L'Opéra de Marseille dévoile une saison 2019-2020 éclectique

Xl_opera-de-marseille-saison-2019-2020

L'Opéra de Marseille vient d'annoncer sa saison 2019-2020 qui réunira non seulement de grands classiques, mais aussi des oeuvres moins connues, voire très rares, entre versions de concert et mises en scène qui permettront d'entendre de très belles voix, dont certains interprètes habitués du lieu, et d'autres moins. Une belle manière de perpétuer un certain répertoire, tout en renouvelant la programmation.

La Flûte Enchantée devrait ouvrir la saison dans une mise en scène de Numa SadoulSerenad Burcu Uyar tiendra le rôle toujours très attendu de la Reine de la Nuit face à la Pamina d'Anne-Catherine Gillet et au Tamino de Cyrille Dubois. Une oeuvre très populaire qui laissera la place en octobre pour une version concertante d'une partition bien plus rare : La Reine de Saba de Gounod. Il s'agit là d'un opéra en quatre actes créé 28 février 1862 à l’Opéra de Paris sur un livret de Jules Barbier et Michel Carré. Le livret raconte les affres amoureuses de la Reine de Saba, fiancée à Salomon (appelé Soliman dans l’opéra), mais qui tombe amoureuse de l'architecte Adoniram. Le couple tente de s'enfuir, mais l'histoire finit tragiquement avec le meurtre de l'architecte. Bien qu'il ne s'agisse que d'une version de concert, l'événement est donc notable, d'autant plus que Karine Deshayes incarnera Balkis (le rôle-titre) face au Soliman de Nicolas Courjal et à l'Adoniram de Jean-Pierre Furlan.

Le mois suivant sera un peu plus classique avec Les Puritains, toujours en version de concert, réunissant Jessica Pratt en Elvira, Julie Pasturaud en Henriette, ou encore Jean-François Lapointe et, une nouvelle fois, Nicolas Courjal. Le même mois (en novembre) sera également donnée Le Château de Barbe-Bleue dans une mise en espace signée Michel Pastore, avec Chrystelle di Marco et Nicolas Cavallier. Une belle manière d'introduire la production de fin d'année que sera Barbe-Bleue d'Offenbach et qui reprendra par ailleurs la mise en scène de Laurent Pelly qui sera donnée en juin prochain à l'Opéra de Lyon. Florian Laconi tiendra ici le rôle-titre, Héloïse Mas (actuellement candidate au concours Operalia) celui de Boulotte, Jennifer Courcier sera la princesse Hermia et Guillaume Andrieux, Popolani.

En février, la maison marseillaise reprendra la production d'Eugène Onegine de l'Opéra national de Lorraine signée par Alain Garichot en 1997, déjà reprise à Nice ou encore à St-Etienne. Régis Mengus tiendra le rôle-titre face à la Olga d'Emanuela Pascu. En mars, ce sera au tour d'Adriana Lecouvreur d'occuper la scène sous la direction de Paolo Arrivabeni, en coproduction avec Monte-Carlo et Saint-Etienne. La production devrait être particulièrement attendue puisque, outre la mise en scène de Davide Livermore, elle permettra d'entendre Ermonela Jaho dans le rôle-titre, tandis que Sébastien Guèze interprètera Maurice et Sonia Ganassi la Princesse de Bouillon. La présence de Valentine Lemercier en Mademoiselle Dangeville ne devrait pas non plus déplaire...

Enfin, deux oeuvres bien connues du répertoire clôtureront la saison. Tout d'abord, Carmen, dans la mise en scène de Jean-Louis Grinda en coproduction avec l'Opéra de Monte-Carlo et le Théâtre du Capitole de Toulouse. Là aussi, nous retrouverons  Valentine Lemercier, mais en Mercédès, Jean-François Lapointe en Escamillo et Jean-François Borras en Don José, rôle qu'il interprète justement en ce moment à Paris. La célèbre héroïne sera pour sa part interprétée par Ketevan Kemoklidze. Nabucco viendra ensuite, reprenant la production de Saint-Etienne signée Jean-Christophe Mast, déjà étrennée à Toulon et à Nice. Juan Jesus Rodriguez, que nous avions particulièrement admiré en Macbeth ici-même, pourrait agréablement surprendre en Nabucco face à son ancienne Lady Macbeth, Csilla Boross qu'il retrouvera ici en Abigaille, rôle qu'elle avait parfaitement tenu à Genève en 2014.

L’Opéra de Marseille annonce donc une saison 2019-2020 éclectique, porteuse de quelques découvertes, et qui se veut toujours ouverte au plus grand nombre – l’établissement marseillais continue de proposer des conférences pédagogiques en liminaire des œuvres programmées tout au long de la saison pour mieux en apprécier la portée historique ou musicale, mais aussi une politique tarifaire attractive auprès des jeunes publics ou des étudiants (qui pourront par exemple assister gratuitement à certaines répétitions générales). 

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading