Saison 2022-2023 : du sang neuf à l’Opéra de Paris

Xl_saison_2022_2023_op_ra_de_paris

Les plus curieux ont pu voir ce matin le décompte affiché sur le site de l’Opéra de Paris jusqu’à la mise en ligne à 11h30 de la saison 2022-2023 dans laquelle Alexander Neef a davantage pu apposer son empreinte. Six nouvelles productions seront proposées – auxquelles s’en ajoutera une septième au Théâtre de l’Athénée. Parmi elles, trois seront confiées à des metteuses en scène invitées pour la première fois à l’Opéra de Paris : Lydia Steier, Deborah Warner et Valentina Carrasco. Au final, cette saison présentera une « grande diversité de programmes, de productions, mais également des artistes qui ne sont jamais venus à l’Opéra ».

Lors de sa nomination, Alexander Neef avait indiqué vouloir accorder une place importante au répertoire français. Une volonté qui s’est traduite par l’entrée au répertoire de Cendrillon cette saison, et qui se poursuivra en 2022-2023 avec la reprise de Carmen, mais surtout avec le retour de deux œuvres absentes de la scène parisienne depuis (trop) longtemps : Hamlet et Roméo et Juliette, qui n’ont plus été données respectivement depuis 1938 et 1985. Outre ces trois ouvrages, de nombreux artistes feront leurs débuts à l’Opéra de Paris cette saison – dont plus de 10 chef(fe)s d’orchestre , et la programmation incluera également quatre œuvres du XXe siècle, montrant la volonté du directeur de s’appuyer sur le répertoire sans pour autant oublier les œuvres plus proches de notre époque.

La première des nouvelles productions sera portée par les femmes, puisque Lydia Steier et Simone Young seront en charge de Salomé, dont le rôle-titre sera confié à Elza van den Heever et qui verra la première Hérodias de Karita Mattila. Après avoir été créé à Madrid en avril 2021 (on en rendait compte), et avoir fait escale à Londres en ce mois de mars 2022 (nous y étions aussi), le Peter Grimes imaginé par Deborah Warner fera halte à Paris en janvier 2023 où il devrait là aussi séduire le public. Joana Mallwitz fera alors elle aussi ses débuts en fosse, tandis qu’Allan Clayton fera ses premiers pas sur la scène de l’Opéra de Paris.

En mars et avril 2023, trois nouvelles productions s’enchaîneront, à commencer par le grand retour de Hamlet signé par Krzysztof Warlikowski, qui offrira le rôle-titre à Ludovic Tézier. Le plateau comptera également sur Lisette Oropesa puis Brenda Rae (Ophélie), Jean Teitgen (Claudius), Eve-Maud Hubeaux (Gertrude) ou Julien Behr (Laërte). L’entrée au répertoire de Nixon in China de John Adams sera confiée à Valentina Carrasco « qui souligne l’importance et le pouvoir médiateur du sport national chinois dans l’Histoire : "L’amitié d’abord, la compétition après" ». Elle aura sous sa direction Renée Fleming et Thomas Hampson, qui incarneront le couple Nixon. Ariodante permettra à Harry Bicket de diriger The English Concert pour la première fois à l’Opéra de Paris, dans une coproduction avec le Metropolitan Opera signée par Robert Carsen. Le rôle-titre reviendra à Emily D'angelo, face notamment à Luca Pisaroni et Olga Kulchynska.

Enfin, Roméo et Juliette clôturera la saison dans une mise en scène de Thomas Jolly – qui avait déjà signé Eliogabalo de Cavalli en 2016 – sous la baguette de Carlo Rizzi. La distribution réunie pour l’occasion a de quoi rendre enthousiaste : Elsa Dreisig et Pretty Yende en Juliette, Benjamin Bernheim et Francesco Demuro en Roméo, Léa Desandre et Marina Viotti en Stephano, Huw Montague Rendall et Florian Sempey en Mercutio, ou encore Laurent Naouri, Jean Teitgen et Jérôme Boutillier.

Toutefois, c’est par la reprise d’un classique que débutera la saison, à savoir Tosca dans la mise en scène de Pierre Audi créée en 2014, avec une distribution multiple qui verra Saioa Hernández et Elena Stikhina se partager le rôle-titre, Joseph Calleja et Brian Jagde celui de Mario Cavaradossi, tandis que Bryn Terfel, Gerald Finley et Roman Burdenko incarneront Scarpia. Gustavo Dudamel dirigera la première session, avant de passer le flambeau à Paolo Bortolameolli qui fera ses débuts dans la fosse. Autre chef à faire ses débuts cette saison, Diego Matheuz dirigera la reprise de La Cenerentola signée Guillaume Gallienne, que nous avions vue en 2017, avec Gaëlle Arquez en Angelina et Dmitry Korchak en Don Ramiro. Egalement invité pour la première fois, Jader Bignamini dirigera La Force du destin – dont nous rendions compte en 2011. Anna Netrebko et Anna Pirozzi s’y partageront le rôle de Donna Leonora face notamment au Don Carlo di Vargas de Ludovic Tézier et au Don Alvaro de Russell Thomas. Anna Pirozzi reviendra par ailleurs aussi en Leonora, cette fois-ci dans Le Trouvère imaginé par Alex Ollé (vu en 2016), face à Judit Kutasi (Azucena), Quinn Kelsey (Il Conte di Luna) et Yusif Eyvazov (Manrico). Deux autres chefs d’œuvres du répertoire italien seront également repris : d’abord La Bohème, dans la mise en scène de Claus Guth qui nous avait marqué en 2017, avec le couple Ailyn Pérez et Joshua Guerrero sous la baguette de Michele Mariotti. Ensuite Lucia di Lammermoor, d’après Andrei Serban, qui marquera deux débuts à l’Opéra de Paris : celui du chef Aziz Shokhakimov et celui de Brenda Rae dans le rôle-titre, face à Quinn Kelsey dans le rôle d’Enrico Ashton et Javier Camarena en Edgardo di Ravenswood.

Viendront s’ajouter d’autres reprises, comme I Capuleti ei Montecchi dans la mise en scène de Robert Carsen, permettant à Speranza Scappucci de faire ses débuts à l’Opéra de Paris et à Julie Fuchs d’offrir sa première Giulietta face au Romeo expérimenté de Marianna Crebassa. Antonello Manacorda et Simone Di Felice seront invités pour la première fois à l’occasion de La Flûte enchantée de Robert Carsen qu’on ne présente plus, de même que la Carmen de Calixto Bieito qui réunira Gaëlle Arquez et Clémentine Margaine dans le rôle-titre, Michael Spyres et Joseph Calleja (Don José), Golda Schultz (qui fera ses débuts à l’Opéra de Paris), Adriana Gonzalez et Nicole Car (Micaëla), tous sous la direction de Fabien Gabel, qui fera lui aussi ses débuts à l’Opéra.

La reprise de Tristan et Isolde (de Peter Sellars) sera marquée par la prise de rôle de Gwyn Hughes Jones en Tristan face à l’Isolde de Mary Elizabeth Williams, et n’oublions pas de citer également Les Noces de Figaro de Netia Jones avec Gerald Finley, Luca Pisaroni et Jeanine de Bique.

Cette riche programmation lyrique sera également accompagnée de nombreux concerts et ballets, comme chaque année. On notera qu’Alexander Neef tient manifestement sa promesse de mettre en avant le répertoire français porté par des interprètes locaux, mêlant des classiques et des découvertes qui enrichiront celui de l’Opéra de Paris. Le tout dans un bel équilibre et une volonté de faire entrer du « sang neuf » au sein de l’institution parisienne, sans pour autant délaisser l’excellence et la venue de grands interprètes internationaux déjà habitués des lieux, pour une saison riche en découvertes et en émotions.

Les détails de la programmation sont disponibles sur le site officiel de l'Opéra de Paris.

Elodie Martinez

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires (1)

Loading