Lisa Della Casa

Informations Biographie & roles Medias
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Nom :Della Casa
  • Prénom :Lisa
  • Date de naissance :02/02/1919
  • Date de mort :10/12/2012
  • Nationalité :Suisse
  • Tessiture :Soprano

Biographie

Le nom de la soprano suisse Lisa Della Casa reste étroitement associé à celui de son personnage fétiche, Arabella, cette jeune aristocrate viennoise née de l’imagination de Hugo von Hofmannsthal alliée à la musique de Richard Strauss. De l’aveu même de sa « rivale », Elisabeth Schwarzkopf, Lisa Della Casa : « s’appropria le rôle, au disque et à la scène, et à très juste titre, avec sa voix, son charme, sa beauté ». Elisabeth Schwarzkopf, habituellement avare de compliments, reconnaît dans ses Mémoires la suprématie incontestable de celle qui incarna Arabella à la perfection en lui prêtant son timbre cristallin, le legato incomparable de sa ligne de chant et les accents aristocratiques de sa voix lumineuse et presque vaporeuse. Depuis sa prise de rôle en 1951, au Bayerische Staatsoper de Munich, jusqu’à sa soirée d’adieu, à Vienne, le 25 octobre 1973, Lisa Della Casa a constamment approfondi et enrichi le personnage d’Arabella auquel elle a fini par être identifiée.


Maria Cebotari ; © DR

Lisa Della Casa est née le 2 février 1919, à Burgdof, dans le canton de Berne. Elle commence à étudier le chant dès l’âge de quinze ans au Conservatoire de Zurich et elle fait ses débuts en 1941 dans Madame Butterfly de Puccini au Théâtre de Bienne-Soleure. En 1943, la jeune chanteuse intègre la troupe du Stadttheater de Zurich. Trois ans plus tard, le directeur pense à elle pour une nouvelle production d’Arabella de Richard Strauss ; mais finalement, le rôle-titre est confié à la grande soprano autrichienne Maria Cebotari (1910-1949) et Lisa Della Casa obtient le rôle de Zdenka. Richard Strauss qui assiste aux répétitions, est immédiatement conquis par la jeune soprano et l’on rapporte qu’il se serait écrié : « Cette petite sera un jour la seule Arabella ! ». Bientôt, Maria Cebotari recommande Lisa Della Casa au Festival de Salzbourg et au Staatsoper de Vienne, deux scènes prestigieuses qui accueillent la brillante débutante en 1947. La jeune femme intègre la troupe viennoise à laquelle elle restera attachée jusqu’à ses adieux, en 1973.

Très rapidement, toutes les grandes scènes internationales réclament la jeune soprano suisse. En 1951, elle débute à Glyndebourne, en comtesse dans Les Noces de Figaro de Mozart. Elle apparaît une seule fois à Bayreuth, en 1952, dans Les Maîtres chanteurs. Après cette incursion dans le temple wagnérien, elle poursuit son ascension et fait ses premiers pas sur la scène du Metropolitan Opera de New-York, le 20 novembre 1953, dans Les Noces de Figaro. Elle se produira 173 fois au Met jusqu’à ses adieux, le 9 décembre 1967.

A Vienne comme à Salzbourg, Lisa Della Casa côtoie Elisabeth Schwarzkopf qui excelle dans le même répertoire ; toutes deux maîtrisent au plus haut point cet art du chant qui permet de briller chez Mozart et Strauss. Elles possèdent une technique infaillible et une élégance toute aristocratique dans le déploiement du phrasé. Ainsi, à Salzbourg les deux sopranos se succèderont en Comtesse Almaviva dans Les Noces de Figaro, que Schwarzkopf chante en 1957, et Della Casa en 1960. Elles sont l’une et l’autre parmi les plus grandes interprètes des Quatre Derniers Lieder de Strauss


Elisabeth Schwarzkopf ; © DR

Durant toute leur carrière, les deux chanteuses cumuleront les points communs et les incidents qui en découlent. Elles travaillent toutes les deux avec la même rigueur dans les mêmes lieux et avec les mêmes chefs ; à cela s’ajoute le fait qu’elles enregistrent régulièrement les mêmes ouvrages pour des maisons de disques concurrentes. Comment éviter les comparaisons et les oppositions ? Les deux femmes sont de surcroît d’une grande beauté, ce que confirme le surnom donné à Lisa Della Casa, «la top model des cantatrices » ! Certains, comme Rudolf Bing, le directeur du Met, jouent habilement de la « rivalité » entre Della Casa et Schwarzkopf. Quand cette dernière débute sur la prestigieuse scène newyorkaise, c’est dans le rôle de la Maréchale du Chevalier à la rose de Strauss, face à Lisa Della Casa en Octavian ! Schwarzkopf ne reviendra au Met qu’une seule fois, en 1966, pour un Mozart, Don Giovanni, alors que Lisa Della Casa y fera une carrière éblouissante.  

Le 26 juillet 1960, pour l’inauguration du tout nouveau Festspielhaus de Salzbourg, Herbert von Karajan a finalement choisi Lisa Della Casa pour chanter la Maréchale du Chevalier à la rose. Dépitée par cette préférence donnée à sa rivale, Elisabeth Schwarzkopf intrigue pour obtenir de participer au film qui doit immortaliser la production… Lisa Della Casa, choquée par le procédé, ne reviendra plus au Festival de Salzbourg…

Quand elle ne se voue pas toute entière à sa passion pour la scène où elle déploie le charme irrésistible de sa voix argentée au timbre cristallin, Lisa Della Casa mène une existence éminemment discrète dans son château sur les bords du Lac de Constance. A partir des années 70, la chanteuse prend ses distances avec la scène lyrique pour se consacrer à la santé de sa fille, Vesna, âgée d’une vingtaine d’années. En 1974, Lisa Della Casa annonce sa retraite après une carrière de trente ans et elle s’efface complètement, refusant toute interview – à une exception près, en décembre 2008, quand elle accepte de répondre à quelques questions pour la télévision allemande.

Le 10 décembre 2012, s’éteint dans sa demeure de Münsterlingen, celle qui était surnommée « Bella Casa » par ses admirateurs et même, « Della Chiesa », pour les plus fervents d’entre eux. Le Festival de Salzbourg met alors son drapeau en berne.   

Catherine Duault

Répertoire

Interprété dans

Medias

Xl_maria_cebotari
Mode immersif

Commentaires

Loading