Festival d'opéra de Glyndebourne 2018
Du 19 mai 2018 au 26 août 2018

Xl_glynd_2018

Du 19 mai au 26 août 2018 se tient comme chaque année le Festival de Glyndebourne fondé en 1934 par John Christie (propriétaire de la fabrique d’orgue Norman & Beard) et la chanteuse Audrey Mildmay (devenue sa femme).

Tout commence lorsque John Christie, désireux d’accueillir des représentations d'opéras d'amateurs dans sa grande demeure, engage la chanteuse Audrey Mildmay afin d’organiser ces événements lyriques. Leur passion commune les lie finalement dans leur mariage, célébré en 1930. A cette époque, le couple entend développer cette démarche artistique et fait progressivement de l'événement un festival professionnel d’opéra d’excellence afin d’y présenter « non pas le meilleur que nous puissions faire, mais le meilleur de ce qui puisse être fait où que ce soit ». Le couple fait construire un théâtre attenant à la résidence et engage Fritz Busch et Carl Ebert, un chef d’orchestre et un metteur en scène ayant fui l’Allemagne des années 30 pour les raisons que l’on devine. Les deux hommes deviennent alors seuls responsables de la direction artistique tandis que John Christie se charge de la dimension financière du projet.

C’est ainsi que naît la première édition du festival de Glyndebourne le 28 mai 1934. Dès lors s’instaure rapidement ce qui est aujourd’hui encore une tradition incontournable du festival : le déjeuner sur l'herbe dans le parc durant les entractes. Une atmosphère chaleureuse mais aussi familiale qui se retrouve dans la direction puisque la famille Christie en est toujours à la tête : tout d’abord le fils de John, George Christie, puis le fils de celui-ci, Gus Christie, président exécutif depuis 2000, année qui voit également Vladimir Jurowski devenir directeur musical de l'événement.

Dans le cadre de cette édition de 2018, les spectateurs peuvent assister tout d’abord à Madame Butterfly qui ouvre les festivités dès le 19 mai et fait ses débuts au festival dans la mise en scène d’Annilese Miskimmon avec Olga Busuioc dans le rôle-titre, Joshua Guerrero en Pinkerton et Elizabeth DeShong en Suzuki. Il faudra ensuite attendre le 10 juin pour la Première de Giulio Cesare dans la reprise de la mise en scène de David McVicar donnée initialement en 2005. William Christie et Jonathan Cohen se partagent la direction tandis que le public peut entendre Sarah Connolly dans un rôle-titre qu’elle connaît bien pour l’avoir déjà interprété lors de la création de la production. Patricia Bardon est Cornelia, Anna Stephany, Sesto, et Cléopâtre est interprétée de façon majestueuse par Joelle Harvey. Pelléas et Mélisande suit à partir du 30 juin dans une nouvelle production de Stefan Herheim. John Chest et Christina Gansch interprétent le jeune couple face au Golaud de Christopher Purves et sous la baguette de Robin Ticciati.

Le festival reprend ensuite sa production de 2015 de Saul signée par Barrie Kosky, mariant spectacle et psychologie. Karina Gauvin est Merab, Anna Devin est Michal tandis que le héros éponyme est interprété par Markus Brück. Enfin, cette édition 2018 doit se clôturer par une nouvelle production du rare Vanessa mise en scène par Keith Warner et dirigée par Jakub Hrůša et Leo McFall (pour deux dates). C’est à Emma Bell que revient le rôle-titre et à Virginie Verrez celui d’Erika alors qu’Anatol est interprété par Edgaras Montvidas (bouleversant Werther cette saison à Nancy).

A noter que certains opéras sont retransmis au cinéma et/ou en ligne. Plus d'informations sur le site officiel du festival.

En savoir plus

Commentaires

Loading