Jean-Philippe Rameau

Informations Biographie et œuvres
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Date de naissance :25/09/1683
  • Date de décès :25/09/1764
  • Nationalité :France

Biographie

L_rameau_large

 « Ecoutons le cœur de Rameau, jamais voix plus française ne s'est fait entendre, et depuis longtemps, à l'Opéra ». Claude Debussy dans le Figaro du 8 mai 1908.

« Complexe, en effet, fut et reste Rameau : quel compositeur suscita davantage la polémique, fut autant joué et parodié de son vivant, écrivit autant d'articles et d'ouvrages théoriques, acquit enfin semblable réputation de théoricien et d'homme de science, au point de rendre le musicien en lui plus difficile d'accès ?  […] Reflets d'un goût qui peut aujourd'hui nous paraître incongru, les œuvres lyriques de Rameau exaltent le raffinement, voire la sophistication, le dilettantisme et un certain hédonisme, la raison des Lumières et les théories de l'esprit encyclopédiste. » Christophe Rousset 'Rameau Actes Sud Classica 2007'

Personnage hors norme, musicien solitaire, discret et peu porté aux confidences, Jean-Philippe Rameau (Dijon, 25 septembre 1683 - Paris, 12 septembre 1764) est considéré comme le premier théoricien de l'harmonie classique : ses traités d'harmonie qui font toujours figure de référence font de lui l'un des grands architectes de la pensée tonale avec JBach. Pourtant, sa renommée de théoricien parut longtemps inconciliable avec l'imagination d'un créateur. 

Si ce n’est qu’à 50 ans que Rameau compose sa première tragédie lyrique (Hippolyte et Aricie), son œuvre lyrique marque l'apogée du classicisme français. Ses orchestrations expressives comme son audace harmonique constituèrent une avancée fondamentale de l'opéra «à la française» dont les canons s'opposèrent avec force à ceux de la musique italienne. 

Dés son premier opéra  censuré, Samson (1731) sur un livret proposé par Voltaire, puis Dardanus (1739), sa «tragédie en musique» Rameau se trouve mêlé à plusieurs controverses ; d'abord critiquée par les admirateurs de Lully, qui considéraient le modernisme de Rameau comme une trahison, même si celui - ci se placait dans la continuité de Lully. Diderot donna une description savoureuse de cette argutie dans le Neveu de Rameau. Puis la « querelle des Bouffons » (1752-54), menée par Jean-Jacques Rousseau, qui trouve dépassés le genre de la tragédie lyrique et lui préfèrent l’opera buffa italien (incarnée par Pergolése). Appuyé sur ses conceptions d'harmonie, Rameau défend son langage musical moderne même s’il déconcerte partie du public

Il signe 32 ouvrages dont les plus célèbres sont Les Indes galantes (1735), Castor et Pollux (1737),Dardanus (1739;2e version, 1744), Les Fêtes d'Hébé (1739),   la Princesse de Navarre (1745) ; les Fêtes de Polymnie (1745) ; le Temple de la Gloire (1745), Platée (1745), les Fêtes de l'Hymen et de l'Amour (1747) ; les Surprises de l'Amour (1748),Zoroastre (1749, Anacréon (1754),  les Paladins (1760)...

En 1745, il est nommé par Louis XV "Compositeur de la chambre du roi", il mourut à quatre-vingts ans passés, pendant les répétitions de son dernier opéra, les Boréades (1764).

Pour aller plus loin : Rameau l'incompris.

Commentaires

Loading