Espace chroniqueur

Emmanuel Andrieu

S_avatar

Andrieu

Emmanuel

Montpellier/Paris

France

Chroniqueur depuis le 26 novembre 2013

Toutes ses chroniques . 636

Une savoureuse Périchole à l'Opéra Grand Avignon

Emmanuel Andrieu

Les commémorations du bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach continuent d’aller bon train, et c’est cette fois l’Opéra Grand Avignon qui paie son tribut au compositeur franco-allemand, en affichant La Périchole, pour deux soirées, le temps d’un week-end. Alors que la nomination de son remplaçant ne devrait plus tarder, Pierre Guiral en a proposé la mise en images à un vieil ami et confrère, le...


Un Don Giovanni dans les bas-fonds à l'Opéra de Saint-Etienne

Emmanuel Andrieu

Pour sa première production lyrique de la saison 19/20, le choix de l’Opéra de Saint-Etienne s’est porté sur l' « Opéra des opéras » (dixit Richard Wagner), Don Giovanni de Mozart, donc, dans une nouvelle régie signée par l’homme de théâtre français Laurent Delvert. Cet ancien assistant de Ivo van Hove et de Thomas Ostermeier livre un travail certes (parfois) intéressant,...


Un bouleversant Elijah de Mendelssohn à Monte-Carlo

Emmanuel Andrieu

Créé au Festival de Birmingham en août 1847, soit deux mois et demi avant la mort de son auteur, l’oratorio Elijah de Felix Mendelssohn est une œuvre grandiose en ses dimensions – et convaincante en son écriture –, mais qui ne jouit malheureusement d’une grande popularité que dans les pays anglo-saxons (il existe également une version allemande de l’ouvrage…). L’on ne peut donc que saluer...


I Puritani de Bellini mettent le feu à l'Opéra de Marseille

Emmanuel Andrieu

Moins de trois semaines après le grand succès remporté, ici-même à l'Opéra de Marseille, par La Reine de Saba, grand-opéra orientaliste de Charles Gounod, c’est un spectaculaire triomphe qui a couronné Les Puritains de Vincenzo Bellini (également donnés sous format concertant), grâce à une équipe vocale de haute volée et à la direction fiévreuse et haletante de Giuliano...


Un Requiem de Mozart en panne de mysticisme à Montpellier

Emmanuel Andrieu

Que n’a-t-on dit et écrit au sujet du Requiem de Wolfgang Amadeus Mozart ? Bien que la légende l’a souvent emporté sur la réalité, on sait que la commande provient du Comte von Walsegg-Stuppach, musicien raté qui avait pour habitude de faire passer les œuvres des autres pour les siennes propres, à la mémoire de sa femme défunte –décédée en 1791, quelques mois avant Mozart... On...