Castor et Pollux - Castor et Pollux

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Jean-Philippe Rameau
  • Librettiste :Pierre-Joseph Bernard
  • Année de création :1737
  • Lieu de création :France
  • Nombre d'acte :6
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Académie Royale de Musique

Description de l'Œuvre

Description Prologue Acte 1 Acte 2 Acte 3 Acte 4 Acte 5

On pourrait dire que Castor et Pollux est un ouvrage doublement marqué par le thème de la gémellité. Le livret de Pierre-Joseph Bernard dont la qualité fut abondamment saluée, relate la rivalité amoureuse des célèbres jumeaux dont l’exceptionnel attachement parvient à surmonter tous les obstacles. Et l’œuvre elle-même va se « dédoubler » puisqu’il existe deux versions de cet opéra qui est de surcroît le deuxième ouvrage de Rameau à porter l’appellation de « tragédie en musique ». Après une première création très critiquée en 1737, Castor et Pollux reçut un accueil triomphal dans sa deuxième version donnée en 1754, au plus fort de la fameuse « Querelle des Bouffons » qui opposait les tenants de l’ « opéra à la française » représenté par Rameau, aux thuriféraires de l’opéra italien, séduits par les charmes de La serva padrona de Pergolèse que Paris avait découverte en 1752.
D’abord jugé « révolutionnaire » pour avoir trahi l’héritage de Lully, Rameau sera bientôt rejeté comme son continuateur par les tenants de la musique italienne, au nom de la recherche d’un « langage du cœur » et d’un « naturel » accessibles à tous. Jean-Jacques Rousseau et les Encyclopédistes rejettent la musique prétendument savante de Rameau. Quoi qu’il en soit, le succès durable de Castor et Pollux dépasse les enjeux de cette querelle esthétique par l’affirmation d’un langage musical dont l’exceptionnelle richesse assimile aussi les apports du style italien. La force dramatique du livret repose sur un enchaînement parfait de scènes contrastées. L’étroite relation entre texte et musique, la complexité de l’orchestration, les prouesses instrumentales et vocales, révèlent la créativité d’un compositeur dont les ambitions esthétiques rencontrèrent trop souvent l’incompréhension de ses contemporains.

Résumé

Aimé de Télaïre, Castor est tué par son rival Lincée. Télaïre supplie Pollux qui l’aime lui aussi, de tout faire pour arracher aux Enfers son frère Castor dont la mort la laisse inconsolable. Pollux choisit de renoncer définitivement à l’amour de Télaïre pour sauver Castor. Mais celui-ci refuse que Pollux prenne sa place aux Enfers. Il n’accepte de retourner sur terre que le temps nécessaire pour consoler Télaïre. Jupiter, touché par tant de vertus, accordera finalement l’immortalité aux deux frères qui iront prendre place dans une nouvelle constellation du Zodiaque.

Prologue

Pour que la Paix revienne, Minerve, protectrice des Arts, demande à Vénus d’enchaîner Mars, le Dieu de la Guerre.

Acte 1

Version de 1737 : Télaïre s’abandonne au désespoir après la mort de Castor qui a été tué par son rival, Lincée (« Tristes apprêts »). Phébée tente de la consoler. Pollux venge son frère en tuant Lincée (« Je remets à vos pieds »). Il lui avoue qu’il l’aime. Mais Télaïre lui demande de ramener Castor des Enfers (« Allez, Prince ! »). Pollux fait taire sa jalousie et décide d’agir.

Version de 1754 : Télaïre et sa sœur la magicienne Phébé, aiment Castor. Pollux doit épouser Télaïre mais comprenant l’amour que lui voue Castor, il s’efface généreusement devant lui et lui conseille d’épouser la jeune fille (« Non, demeure Castor »). Après la célébration du mariage, Lincée, lui aussi amoureux de Télaïre, poussé par la jalouse Phébé, tue son rival, Castor.

Acte 2

Version de 1737 : Le cœur de Pollux est partagé entre l’attachement naturel à son frère et l’amour qu’il ressent pour Télaïre (« Nature, Amour »).Télaïre ne répondant pas à son amour, Pollux supplie Jupiter de l’aider à ramener Castor des Enfers. Jupiter accepte à condition que Pollux prenne la place de son frère. Pollux résistant aux tentations de la troupe des Plaisirs célestes conduits par la déesse Hébé, persiste dans sa volonté de se sacrifier pour son frère.

Version de 1754 : Phébé, la magicienne, propose à sa sœur Télaïre, désespérée par la mort de Castor (« Tristes apprêts »), de le ramener des Enfers. Mais à une condition : Télaïre doit renoncer à son amant pour le céder à Phébé. Heureux d’avoir vengé son frère en tuant son meurtrier, Pollux est indigné par cette proposition. Il décide de faire appel à Jupiter, son père. Télaïre le supplie de tout entreprendre pour sauver Castor (« Ah, prince, osez tout »).

Acte 3

Version de 1737 : Phébé essaie de dissuader Pollux de pénétrer aux Enfers (« Abîme affreux »). Elle apprend avec douleur que Pollux aime Télaïre. Les Démons des Enfers se déchaînent contre Pollux. Phébé décide de l’y rejoindre.

Version de 1754 : Pollux annonce à Jupiter qu’il veut arracher Castor aux Enfers (« Ah, laisse-moi percer… »). Mais il faut une victime pour les Parques et Pollux devra prendre la place de son frère (« J’ai voulu te cacher ») Jupiter le soumet à la tentation des Plaisirs célestes pour lui montrer ce à quoi il renonce. Pollux persiste dans son projet. Il descend aux Enfers.

Acte 4

Version de 1737 : Castor se souvient toujours de son amour pour Télaïre et ne goûte aucun apaisement dans les Champs Elysées, séjour de la paix éternelle (« Séjour de l’éternelle paix »). Pollux apprend à son frère qu’il va pouvoir quitter le séjour des morts pour retrouver Télaïre. Mais Castor comprend que son frère aime aussi Télaïre et qu’il se sacrifie pour lui. Castor ira un seul jour sur Terre pour consoler Télaïre et il reviendra libérer Pollux (« Oui, je cède enfin à tes vœux »).

Version de 1754 : L’entrée des Enfers est gardée par des spectres et des démons. Phébé use de ses pouvoirs magiques pour commander aux esprits (« Esprits, soutiens de mon pouvoir ») mais c’est avec l’aide de Mercure que Pollux combat et retrouve son frère aux Champs Elysées. La joie de leurs retrouvailles est de courte durée (« Castor, nous la perdons tous deux »). Castor refuse que Pollux prenne sa place. Il ne restera qu’un seul jour sur terre pour consoler Télaïre.

Acte 5

Version de 1737 : Phébé s’abandonne à la fureur. Le bonheur de Castor et Télaïre provoque sa colère haineuse (« Castor revoit le jour »). Télaïre passe du bonheur au désespoir quand elle apprend que Castor doit repartir pour les Enfers (« Castor ! Et vous m’abandonnez ? »). Jupiter paraît et annonce que Castor partagera l’immortalité avec son frère Pollux en prenant place à ses côtés dans une nouvelle constellation. Télaïre est conviée à rehausser les cieux de sa beauté.

Version de 1754 : Castor annonce à Télaïre qu’ils ne sont réunis que pour un moment et qu’ils doivent se dire un éternel adieu (« Le ciel est donc touché »). Télaïre ne peut s’y résoudre. Jupiter paraît pour accorder l’immortalité aux deux frères qui seront réunis sous le signe de l’amitié et de l’amour dans une constellation nouvelle (« Les destins sont contents »). Jupiter invite Télaïre, la fille du Soleil, à embellir les cieux.

Commentaires

Loading