Une saison 2018-2019 annoncée dans la continuité des précédentes à l'Opéra royal de Wallonie

Xl_liege

L’Opéra Royal Wallonie-Liège vient d’annoncer sa saison 2018-2019. Son directeur, Stefano Mazzonis di Pralafera, rappelle dans sa présentation que « l’Opéra, ouvert et rassembleur, lieu d’accueil et de partage, se vit avec le cœur ». Il ajoute que « la saison 2018-19 suit la même philosophie que les précédentes », à savoir que « à côté de grands titres du répertoire, elle présente des œuvres moins connues ». Le public liégeois aura ainsi l’occasion d’assister à neuf opéras parmi lesquels se trouvent six nouvelles productions ou collaborations internationales.

La saison lyrique débutera par Il Trovatore dans une mise en scène de Stefano Vizioli qui permettra d’entendre Yolanda Auyanet en Leonora, Fabio Sartori en Manrico et Mario Cassi en Conte di Luna. Ce dernier sera également présent pour la deuxième production, Il Matrimonio segreto, mis en scène par le directeur de la maison, Stefano Mazzonis di Pralafera. Aux côtés du baryton, nous retrouverons Céline Mellon, Annunziata Vestri ou encore Patrick Delcour.

En novembre, Claire Servais s’attellera à Tosca, dirigée par Gianluigi Gelmetti. Le rôle-titre sera partagé entre Virginia Tola et Tiziana Caruso que nous avions qualifiée de « révélation » lorsque nous l’avions découverte en Turandot in loco en 2016. Aquiles Machado et Vincenzo Costanzo (qui fera ainsi ses débuts sur cette scène) se partageront pour leur part le rôle de Mario Cavaradossi, ainsi que Marco Vratogna (lui aussi faisant ses débuts in loco) et Elia Fabbian qui interpréteront Scarpia. La fin d’année sera pour sa part plus légère avec Le Comte Ory mis en scène par Denis Podalydès avec des décors d’Eric Ruff.

Le mois suivant, Faust de Gounod prendra place sur la scène de l’opéra, d’après la vision de Stefano Poda. Marc Laho tiendra le rôle-titre, Anne-Catherine Gillet celui de Margueritte, et Ildebrando d’Arcangelo sera le diabolique Méphistophélès. Le directeur de la maison, Stefano Mazzonis di Pralafera, proposera ensuite une deuxième mise-en-scène, cette fois d’Aida, avec à nouveau une double distribution pour les rôles de l’héroïne, partagée entre Serena Farnocchia et Donata d’Annunzio Lombardi (toutes deux présentes pour la première fois à Liège), celui de Radamès interprété par Gianluca Terranova (très beau Rodolfo in loco en 2016 aux côtés de Patrizia Ciofi) et Luciano Ganci, ainsi que celui d’Amneris chanté par Nino Surguladze (superbe Carmen en février dernier sur cette même scène) et Marianne Cornetti (qui a notamment interprété ce rôle à la Scala de Milan).

Une nouvelle production d’Anna Bolena est pour sa part prévue en avril dans une mise en scène à nouveau signée par le maître des lieux Stefano Mazzonis di Pralafera et dirigée par Giampaolo Bisanti. Le rôle-titre sera partagé entre la soprano russe Olga Peretyatko, certainement l’un des principaux attraits de cette production, et Elaine Alvarez qui chantera pour la dernière date. Patrizia Ciofi reviendra pour sa part en Vitellia dans la nouvelle production de La Clemenza di Tito mise en scène par Julien Lubek qui avait signé in loco un formidable Didon et Enée. L’occasion pour le public liégeois de découvrir la mezzo-soprano Anna Bonitatibus ici en Sesto tandis que Leonardo Cortellazzi interprétera Tito.

S’ajouteront à ces œuvres trois productions « Jeune public » : Cendrillon (un opéra participatif), I was looking at the ceiling and then I saw the sky (une nouvelle production) et Don Quichotte (autre nouvelle production librement inspirée de l’opéra éponyme de Massenet). Trois récitals viendront également compléter cette saison, avec tout d’abord Joyce DiDonato en novembre, puis Leo Nucci en mars, et enfin Sonya Yoncheva en juin. Littéralement du trois étoiles pour cette nouvelle saison alléchante qui devrait une nouvelle fois ravir le public liègeois.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading