Chronique à la une

Filtrer

Toutes les chroniques

Chronique d'album : Anima Sacra de Jakub Józef Orliński

Elodie Martinez

Vendredi sortait chez Erato le premier album du contre-ténor Jakub Józef Orliński intitulé Anima Sacra et consacré (le terme convient particulièrement ici) aux chants sacrés du XVIIe siècle, incluant de nombreux enregistrements encore inédits. Maxim Emelyanychev et Il Pomo d'Oro participent à la magie du disque qui, disons-le derechef, est une belle réussite. Selon les mots du chanteur, « on pourrait...


Semiramide à la Fenice, une mise à nu des âmes dans un clair-o...

Brigitte MAROILLAT

Hommage luxuriant à l’Opera Seria, la dernière œuvre italienne de Rossini écrite pour sa muse, Isabella Colbran, se veut incontestablement l’émissaire du chant porté à son degré de technicité le plus haut au point d’être souvent qualifiée de pyrotechnie vocale. En outre, la vision d’un Orient fastueux avec ses entrelacs de situations complexes qui se succèdent à un rythme...


Jonas Kaufmann règne sur le Far (Upper) West (Side)

Thibault Vicq

Côte Est. Le Metropolitan Opera accueille la première mondiale de La Fille du Far-west, en 1910. En adaptant la pièce de théâtre éponyme de David Belasco, Puccini construit un langage musical universel de la Ruée vers l’or avec les outils de son temps (la redécouverte des accords et leurs enchaînements déconstruits, les gammes tonales), en y ajoutant tous les ingrédients de l’épopée...


Speranza Scappucci sublime le Requiem de Verdi à l'Opéra Royal...

Emmanuel Andrieu

Entre deux représentations d’Il Matrimonio segreto de Cimarosa (nous avons assisté à l’une d’elles), l’Opéra Royal de Wallonie programmait la Messa da Requiem de Giuseppe Verdi, dirigée par la nouvelle (et tellement talentueuse !) directrice musicale de la maison : Speranza Scappucci. L’ouvrage est réputé pour être fétiche à tout(e) chef(fe) italien(ne), un morceau du patrimoine national...


Il Barbiere di Siviglia à la Fenice, une voix au pupitre pour ...

Brigitte MAROILLAT

Pour commémorer le 150ème anniversaire de la mort de Rossini, le théâtre de la Fenice a convié pour ce Barbier de Séville l’éclectique ténor Gregory Kunde dans la fosse, et a ressorti de beaux habits, ceux de la mise en scène de Bepi Morassi, désormais un classique de la scène vénitienne, sublimé par les lumières de Vilmo Furian. C’est donc dans cette parure que la plus...


Un Mariage secret de Cimarosa trépidant scéniquement mais voca...

Emmanuel Andrieu

Il Matrimonio segreto (1792) de Domenico Cimarosa occupe une position inconfortable : la proximité par les dates des opéras de Wolfgang Amadeus Mozart (qui est mort quelques mois avant) lance sur une fausse piste ; ce nouveau dramma giocoso n’emprunte rien à Lorenzo Da Ponte. « Opéra-bouffe » n’est pas non plus une définition entièrement satisfaisante, mais elle rapproche en tout cas des options prises par Stefano...


Les chroniqueurs d'Opéra Online