Don Quichotte - Don Quichotte

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Jules Massenet
  • Librettiste :Henri Cain
  • Année de création :1910
  • Lieu de création :France
  • Nombre d'acte :5
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Opéra de Monte Carlo

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 Acte 3 Acte 4 Acte 5

« Comédie héroïque » en cinq actes, Don Quichotte figure au nombre des sept ouvrages de Jules Massenet (1842-1912) créés à l’Opéra de Monte Carlo. Le compositeur a tissé des liens privilégiés avec la salle monégasque à l’entrée de laquelle son buste en pierre accueille toujours le public. Raoul Gunsbourg (1860-1955), le directeur de l’opéra de la Principauté, est à l’origine de Don Quichotte. Il souhaite monter une nouvelle œuvre pour mettre en valeur l’exceptionnel talent de Fiodor Chaliapine (1873-1938), un habitué de l’Opéra de Monte-Carlo. De 1905 à 1913, le chanteur y interprètera chaque année le rôle-titre du Mefistofele (1875) d’Arrigo Boïto (1842-1918). La grande basse russe s’imposait autant par l’ampleur et la puissance de sa voix que par son impressionnante autorité scénique.

Gunsbourg s’adresse à Massenet après avoir vainement sollicité Charles Lecocq (1832-1918), l’auteur de La Fille de Madame Angot (1872). De l’été 1908 au printemps 1909, Massenet se concentre sur son travail qui agit sur lui comme un « baume apaisant » au milieu des souffrances que lui causent ses crises de rhumatismes aigus. Don Quichotte n’a qu’un rapport lointain avec le fameux roman de Miguel de Cervantès (1547-1616). Collaborateur régulier de Massenet, Henri Cain (1857-1937) adapte une pièce de Jacques Le Lorrain (1856-1904) intitulée Le Chevalier de la Longue-Figure (1904) – titre légèrement démarqué du surnom couramment accolé à Don Quichotte : le Chevalier à la Triste-Figure. Personnage pittoresque, Le Lorrain est un poète-cordonnier qui n’emprunte que quelques éléments à Cervantès sans hésiter à donner une vision christique de son Don Quichotte. Cette conception du personnage se retrouvera dans la comédie musicale de Dale Wasserman et Mitch Leigh, L’Homme de la Mancha (1965). Massenet se serait-il personnellement identifié à son héros, comme on l’a prétendu ? Epris de la mezzo-soprano Lucy Arbell (1878-1947), créatrice du rôle de Dulcinée, le compositeur fait-il de Don Quichotte le messager de ses propres sentiments ? Quoi qu’il en soit, le 24 février 1910, Chaliapine triomphe en créant ce personnage qui fut une de ses incarnations les plus marquantes. Il le retrouvera, en 1933, quand le réalisateur Georg Wilhelm Pasbt (1885-1967) lui fait tourner une adaptation du Don Quichotte de Cervantès pour laquelle Jacques Ibert (1890-1962) a composé des airs. Contre toute attente, Massenet a dédié son ouvrage au baryton-basse Lucien Fugère (1848-1935), un des  interprètes marquants de Sancho Pança. Le compositeur reprochait à Chaliapine de prendre trop de liberté avec sa partition comme en témoignent deux enregistrements où le chanteur tient à la fois le rôle du Chevalier et celui de Sancho Pança. Don Quichotte rencontra un certain succès tout en essuyant des critiques parfois très sévères,  comme ce fut le cas à New-York en 1926. L’ouvrage réclame la présence d’un interprète exceptionnel. On peut citer Boris Christoff (1957), Nicolaï Ghiaurov (1974), Ruggero Raimondi (1986),  ou encore, Samuel Ramey qui le chanta à Paris en 2000, et José Van Dam qui le reprit à Bruxelles, en 2010.

Résumé

Lassée des hommages de ses nombreux admirateurs, la belle Dulcinée s’amuse de la ferveur de Don Quichotte. La jeune femme accepte d’être la bien-aimée du Chevalier à condition qu’il lui rapporte un collier que lui ont dérobé des brigands. Don Quichotte parvient à récupérer le collier, mais quand il propose à Dulcinée de l’épouser, elle lui avoue qu’elle est bien trop volage pour répondre à son amour. Le cœur brisé, le pauvre Chevalier devient un objet de moquerie. Son fidèle écuyer Sancho Pança le veille jusqu’à son dernier instant. Fixant une étoile qui scintille dans les cieux, Don Quichotte meurt en croyant voir et entendre Dulcinée.

Acte 1

Des admirateurs se pressent sous la fenêtre de la belle Dulcinée ; la jeune femme médite sur sa jeunesse qui s’enfuit.Arrivent Don Quichotte et son écuyer, Sancho Pança. Le Chevalier entonne une sérénade pour célébrer Dulcinée qu’il aime éperdument. Don Quichotte est sur le point d’être provoqué en duel par Juan, l’amant de la belle coquette, quand celle-ci s’interpose. Elle est amusée et touchée par cet amoureux transi auquel elle confie le soin de lui rapporter un collier que lui ont volé des brigands. Don Quichotte accepte la mission de celle qui propose de le récompenser en devenant sa bien-aimée. 

Acte 2

Don Quichotte se met en route pour le camp des brigands tout en composant des vers pour célébrer Dulcinée. Sancho est très mécontent de cette nouvelle aventure qu’il juge très risquée. Soudain,  le Chevalier se lance à l’assaut d’une armée de géants alors qu’il ne s’agit que de moulins à vent...

Acte 3

Don Quichotte a repris sa route vers le repaire des brigands qui surgissent tout à coup pour le capturer. Le Chevalier pense qu’il est perdu et il adresse au ciel une prière si émouvante que les brigands renoncent à le mettre à mort. Ces hommes endurcis sont vaincus par tant de courage et d’amour. Ils restituent le collier de Dulcinée à son vaillant Chevalier.

Acte 4

Don Quichotte et Sancho arrivent au milieu d’une fête que donne Dulcinée. La jeune femme est triste car elle aspire à un amour plus authentique. Le chevalier est accueilli par des moqueries mais il est trop heureux pour en percevoir la perfidie. Il fait toutes sortes de  promesses à son fidèle écuyer. Fier de sa réussite, Don Quichotte propose à Dulcinée de l’épouser en lui restituant son collier. La jeune femme est ravie et touchée. Pourtant, elle détruit tous les espoirs du chevalier en lui révélant qu’elle est incapable de renoncer à sa vie de coquette.  

Acte 5

Don Quichotte se meurt. Sancho continue de veiller sur lui. Le Chevalier lègue à son fidèle écuyer la plus belle île du monde, « l’Ile des Rêves ». Puis, Don Quichotte rend son dernier souffle en croyant entendre et voir Dulcinée, scintillant comme une étoile dans les cieux. 

Commentaires

Loading