Le Concert des Etoiles 2018 : hommage à Verdi

Xl_verdi__toiles

Ce mercredi 18 juillet, France 3 nous proposera dès 21h une nouvelle soirée lyrique d'envergure, un « Concert des Etoiles » consacré cette fois à Verdi, qui avait été enregistré au Théâtre des Champs-Elysées le 1er novembre 2017. 

Après un premier numéro dédié à Luciano Pavarotti, enregistré dans la Salle des étoiles du Sporting-Club de Monte-Carlo et diffusé sur France 3 le 9 septembre 2016, puis rediffusé en juillet 2017 (et ayant rencontré dans les deux cas un solide succès d'audience), ce deuxième rendez-vous réunit à nouveau certains des plus grands noms et espoirs de la scène lyrique internationale pour rendre hommage à Giuseppe Verdi et mettre à l’honneur son répertoire en interprétant ses plus grands airs, ou du moins les plus connus. Afin de mieux comprendre le compositeur et son travail, la soirée sera ponctuée d’archives inédites le concernant.

Lors de la soirée d'enregistrement, le célébrissime air de ténor "La donna e mobile" de Rigoletto interprété par Enea Scala ouvrait le bal tandis que le tout aussi célèbre "Libiamo" de La Traviata le cloturait, l'oeuvre ponctuant également la soirée par l'"Addio del passato" d'Olga Peretyatko, le "Di Provenza il mar" d'Artur Rucinski ou encore les deux airs "De’ miei bollenti spiriti" et "O mio rimorso" à nouveau interprétés par Enea Scala. Don Carlo, dans sa version italienne, sera également présent grâce à Ludovic Tézier et Gaston Rivero dans "Dio, Che Nell'alma Infondere Amor" tandis qu'Ekaterina Gubanova se chargera de l'air "O don fatale". Ambrogio Maestri sera pour sa part Iago d'Otello mais aussi Rigoletto pour un duo avec Jessica Pratt, rôle que tiendra également Luca Salsi durant la soirée. Les "Questa o quella" et "Parmi veder le lagrime" de ce même Rigoletto seront chantés par Michael Spyres, qui défendra également "Je veux encore entendre ta voix" de l'opéra moins connu Jerusalem (que nous avions pris plaisir à découvrir à Liège en mars 2017) ainsi que le "Quando le sere al placido" de Luisa Miller. Catherine Hunold se chargera pour sa part d'"Or tutti sorgete" de Macbeth, tandis que Luca Salsi chantera "Pieta, rispetto amore". La soirée ne sera toutefois pas composée que de solo et duo, mais fera également appel à des airs mettant en avant les ensembles, comme le trio du Trouvère "Di geloso amor" avec Catherine Hunold, Enea Scala et Artur Rucinski, ou encore celui de Don Carlo, "Ed io, che tremava al sua aspetto" avec Gaston Rivero, Ekaterina Gubanova et Ludovic Tézier, sans oublier les célèbres choeurs de Verdi interprétés magistralement par le Chœur régional Vittoria d’Île-de-France. Le tout accompagné par Yvan Cassar à la tête de l’Orchestre de chambre de Paris et des vidéos ou des images projetées afin de suggérer différents lieux et ambiances en écho aux opéras et aux airs interprétés.

Enfin, afin que la fête se poursuive, le Nabucco ayant ouvert l’édition 2017 du mythique Festival des Arènes de Vérone sera également diffusé en seconde seconde partie de soirée. La mise en scène est ici signée par Arnaud Bernard tandis que la direction musicale est sous l’égide de Daniel Oren. Sebastian Catana tient pour sa part le rôle-titre (rôle dans lequel nous l’avions entendu à Stuttgart en 2014), Susanna Branchini celui d’Abigaïlle, où nous l’avions entendue en 2015 dans une autre production des Arènes de Vérone de même que Nino Surguladze en Fenena. Rubens Pelizzari, déjà présent en 2011, est pour sa part Ismael.

Rendez-vous donc mercredi soir pour cette soirée dédiée à Verdi en attendant la prochaine qui sera, elle, un hommage à Mozart…

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading