Espace chroniqueur

Emmanuel Andrieu

S_avatar

Andrieu

Emmanuel

Montpellier/Paris

France

Chroniqueur depuis le 26 novembre 2013

Toutes ses chroniques . 666

Giuliano Carella dirige un émouvant Simon Boccanegra à l'Israe...

Emmanuel Andrieu

Voilà trois ans que nous n’étions pas revenus à l’Israeli Opera, l’unique structure lyrique digne de son nom en Israël (c’était alors pour une Norma intensément incarnée par la soprano italienne Maria Pia Piscitelli), et c’est pour entendre notre opéra préféré de Giuseppe Verdi que nous y revenons : Simon Boccanegra. Comme souvent à Tel Aviv, c’est une double distribution...


Jean-François Vinciguerra met en scène de drolatiques Chevalie...

Emmanuel Andrieu

Lancelot, Amadis, Renaud, Roland... ils sont de retour ! Mais ces preux n'ont que peu de rapport avec ceux qui peuplèrent l'imaginaire des foules avides d'aventure et de romanesque. Avec les Chevaliers de la Table ronde, dont une première version au Théâtres des Bouffes-Parisiens en 1866, Louis-Auguste-Florimond Ronger (dit Hervé) s'en donne à coeur-joie dans la bouffonnerie, l'outrance, l'excès et le lyrisme aussi,...


Dmitri Tcherniakov dramatise Le Conte du Tsar Saltan de Rimski...

Emmanuel Andrieu

Même si c’est plus fort que lui - et qu’il ne peut pas s’empêcher d’assombrir le propos (comme il l’avait déjà fait avec Kitège au Liceu de Barcelone en 2014) -, Dmitri Tcherniakov émerveille néanmoins à nouveau dans un ouvrage de Nikolaï Rimski-Korsakov, cette fois avec Le Conte du Tsar Saltan (livret de Vladimir Bielski d’après un poème de Pouchkine) au Théâtre...


Lawrence Brownlee et Zuzana Markova enflamment Liège dans Les ...

Emmanuel Andrieu

Concernant Les Puritains, on pourrait commencer par retenir trois choses. C’est le dernier opéra d’un Vincenzo Bellini à la destinée mozartienne : il meurt à trente-quatre ans, en 1835. C’est un ouvrage célèbre et célébré pour la virtuosité qu’il exige de son quatuor d’interprètes. Enfin, si son titre renvoie au conflit qui oppose - au XVIIe siècle en Angleterre - les...


Macbeth comme couronnement (du mandat d'Aviel Cahn) à l'Opéra ...

Emmanuel Andrieu

Alors que Tobias Richter vient d’achever dix années de règne au Grand-Théâtre de Genève avec un opéra de Giuseppe Verdi, en l'occurrence Un Ballo in maschera, c’est aussi avec Verdi que le nouveau directeur de la maison suisse, Aviel Cahn, clôt un règne de dix ans particulièrement réussi à la tête de l'Opera Vlaanderen (Opéra de Flandre). Le metteur en scène allemand...