L'Opéra de Bordeaux annonce une impressionnante saison 2019-2020

Xl_bordeaux_1

L’Opéra national de Bordeaux vient d’annoncer une saison qui s’articule autour de quatre thématiques : Mozart, Offenbach (dont nous célébrons le 200e anniversaire), les Contes (mais pas seulement ceux d’Hoffmann) ainsi que Schubert. Une fois encore, le public bordelais pourra entendre à travers une ambitieuse programmation lyrique de prestigieux artistes, tels que Jonas Kaufmann, Anna Netrebko, Ildar Abdrazakov, Rolando Villazón, Florian Sempey, Nadine Sierra, ou encore la cheffe Speranza Scappucci pour n'en citer que quelques-uns.

La saison s’ouvrira avec un compositeur cher à Marc Minkowski dont 2019 célèbre les 200 ans, à savoir Jacques Offenbach. Pour l’occasion, le chef dirigera une nouvelle production des Contes d’Hoffmann dont la mise en scène sera signée par Vincent Huguet dont le travail « épousera le caractère hypnotique de la partition » en « transformant l’univers familier du public en décor onirique et situant l’intrigue pendant une représentation de Don Giovanni ». Eric Cutler tiendra le rôle-titre (à l’exception d’une date pour laquelle il sera remplacé par Adam Smith), accompagné de sa Muse / Nicklausse en la personne d’Aude Extrémo. Jessica Pratt tiendra les rôles des quatre femmes de la vie du poète, tandis que Nicolas Cavallier interprétera les quatre rôles diaboliques et que Marc Mauillon endossera ceux d’Andrès, Cochenille, Franz et Pittinacchio. Une distribution qui a donc de quoi ravir. La thématique d’Offenbach se complètera par ailleurs avec un Gala dédié à Hortense Schneider (1833-1920), à la fois enfant du pays puisque bordelaise, mais aussi égérie du compositeur, qui reste dans les mémoires pour avoir interprété par exemple le rôle-titre de La Belle Hélène ou participé aux créations de Barbe-Bleue ou de La Grande-duchesse de Gérolstein.

Les contes se poursuivront avec La légende du roi Dragon qui s’inspire de l’opéra traditionnel coréen, Ie P’ansori, et puise sa source dans une ancienne légende de la littérature chinoise et coréenne. Cet opéra participatif d’Arthur Lavandier conte l’histoire du Roi Dragon, malade et qu’aucun médecin ne parvient à guérir et qui, fatigué de l’agitation régnant autour de lui, finit par s’endormir. Dans son sommeil, il murmure que seul « le cœur d’un lapin sauvera le Royaume », et ses ministres s’empressent, sur ces paroles, d’envoyer le loyal et courageux Soldat Tortue sur Terre afin de trouver un lapin blanc. L’œuvre sera portée par un chœur de plus de 200 enfants aux côtés d’Alix Le Saux (en Soldat Tortue) face à Marie Picaut, dans une mise en scène de Johanne Saunier. Le Démon d’Anton Rubinstein, inspiré d’un conte oriental de Lermontov, sera également de la partie en janvier et février. Selon le programme, « ce grand ouvrage choral sera donné pour la première fois à Bordeaux dans une production spectaculaire » signée Dmitry Bertman, et déjà donnée au Liceu en 2018. Nicolas Cavallier tiendra le rôle-titre face à la Tamara d’Evgenia Muraveva. Nadine Sierra et Pene Pati seront pour leur part le couple du titre-phare de Gounod, Roméo et Juliette, dans une version mise en espace de l’œuvre. Ils seront accompagnés par Nicolas Courjal (Frère Laurent), Philippe-Nicolas Martin (Mercutio), Adèle Charvet (Stephano), ou encore Thomas Bettinger (Tybalt).

Enfin, dernière grande thématique de la saison lyrique (celle de Schubert étant assumée uniquement par les concerts), celle consacrée à Mozart devrait être particulièrement attendue avec son cycle Mozart/Da Ponte réunissant Le Nozze di Figaro, Don Giovanni et Cosi fan tutte sous la baguette de Marc Minkowski en mai et juin. Le cycle sera axé sur la figure de Cherubino : jeune séducteur adolescent découvrant les affres de l’amour dans le premier opéra, puis ayant grandi pour devenir séducteur accompli du second, avant de revenir des enfers assagi sous l’apparence d’un « vieux philosophe » nommé Don Alfonso « qui, ne pouvant plus manier lui-même l’arme fatale de l’amour, la confie à quatre jeunes amants dont il inverse les couples ». Pour cette imposante trilogie, le chef a fait appel à son complice Ivan Alexandres, le duo ayant déjà particulièrement brillé, par exemple pour La Chauve-Souris à l’Opéra Comique en 2014-2015. Lea Desandre endossera le rôle de Cherubino tandis que Figaro ne sera pas interprété par Florian Sempey (ici Conte Almaviva) mais par Robert Gleadow. Celui-ci sera également Leporello ainsi que Guglielmo. Quant à Rachel Willis-Sørensen, Contesse pour les Nozze, elle retrouvera le rôle de Donna Anna pour Don Giovanni dans lequel Alexandre Duhamel tiendra le rôle-titre. Ainsi, selon la logique de la proposition scénique, nous le retrouvons tout naturellement en Don Alfonso pour Cosi aux côtés d’Ana Maria Labin (en Fiordiligi qu’elle avait déjà interprétée dans cette production du Drottningholms Slottstheater reprise à Versailles en 2017) et d’Angela Brower (Dorabella).

Outre ce cycle déjà attendu, le célèbre compositeur sera également à l’honneur dans un concert « Libertà ! » réunissant son Praetorius et sa Messe « inachevée ». Pour cette occasion, Raphaël Pichon conviera sous sa baguette non seulement son ensemble Pygmalion, mais aussi son épouse Sabine Devieilhe, Siobhan Stagg, Adèle Charvet, Linard Vrielink, John Chest et Nahuel di Pierro. D’autres ouvrages mozartiens seront également donnés en concerts.

N’oublions pas également de noter le rendez-vous de novembre qui devrait être très attendu : Ariodante dans une version de concert portée par Marianne Crebassa dans le rôle-titre face à la Ginevra d’Ana Maria Labin, au Polinesso de Yuriy Mynenko ou encore au roi d’Ecosse de James Platt sous la direction affutée de Marc Minkowski.

La série de récitals lyriques aura sans doute aussi de quoi enthousiasmer le public en réunissant de grands noms de la scène internationale, avec pour commencer Rolando Villazón début octobre pour des « chansons populaires, entre l’ancien et le nouveau monde ». Benjamin Bernheim, qui a interprété son premier Des Grieux ici-même à Bordeaux, reviendra fin novembre pour une soirée qui devrait ravir le public déjà fort enthousiaste lors de son récital en janvier 2018. Karine Deshayes sera pour sa part présente en mai, avant qu’Anna Netrebko et Jonas Kaufmann ne prennent le relais, d'abord le 5 juin, puis le 10 juin.

Une très belle saison s’annonce donc particulièrement riche et enjouée, réunissant plusieurs grands interprètes des scènes lyriques. De quoi attirer le public bordelais, et au-delà.

Plus d’informations seront bientôt disponibles sur le site officiel de l’Opéra.

Elodie Martinez

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading