Giovanna d'Arco triomphe à La Monnaie de Bruxelles

Xl_giovanna

Après avoir initié sa saison par deux créations mondiales, Macbeth Underworld de Pascal Dusapin et Le Silence des ombres de Benjamin Attahir, le Théâtre Royal de La Monnaie de Bruxelles revient vers le répertoire, mais avec une rareté cependant : Giovanna d’Arco de Giuseppe Verdi. La carrière de cet opéra de jeunesse du compositeur italien n’a jamais été fulgurante, ni au lendemain de sa création à La Scala de Milan en février 1845, ni dans les temps modernes. Mais sans être l’une des meilleures partitions de Verdi, l’ouvrage n’en est pas moins intéressant, et s’avère typique de son penchant à faire cohabiter, dans ses opéras, la solitude du quotidien avec le fracas de la vie publique, toujours sous un jour conflictuel. Dans Giovanna d’Arco, à l’exception du grand ensemble au cours duquel Giacomo accuse sa propre fille et la fait condamner au bûcher, il privilégie l’intimisme, tandis que l’orchestre et l’intervention des chœurs annoncent déjà Macbeth. Les nombreux airs de la partition ont perdu l’allure farouche et l’accent guerrier de ses précédents ouvrages (Nabucco et I Lombardi en tête), et se tournent davantage ici vers un certain belcanto romantique. En fait, l’ouvrage est surtout pauvre d’un point de vue dramatique, le livret de Temistocle Solera reprenant la trame  de la Jungfrau von Orleans de Friedrich Schiller, qui ne se soucie guère de vérité historique. De fait, le livret accumule une incroyable série d’invraisemblances, montrant notamment une Jeanne éprise de son Roi, qui l’aime en retour, et elle ne meurt pas sur un bûcher mais l’épée au poing en combattant les anglais…

Dans le rôle-titre, la soprano géorgienne Salomé Jicia - par deux fois plébiscitée dans ces colonnes l’an passé dans Semiramide à Nancy et La Donna del lago à Liège - incarne une incandescente Pucelle, dont le timbre vif-argent convient parfaitement à cette guerrière exaltée partie libérer la France, poussée à la fois par l’amour qu’elle porte à son Roi, et celui qui l’unit à Dieu. Sa voix respecte au plus haut point la composante virtuose d’une tessiture par ailleurs très lyrique : la formation belcantiste de l’artiste fait ainsi merveille dans les nombreux épanchements de tendresse et de nostalgie (« Sempre all’alba »), mais son soprano corsé et opulent à la fois possède également l’ampleur nécessaire aux éclats de bravoure, qu’elle délivre avec une incroyable incisivité dans l’accent (« O faticida foresta »).

Dans le rôle de Carlo VII, le ténor italien Francesco Meli (en remplacement de Ivan Ayon Rivas, initialement annoncé) soulève également l’enthousiasme, s’engageant corps et âme dans son personnage, avec une fougue, une vaillance, et un rayonnement vocal, qui le montrent certes davantage intéressé par la conquête du corps de Jeanne que par le sauvetage de son royaume, mais qui font mouche sur les auditeurs. A leurs côtés, le baryton grec Dimitri Platanias campe un Giacomo de haut vol. Avec son cantabile d’une grande noblesse et son phrasé souverainement raffiné, il offre une incarnation bouleversante de son personnage. Enfin, la basse italienne Carlo Cigni est un luxe dans le bref rôle de Talbot, tandis qu’on regrette que le jeune et prometteur ténor belge Maxime Melnik n’ait pas plus à chanter dans l’encore plus épisodique partie de Delil. Quant aux Chœurs de La Monnaie, ils se couvrent de gloire dans une partition qui les sollicite ici particulièrement.

Tous ces superbes chanteurs sont portés ce soir, il est vrai, par la baguette ample et généreuse, ardente et précise, du chef italien Giuliano Carella (réputé pour être l’un des meilleurs chefs verdiens de notre temps), qui imprime à un Orchestre Symphonique de La Monnaie des grands soirs, une cohésion et un sens du rythme tout simplement irrésistibles. Il parvient à concilier les extrêmes de la partition : d’un côté, son caractère souvent rêveur et, de l’autre, ses éclats de fureur guerrière... et réussit ainsi l’exploit de ne jamais laisser retomber la tension d’un tableau à l’autre, préservant ainsi le continuité du récit. Un grand Bravo à lui !

Emmanuel Andrieu

Giovanna d’Arco de Giuseppe Verdi au Théâtre Royal de La monnaie de Bruxelles, jusqu’au 16 octobre 2019

Crédit photographique © Emmanuel Andrieu

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading