La Voix Humaine - La Voix Humaine

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

Description de l'Œuvre

Description

Œuvre singulière sous-titrée « tragédie lyrique », La Voix humaine fut créée deux ans après les Dialogues des Carmélites. Francis Poulenc composa ce monologue lyrique pour Denise Duval, son interprète favorite, qui créa le rôle sous la direction de Georges Prêtre, dans une mise en scène et un décor de Jean Cocteau, auteur du livret. Mettre en musique le monodrame de son ami Cocteau dans lequel le téléphone devenait le protagoniste d’un drame sentimental, constituait pour le compositeur un extraordinaire tour de force. Comment réussir à maintenir l’intérêt durant ce long monologue d’une femme délaissée par son amant qu’elle essaie de reconquérir dans une conversation téléphonique perturbée par des incidents techniques ? Seul Arnold Schönberg avait tenté une expérience comparable en 1924 avec son monodrame Erwartung, autre monologue d’une femme à la recherche de son amant. Quelles nouvelles solutions musicales apporter à ce morcellement inédit de la plainte amoureuse adressée à un interlocuteur invisible, à cette mise à nu de la passion à travers le chant ? Sur les 780 mesures que compte la partition, 186 sont écrites pour la voix seule. Poulenc a voulu donner au chant la liberté du discours parlé, privilégiant une orchestration transparente qui laisse la voix à découvert. La courbe mélodique épouse toutes les émotions qui déchirent l’héroïne, amour, haine, désespoir brutal, regrets. L’ambiguïté tonale permet de traduire le déséquilibre né de cette « douleur inscrite dans les fibres de l’œuvre » dont parlait Denise Duval, créatrice du rôle. L’orchestre amplifie l’intensité dramatique dévolue au chant et assure une unité émotionnelle avec l’utilisation de motifs récurrents. Il assure ainsi le rôle de l’amant absent en suggérant la teneur de ses réponses qui ponctuent le récitatif tourmenté de l’héroïne. Le compositeur indique que « l’œuvre doit baigner dans la plus grande sensualité orchestrale ». On comprend aisément que sa réussite repose sur la diction et l’engagement émotionnel de la chanteuse qui « doit avoir souffert de l’attente vaine, pour jouer cette œuvre de détresse vécue » (Denise Duval).

Résumé

Une femme jeune et élégante dans sa chambre en désordre répond à l’appel téléphonique de son amant qui s’apprête à la quitter. Au cours de cette ultime conversation, elle tente de le reconquérir passant de la tendresse à la passion, de la menace de tentative de suicide au calme, des regrets aux accès de violence.

Ce monologue occupe un acte d’une durée de 45 minutes environ.

Commentaires

Loading