Disparition du compositeur belge Philippe Boesmans

Xl_af9dc2971a

C’est avec tristesse que nous apprenons ce matin la disparition du compositeur belge Philippe Boesmans à l’âge de 85 ans. Il s’est éteint hier, dimanche 10 avril. Dans son communiqué, le Théâtre de la Monnaie indique :

« Il était un invité de choix dans notre Théâtre et l’un des piliers essentiels de notre maison. Sa contribution artistique à la Monnaie et au monde de l’opéra contemporain est inestimable. Trois directeurs successifs de la Monnaie ont pu compter sur ses commentaires constructifs concernant la programmation de notre institution, pour laquelle il a fait des suggestions originales à plusieurs reprises. Son opinion comptait, et elle nous manquera beaucoup. »

Né le 17 mai 1936 à Tongres, en Belgique, Philippe Boesmans a fait des études de piano au Conservatoire de Liège avant de s’orienter vers la composition. Il est alors rapidement remarqué, et devient compositeur en résidence à la Monnaie de 1985 à 2007. Il y créera diverses œuvres, comme les Trakl-lieder en 1987, Reigen en 1993, Wintermärchen en 1999, ou plus récemment et Julie en 2005 sur des livrets de Luc Bondy. Citons également Au monde, créé le 30 mars 2014, qui lui valut le prix de meilleure création mondiale aux International Opera Awards en 2015. Nous avions pu apprécier la production lors d’une retransmission en 2020, et l’œuvre avait aussi été donnée à l’Opéra Comique en février 2015.

Ses compositions ont toutefois pris vie sur d’autres scènes, comme à l’Opéra de Paris avec Yvonne, princesse de Bourgogne, créé en 2009 et dont nous rendions compte lors de sa reprise en 2020. Cette œuvre lui valut par ailleurs le prix de la critique française décerné pour la meilleure création de l’année. Quant à son opéra Julie, il vient tout juste d’être proposé à l’Opéra national de Lorraine dans une mise en scène de Silvia Costa, avant que la production ne soit reprise à l'Opéra de Dijon le mois prochain.

On se souvient également de sa dernière œuvre créée au festival d’Aix-en-Provence en 2017, Pinocchio, dans une mise en scène de Joël Pommerat, dont nous rendions alors compte.

Son ultime œuvre sera toutefois On purge Bébé ! d'après la pièce de Feydeau, qui sera créée au Théâtre de la Monnaie la saison prochaine, mais également donnée à l’Opéra de Lyon en clôture de saison. Le livret et la mise en scène seront signés par Richard Brunel, tandis que le plateau réunira Jean-Sébastien Bou, Jodie Devos, Julien Behr ou encore Jérôme Varnier.

Philippe Boesmans laisse ainsi derrière lui plusieurs opéras qui devraient encore être donnés dans les années à venir, et s’inscrire ainsi de façon assez solide et durable dans le paysage lyrique – quand ce n’est pas déjà fait.

Elodie Martinez

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading