Une saison d'espoir à l'Opéra de Bordeaux en 2021-2022

Xl_bordeaux_saison_2021_2022

L’Opéra national de Bordeaux vient d'annoncer, ce soir, sa saison 2021-2022 qui « résonne comme un élan d’espoir... après plus d’un an et demi de contexte sanitaire extrêmement difficile ». Elle comptera pas moins de huit productions lyriques, ainsi que de nombreux concerts et récitals, faisant appel une fois encore à de grands interprètes. Organisée autour de deux fils rouges, « une saison française » et « chef-d’œuvre romantique », elle marquera également la fin de mandat de Marc Minkowski.

C’est par une rareté que débutera la saison, avec Robert le Diable de Meyerbeer dirigée par le maître des lieux, Marc Minkowskidonné en version de concert faute de pouvoir produire une version scénique dans le contexte actuel. Le plateau réunira John Osborn (Robert), Erin Morley (Isabelle) ou encore Nicolas Courjal qui promet d'être un Bertram saisissant. Une belle entrée en matière, qui sera suivi en octobre par le diptyque La Voix humaine / Point d’orgue créé sans public en mars dernier au Théâtre des Champs-Elysées, sans public. Ce sera donc la première fois que la production signée par Olivier Py sera vu en salle. Jean Sébastien Bou et Cyrille Dubois reprendront leur rôle, face cette fois-ci à Anne Catherine Gillet.

Il faudra ensuite attendre le passage à 2022, célébrant le 400ème anniversaire de la naissance de Molière, pour pouvoir assister au Bourgeois gentilhomme imaginé par Jérôme Deschamps. Sous la direction de Thibault Noally, nous retrouverons parmi les chanteurs Sandrine Buendia, Paco Garcia, Lisandro Nesis et Natalie Perez. Il s’agit là d’une coproduction, notamment avec l’Opéra royal de Versailles, le Théâtre des Célestins à Lyon, ou encoree avec l’Opéra Comique où la Covid-19 s’en était mêlée.

Le 31 janvier (puis en février), l'Opéra de Bordeaux donnera une nouvelle production de Werther, marquée notamment par la prise de rôle de Benjamin Bernheim dans le rôle-titre (après l'avoir notamment interprété au disque). Michèle Losier et Lionel Lhote lui donneront la réplique en Charlotte et Albert, tandis que Florie Valiquette devrait être une belle Sophie sous la baguette de Pierre Dumoussaud et dans la mise en scène de Romain Gilbert, à qui l’on doit déjà ici La Périchole dans un univers cabaret et la Carmen qui vient de clore la saison.

En avril, la maison reprendra la production de L’Elixir d’amour de l’Opéra de Lausanne, mise en scène par Adriano Sinivia, et marquant la première venue de la cheffe Nil Venditti dans la fosse bordelaise. Une double distribution laissera le choix entre Golda Schultz et Catherine Trottmann en Adina, Kévin Amiel et Yu Shao en Nemorino, ou encore David Bizic et Dominic Sedgwick en Belcore.

Mai 2022 sera marqué par un autre événement attendu, la trilogie Mozart/Da Ponte donnée pour la première fois à Bordeaux, dans une nouvelle production signée par Ivan Alexandre et dirigée par Marc Minkowski. Robert Gleadow tiendra les rôles de Figaro (qu’il connait fort bien) dans Les Noces de Figaro, ainsi que de Leporello dans Don Giovanni et de Guglielmo dans Cosi fan tutte. Un véritable marathon donc pour le baryton-basse ! Alexandre Duhamel incarnera Don Giovanni ainsi que Don Alfonso, tandis que Florian Sempey partagera le rôle du Conte Almaviva avec Thomas Dolié. Enfin, les rôles de Susanna, Zerlina et Dorabella seront tenus par Angela Brower ou Megan Marino.

Côté récitals, si la saison sera marquée par la première venue de Philippe Jaroussky à l‘Auditorium le 7 décembre (accompagné à la guitare par Thibaut Garcia), elle sera l’occasion de bien des rendez-vous à ne pas manquer : avec Diana Damrau le 17 octobre, Marie-Nicole Lemieux et Jessica Pratt dans un gala bel canto les 13 et 15 novembre, Magdalena Kožená le 9 décembre, Stéphane Degout le 17 décembre, Florian Sempey les 7 et 9 janvier, Véronique Gens le 24 janvier, puis le 19 février Sabine Devieilhe et Alexandre Tharaud qui devraient poursuivre leur tournée déjà passée par Lyon ce mois-ci, Renée Fleming le 9 avril, Angela Gheorghiu le 26 avril ou enfin Jakub Józef Orliński le 8 mai.

Elodie Martinez

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading