Oeuvres rares et contemporaines : la Scala annonce sa saison 2018-2019

Xl_scala4

Ce matin à 11h, la Scala de Milan présentait sa prochaine saison dans une conférence de presse que l’on pouvait suivre en direct sur Facebook. Giuseppe Sala, Alexander Pereira et Riccardo Chailly se sont retrouvés pour rappeler l’importance de la scène de la Scala dans le monde avant d’entrer plus en détails sur ce qui attendra le public milanais en 2018-2019. Si les compositeurs italiens occupent naturellement la majeure partie du programme, ils ne seront pas les seuls et laisseront même place à quelques raretés…

Comme on le subodorait, l’œuvre choisie pour ouvrir la saison le 7 décembre prochain est Attila, dirigée par Riccardo Chailly dans une mise en scène signée Davide Livermore. Ildar Abdrazakov tiendra le rôle-titre, un rôle qu’il connaît  bien et dans lequel il a déjà excellé à Monte-Carlo ou à Barcelone. En janvier, c’est un autre opéra de Verdi qui sera présenté, grand classique parmi les classiques : La Traviata, mise en scène par Liliana Cavaniet dirigée par Myung-Whun Chung. Marina Rebeka et Sonya Yoncheva se partageront le rôle de Violetta, Francesco Meli et Benjamin Bernheim celui d’Alfredo Germont, ou encore Leo Nucci et Plácido Domingo celui de Giorgio Germont. Marianne Crebassa reviendra à Milan, où elle a déjà brillé dans Lucio Silla ou encore L’Enfant et les Sortilèges, pour interpréter cette fois Angelina dans La Cenerentola aux côtés de Carlos Chausson, Nicola Alaimo, Mattia Olivieri ou encore Erwin Schrott. Une autre française brillera par sa présence plus tard dans la saison en Zerbinetta dans Ariadne auf Naxos : il s’agit de Sabine Devieilhe, qui cèdera deux dates à Brenda Rae dans cette nouvelle production signée Frederic Wake-Walker. Le rôle d’Ariadne/la Primadonna sera lui aussi partagé entre Krassimira Stoyanova et Tamara Wilson tandis que Kresimir Spicer sera Scaramuccio et que ce sera ni plus ni moins qu’Alexander Pereira en personne qui tiendra le rôle du Haushofmeister. Le second opéra de Strauss prévu cette saison la clôturera et sera Die ägyptische Helena (on l'évoquait) dans une nouvelle production mise en scène par Sven-Eric Bechtolf. Ricarda Merbeth tiendra le rôle-titre dans ce répertoire qu’elle connaît bien, face au Menelas d’Andreas Schager et à l’Altair de Thomas Hampson.

Les nouvelles productions (notamment d'oeuvres rares) seront d’ailleurs encore nombreuses, comme celle de Khovanshchina, opéra posthume de Modeste Moussorgski, dirigée ici par Valery Gergiev, mise en scène par Mario Martone, qui verra Mikhail Petrenko dans le rôle d’Ivan Chovanskij ou Ekaterina Semenchuk dans celui de Marfa. Citons également la Manon Lescaut (qui poursuit le cycle Puccini) mise en scène par David Pountney et dirigée par le directeur musical de la maison, Riccardo Chailly. Maria José Siri interprètera l’héroïne et Marcelo Álvarez, Des Grieux. Michèle Losier sera pour sa part Idamante dans l’Idomeneo mis en scène par Matthias Hartmann, tandis que Bernard Richter tiendra le rôle-titre, Federica Lombardi celui d’Erika, Julia Kleiter celui d’Ilia, et Kresimir Spicer celui du Grand Prêtre. Alan Gilbert dirigera Die tote Stadt (La Ville morte), un opéra de 1919 composé par Erich Wolfgang Korngold. L’occasion d’entendre, entre autre, Klaus Florian Vogt et Markus Werba. Autre œuvre rare, Prima la musica poi le parole de Salieri sera donné en diptyque avec Gianni Schicchi. Toutefois, si seul Ádám Fischer dirige les deux opéras et que nous entendrons Ambrogio Maestri dans chacun des deux, ce sont bien deux metteurs en scène qui se partageront la soirée : Nicola Raab et Woody Allen. Nous reviendrons en terrain plus connu et plus italien avec I Masnadieri mis en scène par David McVicar et diirgé par Michele Mariotti. La maison milanaise n’a pas encore communiqué le nom de l’interprète d’Amelia, mais ce sera Michele Pertusi qui enfilera les chaussures de Massimiliano.

En septembre, la Scala reprendra sa production de Rigoletto mise en scène par Gilbert Deflo et dans lequel nous retrouverons Leo Nucci sous la direction de Nello Santi. La maison reprendra également L’Elisir d’Amore signé par Grischa Asagaroff, ce qui permettra au public de retrouver Rosa Feola, Vittorio Grigolo (en alternance avec René Barbera et Ambrogio Maestri. Enfin, Quartett (de Luca Francesconi) mis en scène par Alex Ollé et Giulio Cesare, une nouvelle production signée Robert Carsen et dirigée par Giovanni Antonini. Cette dernière devrait être particulièrement attendue puisqu’elle réunit Bejun Mehta, Philippe Jaroussky et Christophe Dumaux, soit trois des plus grands contre-ténors actuels, ainsi que Sara Mingardo et Cecilia Bartoli qui reviendra donc sur cette scène après plusieurs années d’absence afin d’entamer un nouveau cycle baroque (lire notre actualité à ce sujet).

Une saison qui, si elle n’oublie pas ses racines italiennes, s’ouvre sur d’autres opéras et des opéras plus contemporains. Toutefois, l’un des événements reste le retour de la mezzo-soprano italienne la plus connue sur cette scène mythique qui promet encore de belles expériences… auxquelles participeront certains de nos talentueux chanteurs français !

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site officiel de la Scala de Milan.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading