L'Opéra de St-Etienne invite à se laisser surprendre en 2021-2022

Xl_st_etienne_2021_2022

C’est à présent au tour de l’Opéra de Saint-Etienne d’annoncer sa saison 2021-2022, pour laquelle la maison nous invite à nous laisser surprendre, autour notamment de huit productions lyriques qui permettront au public et à l’opéra d’enfin se retrouver, après des mois d’éloignement forcé.

Le premier rendez-vous lyrique est fixé au 1er octobre 2021, pour une version de concert de La Vierge, de Massenet, œuvre assez peu donnée sur scène, mais qui permettra ici d’entendre Catherine Hunold dans le rôle-titre. La soprano reviendra donc dans cette maison stéphanoise qu’elle avait marqué par l’interprétation de son Ortrud en 2017, et elle sera entourée notamment d’Amélie Robins, Lucie Roche et Christophe Berry. Le mois suivant, le public pourra assister à la reprise de la production de Madame Butterfly qu’Emmanuelle Bastet avait signée à Nancy en 2019, et dont nous avons apprécié « la simplicité intelligemment pensée ». Alexandra Marcellier incarnera la pauvre Cio-Cio San face à l’infâme Pinkerton de Florian Laconi.

Place à l’enfance en décembre 2021 avec Hänsel et Gretel dans une mise en scène de Denis Mignien. Il explique avoir été guidé dans sa lecture de l’œuvre par la question de la (re)création « de l’enchantement par le spectacle vivant, aujourd’hui, à une époque où le "fantastique" est à portée de tablette » : « Où commence le merveilleux ? Comment est-il traduit ? Qu’est ce qui nous emporte dans un monde fabuleux ? » Il y a certes la musique de Humperdinck, mais il y a également l’imaginaire et l’onirisme… Au final, la production proposera une version raccourcie de l’opéra, en allemand, mais « afin d’assurer la compréhension de la fable, une voix off interviendra régulièrement pour raconter l’histoire, comme le ferait un conteur ». Amélie Grillon et Alexandra Hewson interprèteront les rôles des deux enfants, face à la sorcière de Denis Mignien lui-même.

En janvier, Nicola Berloffa reviendra à Saint-Etienne pour une nouvelle production de Hamlet, après notamment une Carmen donnée in loco en 2019. Sous la baguette de Jacques Lacombe, le plateau réunira Jérôme Boutillier dans le rôle-titre – le gage d’une bonne soirée – face à l’Ophélie de Jeanne Crousaud, que nous avons déjà eu le plaisir d’entendre ici-même en 2019. Jiwon Song, Emanuela Pascu (« Hérodiade élégante et sensuelle » en 2018), Jérémy Duffau, Thomas Dear ou encore Yoann Le Lan seront également de la partie.

Mars 2022 sera probablement un autre temps fort de la saison, puisque le diptyque La Voix humaine Point d’orgue créé (mondialement) en mars 2021 au Théâtre des Champs-Elysées arrivera sur la scène stéphanoise qui coproduit la production. Nous avions alors qualifié la mise en scène d’Olivier Py d’ingénieuse. Ce sera toutefois un autre plateau qui sera réuni, avec Patrizia Ciofi, Pierre-Yves Pruvot et Peter Tantsits.

Véritable redécouverte et renaissance, le Lancelot de Joncières sera à l’affiche dans une nouvelle production après 120 ans d’absence totale. Selon la note de la mise en scène : « C’est grâce à la facture brillante de la composition mais aussi à la force des situations amoureuses, que cet opéra répond aux exigences du public contemporain. Pour parler à ce public, il faut non pas actualiser de facto l’histoire, ce qui reviendrait à en souligner la désuétude mais au contraire la contextualiser de manière pertinente dans une époque qui permette de marier la musique de Joncières à un cadre moyenâgeux. C’est ainsi que l’on sera à même de révéler toute la poésie de cette œuvre ». Il nous tarde donc de voir la lecture scénique que proposera Jean-Romain Vesperini, ainsi que d’entendre la direction de Hervé Niquet. Thomas Bettinger tiendra le rôle-titre, aux côtés de Tomasz Kumiega (Arthus), Frédéric Caton (Alain de Dinam), Philippe Estèphe (Markhoël), Camille Tresmontant (Kadio), Anaïk Morel (Guinèvre) et Olivia Doray (Elaine).

La saison se finira sur des chemins plus connus, avec tout d’abord La Traviata signée par Jean-Louis Grinda, qui devait initialement être proposée en juin 2020. La distribution prévue alors a pu être à nouveau réunie, et l’on pourra bien entendre Vannina Santoni en Violetta, Thomas Bettinger en Alfredo, ou encore Valentine Lemercier en Flora. Viendra ensuite le Carmina burana de Carl Orff, donné avec le ballet du Grand Théâtre de Genève, alliant danse et chant. La partie lyrique sera assurée par Irina Kyshliaruk, Rémy Bres et Valdis Johnson, accompagnés par le Choeur Lyrique Saint-Etienne Loire et le Choeur de la Maîtrise.

Plusieurs récitals viendront également ponctuer la saison, en plus des différents concerts et autres rendez-vous : on retient par exemple de Vincent Le Texier (sublime Don Quichotte ici-même en février 2020) accompagné au piano par Ancuza Aprodu, ou celui de Véronique Gens avec l’ensemble I Giardini, sous le titre « Nuits » (le même que celui annoncé dans la saison de Limoges) ou encore la Carte blanche à Roberto Alagna, le 15 mai 2021, qui interprètera un répertoire de grands airs d'opéras français, italien, allemand ou russe accompagné de l’Orchestre Symphonique Saint-Étienne Loire sous la direction de Fabrizio Carminati.

Plus d’informations sont disponibles sur le site officiel de l’Opéra de Saint-Etienne.

Elodie Martinez

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading