Espace chroniqueur

Thibault Vicq

S_avatar

Vicq

Thibault

Paris

France

Chroniqueur depuis le 17 mars 2017

Toutes ses chroniques .314

L’Académie de l’Opéra national de Paris chante (encore) Mozart

Thibault Vicq

Après entre autres une version concertante de La Giuditta de Scarlatti à la Grange au Lac et une production de L’isola disabitata de Haydn à l’Opéra de Dijon, les artistes de l’Académie de l’Opéra national de Paris continuent leurs actifs périples scéniques avec le traditionnel gala de début d’année au Palais Garnier. À la veille de nouvelles Noces de Figaro sous le plafond de...


Le bel art de Mozart avec l’Académie de l’Opéra national de Paris

Thibault Vicq

La saison 2020-2021 de l’Opéra national de Paris devait s’ouvrir avec 7 Deaths of Maria Callas, finalement créé il y a quelques jours à la Bayerische Staatsoper. Mais c’est finalement Mozart (une valeur sûre), et qui plus est par l’Académie de l’Opéra national de Paris (valeur tout aussi sûre), qui s’en charge à l’Amphithéâtre Bastille. Trois jours avant que Philippe Jordan...


Sébastien d’Hérin ranime Circé (de Desmarest) à l’Opéra Royal ...

Thibault Vicq

Les reports liés à la Covid finissent toujours par arriver. D’abord prévu en mars 2020 dans le programme des 250 ans de l’Opéra Royal du Château de Versailles, Circé d’Henry Desmarest (également orthographié Desmarets) vient enfin nous procurer les charmes qu’il nous avait promis, dans sa première restitution depuis sa création. Sébastien d’Hérin, cofondateur de l’ensemble...


Une Alcina transfigurée par la musique au Palais Garnier

Thibault Vicq

L’Alcina de Robert Carsen avait charmé notre confrère en 2014 à l’Opéra national de Paris. Pour sa reprise au Palais Garnier (par Christophe Gayral), nous avons peine à y valoriser avec conviction autre chose que les lumières de Jean Kalman. Éluder la magie de l’Orlando furioso derrière les portes closes d’un morne drame bourgeois sur lit Ikea fait vaguement hausser des épaules en 2021. Entre une...


Un festif Chapeau de paille d’Italie de Nino Rota à Metz

Thibault Vicq

Indissociable de la filmographie de Federico Fellini entre 1952 (Le Cheik blanc) et 1978 (Répétition d’orchestre), oscarisé pour sa bande originale du Parrain, 2e partie, Nino Rota montre dès son plus jeune âge une vraie propension à l’art de la composition. Toscanini, qui fréquentait son cercle parental l’enjoint à parfaire son éducation musicale aux États-Unis. Il laisse à la...