Disparition de Michel Trempont à l'âge de 92 ans

Xl_michel_trempont

C'est avec tristesse que nous avons appris la disparition du baryton Michel Trempont samedi dernier, à l'âge de 92 ans.

Né le 28 juillet 1928 à Boussu (Hainaut), le jeune homme a toujours aimé chanter, tout comme son frère Pol Trempont. C’est donc naturellement qu’il entre au Conservatoire royal de musique de Mons en 1948, avant d’en ressortir quatre ans plus tard, diplômé de chant et d'art lyrique avec la plus haute distinction, un prix de virtuosité et une médaille du gouvernement. Il n’attend pas pour débuter sa carrière au Théâtre royal de Liège, où il incarne Valentin (Faust de Gounod).

En 1955-1956, il est recruté par son ancien professeur de chant Joseph Rogatchewsky, alors devenu directeur de La Monnaie à Bruxelles. Il y restera finalement jusqu’en 1960, année durant laquelle sa carrière s’ouvre à l’internationnal, de l’Europe au Japon, en passant par les Etats-Unis, le Canada, ou le Brésil. Il intègre en effet la troupe des Baladins lyriques, dirigée par Jean-Claude Hartemann et Suzanne Lafaye, avant d'entamer une longue collaboration avec l'Opéra de Paris et l'Opéra-Comique. Parallèlement, le public peut l’entendre au festival d’Aix-en-Provence, à la Royal Opera House de Londres, à La Scala de Milan, à La Fenice de Venise, au Teatro San Carlo de Naples, ou au San Francisco Opera.

Il se forge ainsi rapidement une brillante réputation non seulement de chanteur à la voix large et puissante, mais aussi d’acteur, ce qui lui permet de couvrir un large répertoire de plus de 140 rôles : les deux Figaro (Le Barbier de Séville de Rossini et Les Noces de Figaro de Mozart), Guglielmo (Così fan tutte), Rimbaud (Le Comte Ory), Sulpice (La Fille du régiment), Fieramosca (Benvenuto Cellini), Taddeo (L'Italienne à Alger), Sancho (Don Quichotte), le Roi (L'Amour des trois oranges), etc. En 2005, il était encore sur la scène du Théâtre Antique d’Orange, aux côtés de Roberto Alagna, Angela Gheorghiu et Franck Ferrari.

Le baryton laisse par ailleurs derrière lui une large discographie, notamment pour les œuvres d’Offenbach où on peut l’entendre en Calchas dans La Belle Hélène sous la direction d’Alain Lombard, Bobinet dans La Vie parisienne dirigée par Michel Plasson (aux côtés de Régine Crespin), Madou dans Mesdames de la Halle avec Manuel Rosenthal à la baguette, Pietro dans Les Brigands sous la direction de John Eliot Gardiner. Sous la direction de ce même chef, Michel Trempont a également enregistré Fortunio de Messager, mais citons encore Fra Diavolo d’Auber (aux côtés de Nicolai Gedda dans le rôle-titre), ainsi que Les Mousquetaires au couvent de Varney (aux côtés de Mady Mesplé).

Il finit sa carrière en enseignant l'art lyrique aux Conservatoires de Bruxelles et Mons, et siège encore à divers concours de chant avant de prendre sa retraite en 2015.

| Imprimer

Commentaires

Loading