2021-2022, saison de renaissance à l'Opéra de Lausanne

Xl_lausanne_saison_2021_2022

Après des mois d’incertitude, de reports et d’annulations, l’Opéra de Lausanne respire et voit enfin la lumière éclairer ses futurs projets à l’occasion de sa saison 2021-2022, même si son directeur, Eric Vigié, rappelle dans son édito que « le défi qui consistera à nous réunir pour préparer vos spectacles, et ouvrir le théâtre en sécurité, reste encore aujourd’hui une équation aux inconnues trop nombreuses ». Ainsi, bien que l’on ne puisse pas réellement vendre la peau de l’ours – ou celle du coronavirus dans ce cas précis –, on peut toutefois commencer à se projeter dans la belle saison qui est d’ores et déjà annoncée avec de nombreuses nouvelles productions.

Outre le Dédé de Henri Christiné, proposé cet été dans le cadre de la Route Lyrique, la maison suisse proposera un grand nombre de nouvelles productions, à commencer par Le Petit Chaperon rouge de Guy-François Leuenberger en octobre, qui marquera la création mondiale de l’œuvre plutôt que la recréation de celles de Gaston Serpette (1885) ou de Célestin Fontana (1943), qui sont les deux seules adaptations lyriques de ce conte. L’occasion de revenir enfin en famille à l’opéra, d’autant plus qu’une visite des coulisses pour petits et grands sera également proposée.

Le mois suivant, c’est une autre nouvelle production qui est annoncée, cette fois-ci autour des Nozze di Figaro. Il s’agit en réalité d’une coproduction avec diverses maisons, dont le Théâtre des Champs-Elysées et l’Opéra national de Lorraine, où l’on a déjà pu apprécier la mise en scène de James Gray respectivement en 2019 et en 2020 (marquant alors la prise de rôle de Mikhail Timoshenko). Robert Gleadow reprendra ici le rôle magistralement tenu à Paris, face notamment à la comtesse de Valentina Nafornita, le comte de Phillip Addis, la Susanna d’Arianna Vendittelli ou encore le Cherubino de Léa Desandre.

Pour la fin d’année, l’Opéra de Lausanne a choisi un autre spectacle accessible aux enfants (dès 9 ans), à savoir L’auberge du Cheval blanc de Ralph Benatzky, initialement prévue pour 2020. La distribution a pu être en grande partie conservée, malgré quelques changements. Sous la baguette de Jean-Yves Ossonce, nous retrouverons donc Fabienne Conrad, Mathias Vidal, Patrick Rocca, Clémentine Bourgoin ou encore Julien Dran. L'année 2022 s’ouvrira avec L’amour vainqueur, d’Olivier Py, dont la première représentation a eu lieu au festival d’Avignon 2019. Si l’auteur signe naturellement la mise en scène, il est également aux commandes de la mise en musique et retrouvera Clémentine Bourgoin, Pierre Lebon, Flannan Obé et Antoni Sykopoulos. Quelques jours plus tard, nous retournerons à une œuvre plus connue, avec une version de concert de Semiramide. Maria Grazia Schiavo tiendra le rôle-titre aux côtés de Marina Viotti (Arsace) et Mirco Palazzi (Assur).

En mars, Stefano Poda reviendra à Lausanne, cette fois-ci pour une nouvelle production d’Alcina, dirigée par Diego Fasolis. Le plateau est aussi très attrayant, puisqu’il réunira Lenneke Ruiten, Franco Fagioli, Marie Lys, Marina Viotti, Juan Sancho et Guilhem Worms, faisant de cette production probablement l’un des temps forts de la saison.

Eric Vigié signera lui aussi une nouvelle production, cette fois-ci en coproduction avec l’Opéra de Wallonie-Liège, à savoir Eugène Onéguine en avril. Il faut dire que l’on attendait déjà impatiemment cette production en octobre 2020, forcée à un report par la pandémie et les mesures sanitaires. Comme prévu initialement, nous retrouverons Kostas Smoriginas dans le rôle-titre, Pavel Petrov en Lensky et Maria Bayankina en Tatiana.

Enfin, en mai, alors que plusieurs maisons proposent en ce moment Werther, ce sera au tour de l’Opéra de Lausanne de donner l'opéra de Jules Massenet, cette fois dans une version imaginée par Vincent Boussard (en coproduction avec l’Opéra de Tours). Là aussi, le plateau vocal promet de beaux moments sous la direction de Laurent Campellone, avec Jean-François Borras dans le rôle-titre (dans lequel nous l’avons entendu en 2018) face à la Charlotte d’Héloïse Mas. Marie Lys, Vincent le Texier et Mikhail Timoshenko complèteront la distribution.

Avec une telle programmation, l’Opéra de Lausanne multiplie les attraits et les nouveautés, explorant différents registres lyriques sans oublier les familles. Une belle manière de nous inviter à enfin tous nous retrouver autour d’une scène et d’émotions propres au spectacle vivant.

Plus d'informations sont disponibles sur le site officiel de l'Opéra.

Elodie Martinez

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading