influences de Fauré, de Stravinsky, de Debussy ou encore de musiques traditionnelles roumaines (portées par des instruments folkloriques et des percussions particulièrement riches), en plus de s’appuyer sur une vingtaine de leitmotivs chers à Wagner.

La première guerre mondiale interrompt la collaboration de Georges Enesco et d’Edmond Fleg, qui ne se retrouveront qu’en 1924 pour finaliser leur tragédie lyrique en quatre parties : un prologue, deux actes et un épilogue qui déconstruisent le mythe d’Œdipe de Sophocle pour réunir Œdipe Roi et Œdipe à Colone (l’acte III met en scène Œdipe Roi, tandis que le prologue et le premier acte introduisent les évènements du passé, la naissance puis la jeunesse d’Œdipe, pour finalement s’achever avec un épilogue sur la mort d’Œdipe qui s’articule autour d’une approche psychologique altérée des derniers jours du personnage au regard de l’œuvre originale).
Edmond Fleg prendra ainsi quelques libertés avec le matériau original, en modifiant par exemple la célèbre énigme de la Sphinge : « Quel est l’animal qui marche successivement à quatre, deux, puis trois pattes ? » pour devenir « Quel est l’être plus puissant que le destin ? » et y répondre « l’homme révolté ».

La création d’Œdipe connait un imposant succès critique et suscite immédiatement un solide enthousiasme du public au point que l’œuvre apparait comme le plus grand chef-d’œuvre de Georges Enesco – et son ouvrage « le plus cher » si l’on en croit Les Souvenirs de Georges Enesco (1955).

Pour autant, l’œuvre fait figure de rareté et n’est proposée que très sporadiquement sur les scènes d’opéra – il faudra attendre 1963 pour qu’elle revienne sur la scène de l’Opéra de Paris, avant qu'une nouvelle production signée Wajdi Mouawad n'y soit donnée en septembre 2021. Une production d’Àlex Ollé sera donnée en 2011 à Bruxelles, puis reprise à Londres en 2016 (en première britannique). 
Citons aussi un enregistrement de la version roumaine d’Œdipe chez EMI en 1990, avec José Van Dam dans le rôle-titre, Gabriel Bacquier en Tirésias, Nicolaï Gedda pour incarner le berger ou encore Brigitte Fassbaender en Jocaste et Barbara Hendricks en Antigone, avec l’Orchestre de l'Opéra de Monte Carlo dirigé par Lawrence Foster.

Commentaires

Loading