Des Pêcheurs de perles iconoclastes mais vivifiants à l'Opéra de Flandre

Xl_preview_34a5212

Comme à son habitude, l’Opéra de Flandre propose - avec cette (nouvelle) production des Pêcheurs de perles de Georges Bizet imaginée par le collectif théâtral FC Bergman - une mise en scène iconoclaste, et si nous ne sommes pas toujours convaincus par le résultat, avouons que l’originalité et la cohérence de cette audacieuse régie nous ont enthousiasmés au plus haut point. Prenant pour point d’appui qu’une grande partie de l’histoire est basée sur des souvenirs et des faits anciens, le collectif anversois (composé des quatre trublions que sont Stef Aerts, Marie Vinck, Thomas Verstraeten et Joé Agemans) a eu l’idée de présenter l’histoire non pas sur l’île de Ceylan à une époque lointaine, mais dans un EHPAD à notre époque. Toute l’action se déroule ainsi sur un plateau tournant qui dévoile tour à tour la salle commune de l’établissement (où l’on meurt à tour de bras...), une chambre funéraire où finissent les personnes décédées devant nos yeux pendant l’ouverture (ces deux lieux évoquant le présent), et enfin une plage que surmonte une gigantesque vague survolée par des mouettes empaillées (photo), qui symbolise à la fois les lieux de la jeunesse insouciante des protagonistes, en même temps que la force incoercible de l’amour. C’est ainsi à une réflexion sur le temps qui passe, sur la réalité et les fantasmes, sur la force des souvenirs, sur l’éternité du sentiment amoureux ou encore sur la mort (c’est-à-dire rien d’autre que les thèmes principaux véhiculés par le livret…) que nous invite cette décapante production (donnée sans entracte) - qui n’est pas sans rappeler, par certains aspects, celle d’Iphigénie en Tauride qu’avait montée Krysztof Warlikowski au Palais Garnier il y a une dizaine d’années, et qui s’est achevée par une standing ovation de la part du public flamand. 

Pour mieux coller au parti scénique, Aviel Cahn est allé chercher des chanteurs plutôt âgés, mais vocalement encore solides, et à la hauteur des exigences de leurs parties respectives. Le sexagénaire italien Stefano Antonucci, qui s’exprime dans un français parfait, n’est par chance pas handicapé par le vilain vibrato dont souffrent généralement les chanteurs de son âge : sa voix reste bien assise, et se montre même remarquable de tenue et d’intensité, trouvant son meilleur moment dans  l’air du III, « O Nadir, tendre ami de mon jeune âge », chantée avec un phrasé et une sensibilité qui nous ont ému. Le quinquagénaire américain Charles Workman - glaçant Tambour-Major (Wozzeck) à Genève il y a deux saisons - enthousiasme tout autant dans le rôle de Nadir : dès la fameuse romance « Je crois entendre encore » (délivré sans la reprise finale), il s’impose grâce à une musicalité hors-pair. La ligne est superbement conduite, le souffle maîtrisé avec art et le chanteur dispense des demi-teintes stupéfiantes, jouant à la perfection du registre mixte. De son côté, la Soprano russe Elena Tsallagova - délicieuse Calisto (Cavalli) à l’Opéra national du Rhin il y a deux ans - se glisse avec aisance dans un rôle qui lui convient à merveille, même si la voix commence à s’alourdir et si l’aigu n’a plus la rondeur de jadis. Grâce à son impressionnant jeu scénique, aussi crédible en octogénaire qu’en jeune fille en fleur (la chrysalide se transforme en papillon au cours du spectacle, en retrouvant sa jeunesse...), sa Leïla met facilement le public dans sa poche. Enfin, la jeune basse russe Stanislav Vorobyov campe un sonore Nourabad, mais son émission très ouverte est stylistiquement assez éloignée de l’élégance qu’on associe au genre lyrique français ! Le Chœur (d’hommes) de l’Opéra de Flandre, en revanche, étonne dans ses nombreuses interventions, superbes d’homogénéité et d’aplomb.

En fosse, l’excellent David Reiland - récemment nommé directeur musical de l’Orchestre national de Metz - dirige de manière ample et lyrique un Orchestre symphonique de l’Opéra de Flandre des grands soirs. Mettant notamment l’accent sur les cuivres et les percussions, chaque fois qu’il le peut, le chef belge souligne tout ce que la partition de Bizet doit à l’héritage du « grand opéra », comme dans le finale du II, où les échos des Huguenots ressortent avec évidence.

Emmanuel Andrieu

Les Pêcheurs de perles de Georges Bizet à l’Opéra de Flandre (décembre 2018 à Anvers et janvier 2019* à Gand)

Crédit photographique © Annemie Augustjins

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading