Une saison 2022-2023 riche et éclectique à l'Opéra de Bordeaux

Xl_op_ra_de_bordeaux_2022_2023

Marc Minkowski ayant décidé de ne pas renouveler son mandat à la tête de l’Opéra national de Bordeaux, c’est à Emmanuel Hondré qu’incombe à présent de diriger la maison bordelaise, et de présenter la saison à venir. Une saison 2022-2023 qui se veut riche de 240 levers de rideau et placée sous le signe de l’ouverture : « ouverture à de nouveaux publics, ouverture au dialogue entre les genres de musique, ouverture à de nouvelles expériences hors les murs… Mais aussi une saison tournée vers les familles et la jeunesse : concerts pour les bébés, contes en musique, comédie musicale, opéras participatifs, immersions sonores, danse de rue, création d’ateliers de pratique musicale, création d’une Académie de jeunes artistes… » La prochaine saison multipliera donc les expériences, mais n’en oubliera pas pour autant les productions scéniques.

La Madame Butterfly de Yoshi Oïda créée en 2017 ouvrira la saison sous la direction de Paul Daniel. Karah Son y reprendra le rôle de Cio-Cio San qu’elle connaît très bien et dans lequel nous l’avons entendue à Montpellier en 2019. Face à elle, Riccardo Massi incarnera le détestable Pinkerton. Il faudra ensuite attendre janvier pour entendre le Requiem de Mozart, mis en scène par Stéphane Braunschweig qui en proposera une lecture « simple et en même temps expressive. Il ne s’agit pas de plaquer une interprétation qui figerait l’œuvre dans un carcan ou une image réductrice, mais de laisser la musique au premier plan, en donnant aux chanteurs (chœur et solistes) et aux spectateurs la possibilité d’une sorte de voyage mental à la fois dans la tête du compositeur et dans les temps présents. J’imagine pour cette proposition scénique un espace sobre, mais puissant et symbolique, dont la mobilité et la plasticité permettent d’accompagner tous les mouvements de la musique : ce va-et-vient entre désir d’apaisement et bouffées d’angoisse. Car chez Mozart, l’expérience de la mort, de l’approche de la mort, se fait à partir de la vie ». Ajoutons que « le projet a été entièrement conçu dans une démarche écologique et durable, comme pour montrer que le cycle de la vie ne concerne pas seulement les êtres vivants ». Vocalement, le public pourra bien sûr compter sur le chœur de la maison, mais aussi sur Hélène Carpentier, Fleur Barron, Oleksiy Palchykov et Thomas Dear.

Le mois de février 2023 nous conviera à deux rendez-vous lyriques. Tout d’abord, Didon et Enée revisited, spectacle proposé par l’Académie de l’Opéra National de Bordeaux dont les artistes ont travaillé dans l’esprit d’un atelier collaboratif afin de « faire naître une adaptation libre et engagée de Didon et Énée de Henry Purcell ». Puis plus tard dans le mois, Magdalena Kožená tiendra le rôle-titre d’Alcina dans une version de concert dirigée par Marc Minkowski, à la tête des Musiciens du Louvre. Elle sera entourée d’Erin Morley (Morgana), Elizabeth DeShong (Bradamante), Anna Bonitatibus (Ruggiero), Valerio Contaldo (Oronte) et Alex Rosen (Melisso).

En mars 2023, l’Opéra offrira une nouvelle production de La Favorite, dans sa version française, signée par Valentina Carrasco qui « met en scène les "autres favorites" : celles de notre temps, toutes ces femmes qui sont devenues peut-être invisibles, masquées par les canons de la beauté qui conditionnent tant la vie des femmes de tous âges ». Elle a par ailleurs « souhaité proposer aux femmes de Bordeaux qui le souhaitent de monter sur scène pour participer à ce spectacle ». Varduhi Abrahamyan interprètera Leonora, face au Ferdinand de Pene Pati, à l’Alphonse XI de Florian Sempey, au Don Gaspar de Sébastien Droy et au Balthazar de Vincent Le Texier. Juste après suivra une autre nouvelle production, cette fois-ci d’un opéra participatif : Une Cenerentola, soit La Cenerentola adaptée pour les enfants, qui seront d’ailleurs invités à chanter. Le spectacle, également proposé au TCE en janvier-février, sera signé Daniele Menghini, tandis que l’on retrouvera sur scène Anne-Sophie Vincent et Juliette Mey en Angelina, et Benoit Joseph Meier en Don Ramiro. Pour clore le mois de mars – et débuter celui d’avril –, l’Opéra proposera également Jungle Book (Le Livre de la jungle), créé au Théâtre de la Ville en 2021. La musique et les paroles sont signées par Cocorosie, tandis que Robert Wilson a la charge de la mise en scène, des décors et des lumières. Yuming Hey tiendra le rôle de Mowgli dans cet opéra inspiré de la fameuse œuvre de Rudyard Kipling.

Au mois de juin 2023, l'Opéra de Bordeaux reprendra les Dialogues des Carmélites imaginés par Mireille Delunsch en 2013, ce qui marquait alors la première mise en scène dans laquelle elle « avait choisi de servir fidèlement et sobrement le propos de Poulenc en conservant les habits d’époque dans une scénographie intime et poignante ». Sous la baguette d’Emmanuel Villaume, le plateau réunira Frédéric Caton, Thomas Bettinger, Anne-Catherine Gillet, Marie-Andrée Bouchard-Lesieur ou encore Patrizia Ciofi.

Ultime production lyrique, Porgy and Bess viendra clore la saison dans une nouvelle production imaginée par Emmanuelle Bastet. Sous la direction de Salvatore Caputo, les deux rôles éponymes seront tenus par Timothée Varon et Marie-Laure Garnier. De nombreux concerts et récitals s’ajouteront à ces rendez-vous, comme ceux de Benjamin Bernheim, Véronique Gens, Natalie Dessay, Marie-Nicole Lemieux, Matthias Goerne, Sabine Devieilhe, ou encore Léa Desandre.

Plus d’informations sont disponibles sur le site officiel de l’Opéra de Bordeaux.

Elodie Martinez

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading