Pygmalion - Pygmalion

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Jean-Philippe Rameau
  • Librettiste :NC Ballot de Sauvot
  • Année de création :1748
  • Lieu de création :France
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Académie Royale de Musique

Description de l'Œuvre

Description

Si aujourd’hui Jean-Philippe Rameau (1683-1764) est surtout connu comme compositeur d’opéra, on sait qu’il s’imposa d’abord comme le plus grand organiste de France, et qu’il n’aborda le théâtre lyrique qu’après son cinquantième anniversaire avec Hippolyte et Aricie (1733). Pendant les trente années suivantes, le compositeur dominera la scène française avec des chefs-d’œuvre comme Les Indes Galantes (1735), Castor et Pollux (1737), ou encore Platée (1745). Après cette période faste, le désintérêt du public pour la tragédie lyrique conduit Rameau à envisager de nouvelles formes. Entre 1748 et 1754, le musicien compose huit « actes de ballet » parmi lesquels Pygmalion occupe une place de choix : ce sera son ouvrage le plus représenté au XVIIIème siècle après Castor et Pollux. De 1760 à 1765, Pygmalion est donné soixante-neuf fois, puis, il disparaît après 1781, et ce n’est qu’à partir de 1913 que sa brièveté et la séduction de sa musique en font de nouveau une des œuvres les plus données du compositeur. L’ « acte de ballet » est une pièce courte alliant spectacle, musique et danse autour d’une intrigue amoureuse d’inspiration mythologique. C’est un pur divertissement basé sur les ressorts du merveilleux. Les Métamorphoses d’Ovide (Livre X, Fable 6) présentent la version la plus achevée du mythe de Pygmalion, un sculpteur qui tombe amoureux de sa création, Galatée. En 1770, Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) reprendra lui aussi ce récit pour écrire un « mélodrame » sur une musique d’Horace Coignet.

Divisé en cinq scènes Pygmalion comporte quatre personnages auxquels se joint un chœur dans la scène finale. Pierre Jélyotte (1713-1797), le plus grand chanteur de son époque, voix de ténor aigu alors dénommé haute contre, créa le rôle-titre doté de deux magnifiques monologues. Jélyotte était l’interprète de prédilection de Rameau qui écrivit pour lui le rôle de Platée. L’ouverture de Pygmalion constitue une des plus belles pages du compositeur qui excelle dans la musique descriptive et imitative. Les coups de ciseau du sculpteur sont traduits par d’efficaces martellements dont le rythme s’amplifie. Un ballet général vient brillamment clore cette pièce qui, en dépit de sa brièveté, recèle de véritables situations dramatiques que Rameau exploite avec brio.

Résumé

Alors que Pygmalion (ténor) se lamente d’être tombé amoureux d’une statue inerte, son amante Céphise (soprano), déplore l’indifférence du sculpteur.  Soudain, l’Amour descend des cieux pour donner vie à la Statue (soprano) qui déclare sa passion à son créateur. Les Grâces initient la Statue à l’art de la danse, et l’Amour invite les Peuples à venir se réjouir avec l’heureux Pygmalion.

Commentaires

Loading