La Gioconda - La Gioconda

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Amilcare Ponchielli
  • Librettiste :Arrigo Boito
  • Année de création :1876
  • Lieu de création :Italie
  • Nombre d'acte :4
  • Langue originale :Italien
  • Maison d'opéra de la production originale :Teatro alla Scala di Milano.

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 Acte 3 Acte 4

« Il faut que le drame soit grand, il faut que le drame soit vrai. » Ainsi s’exprime Victor Hugo dans la préface d’Angelo, tyran de Padoue, l’un de ses rares drames en prose. En le transportant sur la scène lyrique, Amilcare Ponchielli et Arrigo Boito n’ont pas trahi Hugo et leur Gioconda, créée à la Scala de Milan en 1876, est l’un des opéras les plus flamboyants du répertoire. Il n’était pas simple alors, pour un compositeur, d’exister dans l’ombre de Verdi et Ponchielli fut l’un des rares à trouver sa place et son identité, pas toujours loin du Maître mais bien différent quand même. À ses côtés, Boito, qui avait déjà prouvé avec Mefistofele son talent de compositeur, montre qu’il est plus grand dramaturge encore et c’est d’ailleurs auprès de Verdi qu’il va bientôt œuvrer. Entre grand opéra à la française et drame verdien, La Gioconda fait se déchirer les cœurs et se briser les destinées dans la Venise du XVIIe siècle.

L’intrigue se déroule à Venise au XVIIème siècle.

Acte 1

Un jour de printemps, une foule se presse devant le palais des doges à Venise, pour assister à l’annuelle régate. Barnaba, un indic de l’Inquisition s’est mêlé à cette foule, gai et dansant, et courtise de façon honteuse, la jeune et belle chanteuse de rue, Gioconda,  accompagnée de sa mère aveugle. Mais elle le repousse avec effroi et s’en va, car elle attend Enzo, qui a été banni de Venise et qui revient pour la fête, déguisé en capitaine dalmate. Enzo n’aime pas Giocanda, mais Laura, qu’il a connu à Venise, et qui lui a été prise par Badoero, un puissant fonctionnaire d’état.

Barnaba, vexé d’être reconduit par Gioconda, se venge en essaient de monter la foule contre elle et sa mère, prétendant que l’aveugle à envouté le bateau de Zuane, le perdant de la régate. On le croit volontiers, et Zuane et ses amis se jettent sur la soi-disant sorcière afin de la bruler. Enzo la sauve de la foule, mais Barnaba l’accuse encore une fois auprès de Badoero, qui est en train de sortir du palais des Doges en compagnie de Laura. Laura défend la cause de l’aveugle et convainc Badoero, en lui disant que jamais une sorcière ne portera un rosaire. Sur quoi Baodero la fait libérer. Pour la remercier, l’aveugle lui fait cadeau de son rosaire.

Laura a reconnu Enzo. Barnaba est au courant de leur relation et suggère à Enzo de retrouver sa maitresse le soir sur son bateau. Il espère ainsi démontrer à Giocanda qu' Enzo ne l’aime pas, et que la voie est libre pour lui. Enzo accepte ce marché.

Dès qu’il s’éloigne, l’indic dicte une lettre a son scribe, Isebo pour informer Badoero que Laura s’apprête à rejoindre Enzo cette nuit pour s’enfuir avec lui. Mais Giocanda, qui a entendu ces méfaits, est décidée d’aider l’homme qu’elle aime.

Acte 2

Enzo attend près de Venise sa bien-aimée, qui est amenée à bord par Barnaba. Les deux amoureux se jurent l’amour éternel et s’apprêtent à partir. Enzo laisse Laura seule pour donner les ordres à son équipage. Soudain Gioconda apparaît devant Laura et une violente dispute éclate entre les deux femmes. Giocando essaye de poignarder Laura, mais reconnait à temps à son poignet le rosaire de sa mère. Puis elle voit approcher un autre bateau avec à son bord, Badoero. Elle informe vite Enzo de la traitrise de Barnaba, embarque Laura dans son bateau et s’en va. Barnaba et Baodero essayent de les rattraper en vain, et jurent vengeance.
Des galères de guerre attaquent le navire d’Enzo. Le capitaine donne alors l'ordre de faire feu, et s’élance pour aider sa bien-aimée.

Acte 3

Bardero a décidé de tuer sa femme infidèle en la forçant à prendre du poison pendant que ses invités écoutent une sérénade.
Gioconda, qui a présagé le drame, réussit à s’introduire dans le palais, et remplace la fiole de poison par un anesthésiant puissant.
Badoero montre avec sarcasmes à ses invités, parmi lesquels se trouvent aussi Enzo, sa femme morte. Enzo se rue sur le meurtrier, mais se retrouve maitrisé par les gardes. Gioconda propose alors à Barnaba de lui appartenir, s'il sauve Enzo. L’indic triomphe, mais fait arrêter la mère de Gioconda par précaution.

Acte 4

Les amis de Gioconda ont sorti Laura du caveau, toujours inconsciente, pour l’emmener en lieu sûr. Enzo, prévenu par Gioconda fait irruption, et ne peut pas croire qu’elle aie fait déplacer la dépouille de Laura. Il tire alors sa dague. A ce moment même, la prétendue morte se réveille et les deux apprennent enfin ce qu'a risqué Gioconda pour eux. Ils la bénissent et lui souhaitent tout le bonheur du monde, puis s’en vont sans encombres, ne pouvant imaginer une seule seconde ce qui attend la chanteuse. Peut après Barnaba fait irruption pour réclamer son dû. Gioconda réussit à détourner son attention en prétextant de se faire belle pour lui. Elle s’empare alors d’une dague et se donne la mort. Elle n’entend alors plus les paroles sarcastiques de Barnaba, qui lui apprend avoir fait égorger sa mère. 

Commentaires

Loading