Une saison 2018-19 sous le signe de Wagner au Grand Théâtre de Genève

Xl_geneve_saison

Genève rejoint la liste déjà longue des maisons d’opéra qui annoncent actuellement leur prochaine saison. Pour la maison suisse, 2018-2019 s’annonce sous le signe de Wagner, marquée notamment par la reprise d'un Ring complet, aux côtés également d'autres belles surprises !

La saison s’ouvrira sur le plus grand des classiques français avec Carmen de Bizet dans une nouvelle production mise en scène par Reinhild Hoffmann et dirigée par John Fiore. Ekaterina Sergeeva et Héloïse Mas se partageront le rôle de la bohémienne, Sébastien Guèze et Sergej Khomov celui de Don José (le ténor français abordant ce rôle pour la première fois après l’avoir longtemps attendu), Marita Kvarving Sølberg et Adriana Gonzalez celui de Micaëla, tandis qu’Ildebrando D'Arcangelo tiendra seul le rôle d’Escamillo. Dès octobre, nous changerons d’ambiance avec The Beggar’s Opera en coproduction avec le Théâtre des Bouffes du Nord où nous venons justement de le voir. Dans cette mise en scène signée Robert Carsen, nous retrouverons à nouveau William Christie à la direction, Robert Burt en Mr.Peachum, Beverley Klein en Mrs.Peachum ou encore Kraig Thornber en Lockit. A la fin du mois, ce sera au tour d’une nouvelle production de Boris Godunov mise en scène par Matthias Hartmann et dirigée par Paola Arrivabeni. Mikhail Petrenko et Alexey Tikhomirov se partageront le rôle-titre, le second nous ayant déjà laissé un « un souvenir inoubliable » dans ce même rôle à Marseille l’an passé. Melody Louledjian et Marina Viotti tiendront respectivement les rôles de Xenia et Fiodor.

Le spectacle de fin d’année sera pour sa part des plus festifs puisqu’il s’agira de Viva la mamma ! déjà donné à l’Opéra de Lyon en fin de saison dernière dans la truculente mise en scène de Laurent Pelly. Pour notre plus grand plaisir, Laurent Naouri reprendra le rôle de Mamma Agata. Si le site de l’Opéra n’indique pas encore qui reprendra le rôle de la Prima Donna (alors interprétée par Patrizia Ciofi), Migran Agadzhanyan sera ici Guglielmo, le primo tenore, et Melody Louledjian reviendra en Luigia, la seconda dona. De quoi passer une excellente fin d’année !

Nous basculerons ensuite dans l’ère wagnérienne de la saison du Grand Théâtre de Genève qui (re)programme l’intégralité de la Tétralogie du compositeur allemand, reprenant ici d’un bloc les productions de l’Anneau du Nibelung confiées à Dieter Dorn et Jürgen Rose lors des saisons 2012-13 et 2013-14, dans une direction musicale entièrement assurée par Georg Fritzsch. Trois cycles complets seront donnés en février et mars 2019, comprenant donc tout d’abord Das Rheingold avec notamment Mikhail Petrenko, Stephan Rügamer, Jennifer Larmore ou encore Agneta Eichenholz. Die Walküre suivra les lendemains, incluant Petra Lang à la distribution. Cette dernière sera également présente dans Siegfried aux côtés de Tómas Tómasson et Alexey Tikhomirov avant que Le Crépuscule des dieux (Götterdämmerung) ne close le cycle. Parallèlement en février, deux dates sont réservées pour une version de concert d’Il Pirata avec Franco Vassallo, Marina Rebeka et Lawrence Brownlee.

L’une des productions très attendues de la saison sera probablement la suivante. Après la production de Medea (de Cherubini) en 2015, particulièrement marquante grâce à l’incarnation spectaculaire du personnage par Alexandra Deshorties (lire notre chronique), la maison genevoise a décidé de proposer une nouvelle production de la Médée de Charpentier. Pour ce faire, la mise en scène sera confiée à David McVicar (qui a pourtant déjà proposé une mise en scène de cette œuvre à l’ENO en 2013), la direction à Leonardo García Alarcón (qui brille actuellement in loco dans Purcell) tandis que le rôle-titre reviendra à Anna Caterina Antonacci qui a déjà brillé dans ce rôle par le passé, notamment dans la mise en scène de Hugo de Ana immortalisée sur DVD. Bien que le reste de la distribution ne soit pas encore communiqué par la maison suisse, ce plateau suffit à susciter attente et intérêt chez les mélomanes. 

Enfin, c’est une nouvelle production d’Un Ballo in maschera qui clôturera la saison lyrique dans une mise en scène de Giancarlo del Monaco et sous la direction de Pinchas Steinberg. Ramon Vargas tiendra le rôle de Gustavo III, Franco Vassallo celui du Comte Anckarström et Irina Churilova celui d’Amelia.

Outre ces production et ce concert, la saison sera également ponctuée par des récitals : Luca Pisaroni ouvrira le bal le 2 novembre, suivi le même mois par Piotr Beczala puis par Christian Gerhaher qui se concentrera sur des Lieder de Robert Schumann. Côté femmes, ce ne sont pas moins que Sarah Connolly qui, justement, incarnait Médée dans la mise en scène de David McVicar à Londres en 2013, ainsi que Patricia Petibon, accompagnée par l’Ensemble Amarillis, qui enchanteront le public de Genève. Un dernier récital assez peu ordinaire vient clore cette liste puisqu’il réunira quatre solistes et deux pianistes : Marlis Petersen, Werner Güra, Anke Vondung et Paul-Armin Edelmann convieront le public à ce que le programme décrit comme « une soirée de poésie, de charme, d’errance… »

Encore une saison très intéressante qui s'annonce, créant de bien belles attentes !

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading