L'Opéra national de Paris lance sa plateforme de diffusion de spectacles en ligne

Xl_operachezsoi_opera-de-paris-2020

Pour sa première conférence de presse depuis son arrivée à la direction de l’Opéra national de Paris, Alexander Neef a pu revenir ce matin sur la situation actuelle et les projets à court terme de l’institution, aux côtés du Directeur général adjoint Martin Ajdari et de la Directrice de la Danse Aurélie Dupont. Le reconfinement depuis le 30 octobre dernier a contraint à décaler la grande ouverture de saison avec la reprise à de La Traviata par Simon Stone et la version de concert de la Tétralogie à Bastille.

L’Opéra a pris toutes les précautions pour garantir les représentations, encore faut-il que le gouvernement confirme la réouverture des salles de spectacle, l’année 2020 ayant déjà été émaillée de 145 annulations dans la « Grande boutique »… Les répétitions de La Traviata ont lieu actuellement, pour réentendre Zuzana Marková en Violetta à partir du 2 décembre prochain, et celles de Carmen – dans la vision de Calixto Bieito, vue en 2017 – débutent la semaine prochaine pour une recréation au moment des Fêtes. Le mois de novembre aura donc été très actif pour les artistes (dépistés toutes les semaines, sur la base du volontariat) et les salariés. Les chanteurs et les instrumentistes ont répété masqués, les ateliers de décors ont continué à élaborer les futures productions. Les danseurs ont préparé La Bayadère (à partir du 4 décembre), et l’École de Danse (rouverte dès septembre) a accueilli de nouveaux élèves.

Le feuilleton du Ring continue pour sa part, après l’annulation de Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek. Cet événement devait marquer la fin de mandat du Directeur musical Philippe Jordan. La diffusion en direct sur France Musique des quatre concerts prévue fin novembre a dû être abandonnée pour des raisons d’agenda, en faveur d’une retransmission sonore plus tardive en décembre – les 26, 28, 30 décembre 2020 et 2 janvier 2021. Les premières versions scéniques s’intègreront à la saison 2023-2024.

De bonnes nouvelles, toutefois : des récitals de Marianne Crebassa (5 décembre) et Julie Fuchs (18 décembre), ainsi que deux concerts avec Les Arts Florissants (21 et 22 décembre), s’ajouteront au programme initialement annoncé il y a plusieurs semaines.

Durant le premier confinement, 13 opéras et huit ballets avaient été proposés au public en streaming, mais les droits de diffusion n’avaient pas permis de les laisser longtemps à disposition des internautes. Parmi les dernières innovations mises en place, on peut citer un Facebook Live (payant) le 13 novembre dernier avec trois créations chorégraphiques de Sidi Larbi Cherkaoui, Tess Voelker et Mehdi Kerkouche. L’accessibilité aux nouveaux publics reste un des fers de lance de l’Opéra national de Paris, d’où la décision du lancement de la plateforme en ligne « L’Opéra chez soi », en complément de la 3e Scène, du magazine Octave et du site Aria (sur mobile) déjà existants. « À partir de début décembre », des captations de spectacles en direct et en différé, puis une sélection du catalogue de captations depuis 2012, enrichiront le site. Le dispositif inclura progressivement des cours, ateliers, masterclasses par le ballet et les musiciens de l’orchestre, et même un documentaire making of du Ring 2020, dans une optique « Essayez et testez ». Pour la plupart gratuits, les contenus pourront atteindre une quinzaine d’euros maximum (notamment sur les lives). Cette offre ne remettra bien évidemment pas en question les partenariats de diffusion en cours, comme Arte Concert, France.tv ou « Viva l’Opéra ! » dans les cinémas UGC, mais donnera la maîtrise de l’ « éditorialisation » à l’institution parisienne. Le but affiché est de « garder un lien avec les spectateurs confinés ou loin de Paris » et de « trouver un public moins coutumier des salles d’opéra » par le biais d’un « modèle économique valorisant les œuvres », bien que « l’expérience du théâtre reste irremplaçable », tant au niveau économique que dans l’impact personnel sur le public.

On sait déjà que quatre concerts de l’Académie captés ce mois-ci seront disponibles prochainement sur la plateforme, tout comme une offre payante exclusive autour de La Bayadère. Ce ballet fera l’objet d’un calendrier de l’Avent constitué d’images quotidiennes en studio, interprétées par les Étoiles. Cerise sur le gâteau, le troisième acte sera visible gratuitement en intégralité, le 24 décembre. La première captation en direct d’une production est en attente de confirmation, mais devrait arriver dans les logis « a priori mi-décembre ».

Alexander Neef a annoncé que la mission sur la diversité à l’opéra, confiée à la Secrétaire générale de la Défense des droits Constance Rivière, et à l’historien Pap Ndiaye, apporterait ses conclusions à la mi-décembre. Cette identification des moyens pour faire évoluer les pratiques vers plus de diversité et d’inclusion à l’opéra et dans le ballet sera suivie d’un débat plus large.

2021 devra être porteuse d’espoir pour l’Opéra national de Paris, suite à la perte de près de 50 millions d’euros en 2020. La réouverture du Palais Garnier pour les représentations scéniques a beau être un début, « les jauges demeureront restreintes en début d’année », selon Martin Ajdari. La crise sanitaire affectera également le mécénat (estimé à moins 30% en 2021), l’accueil des spectateurs et visiteurs étrangers (qui représentent 15% du public), et les privatisations, contribuant tous aux ressources propres. 81 millions d’euros reviendront malgré tout à l’Opéra de Paris dans le cadre du plan de soutien annoncé par la Ministère de la culture : 20 millions seront alloués au projet de salle modulable et 61 millions serviront à compenser une partie des pertes prévisionnelles entre 2020 et 2022.

Thibault Vicq

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading