Chorégies d'Orange 2022
Du 20 juin 2022 au 6 août 2022

Xl_xl_choregies_d-orange_2022

Après deux années marquées par la pandémie, et alors que celle-ci continue d’être une menace pour le secteur culturel, les Chorégies d’Orange se montrent optimistes et impatientes pour une édition 2022 placée sous le signe de la fête et du plaisir. À commencer par celui de se retrouver pour partager « un même bonheur musical, grâce à (l')acoustique exceptionnelle » du Théâtre Antique d'Orange, tout en maintenant la « volonté de faire des Chorégies un Festival pluridisciplinaire ». À ceci s’ajoute la mission d’accessibilité du festival qui offre « la possibilité de découvrir le meilleur de la musique classique, au public le plus large, du mélomane averti à celles et ceux, qui, peut-être n’osent pas pousser la porte d’un opéra, mais qui seront séduits par la perspective d’une soirée dans un cadre magique ». Les organisateurs entendent ainsi célébrer une sorte de retour à la vie (voire la vie tout simplement), dans le cadre d'une édition 2022 qui se tient du 20 juin au 6 août 2022 pour proposer des concerts, des opéras mis en scène, des rendez-vous avec des noms illustres (qu’il s’agisse d’ensembles ou d’artistes solistes), mais aussi de ballets ou encore de ciné-concerts…

Comme il est désormais traditionnel, le festival débute par Musiques en fête, devenu depuis 2011 l’un des rendez-vous lyriques incontournables. Bien que les détails ne soient pas encore officiellement dévoilés, nous retrouvons donc avec grand plaisir pour cette 12ème édition les plus grands airs d’opéra, de la danse, de la comédie musicale, de la chanson, ou encore de la musique traditionnelle, avant que le chef Myung-Whun Chung – fidèle au festival – ne dirige l’Orchestre Philharmonique de Radio France et le pianiste Pierre-Laurent Aimard le 7 juillet. Le 20 juillet, le public qui avait été privé de l’Orchestre et du Chœur de l’illustre Scala de Milan l’an passé peut enfin les retrouver pour une « Nuit Italienne » confiée à la direction de Riccardo Chailly autour d’airs et de musiques de Verdi. Lionel Bringuier dirige la Symphonie du Nouveau Monde de Dvořák le 5 août, ainsi que le Concerto pour violoncelle n°1 de Saint-Saëns avec l’Orchestre Philharmonique de Nice et Edgar Moreau. Autre rendez-vous, celui du ballet du Capitole de Toulouse le 18 juillet avec la Giselle signée par Kader Belarbi.

Côté lyrique, nous retrouvons deux opéras mis en scène cet été, en commençant par L’Elisir d’amore le 8 juillet avec la reprise de la production de l’Opéra de Lausanne mise en scène par Adriano Sinivia en 2012. Sous la baguette de Giacomo Sagripanti, René Barbera incarne Nemorino face à Pretty Yende en Adina. Ils sont rejoints par Andrzej Filończyk (Belcore), Erwin Schrott (Dulcamara) et Anna Nalbandiants (Giannetta). La deuxième œuvre proposée est La Gioconda de Ponchielli le 6 août, dont la mise en scène est cette fois signée par le maître des lieux, Jean-Louis Grinda. Le plateau réunit Saioa Hernandez dans le rôle-titre, Clémentine Margaine en Laura, Marianne Cornetti dans le rôle de La Cieca, Fabio Sartori dans celui d’Enzo Grimaldi ou encore le formidable Amartüvshin Enkhbat en Barnaba. Ajoutons à ces noms ceux d’Alexander Vinogradov (Alvise Badoero), de Jean-Marie Delpas (Zuàne) ainsi que Jean Miannay (Isèpo), tous sous la direction musicale de Daniele Callegari.

Les plaisirs lyriques ne s’arrêtent cependant pas là avec, en plus de ces deux production, la Missa Solemnis de Ludwig van Beethoven, « considérée comme l’une des œuvres majeures du compositeur » et qui est « au cœur du programme du Festival des Chorégies d’Orange 2022 ». John Nelson a « le privilège » (selon ses propres mots) de diriger un ensemble de 300 choristes qui sont l’union de différents chœurs, l’Orchestre NEXUS Symphonique, ainsi que quatre solistes de renom : Patricia Petibon, Marie-Nicole Lemieux, Cyrille Dubois et Nicolas Courjal. Une très belle façon de célébrer la Fête Nationale pour ce 14 juillet 2022 !

Enfin, le récital « Scène émergente » – qui appartient au cycle du même nom initié l’an dernier – accueille Angélique Boudeville, Lucie Peyramaure et Sahy Ratia pour un récital porté par le piano de Kira Parfeevets le 16 juillet. Quant au ciné-concert, il est cette année dédiée aux Lumières de la ville de Charlie Chaplin sous la direction de Debora Waldman. Ce film fut « l’entreprise la plus longue et la plus dure de toute l’œuvre Chaplin », d’autant plus qu’il « étonna la presse et le public en composant lui-même toute la partition musicale des Lumières de la ville ».

Les détails du programme sont disponibles sur le site officiel des Chorégies d’Orange, qui promettent une fois encore de belles festivités.

En savoir plus

Commentaires

Loading