Cinq questions à Florie Valiquette

Xl_florie_valiquette

Venue de la Belle Province, la soprano Florie Valiquette a rapidement conquis les plus grandes scènes hexagonales, grâce à sa voix fraîche et scintillante. Nous avons eu la joie de l’applaudir dans des salles telles que l’Opéra de Vichy (dans Werther), l’Opéra-Comique (dans Le Postillon de Lonjumeau), le Grand-Théâtre de Tours (pour un Gala lyrique), et tout dernièrement au Festival Berlioz dans un rare oratorio de Haendel. Nous en avons profité pour lui tendre notre micro.

***

Opera-Online : Vous êtes québécoise, une région du monde décidément riche en grandes et belles voix. Avez-vous une explication ?

Florie Valiquette : Probablement en raison de la neige et du sirop d’érable ! (rires) Difficile de trouver une explication, mais il est certain que les québécois aiment chanter… cela vient peut-être de la tradition musicale passée dans les collèges et les couvents d’autrefois, de notre folklore ? Il est vrai que notre beau coin du pays regorge de magnifiques voix, et je dirais même des voix qui ont la qualité d’émouvoir, tant en chansons populaires que dans le monde lyrique.

On vous sait végane. Cela influence-t-il votre voix ?

En tant que chanteur, peu importe notre régime alimentaire, je crois qu’il est primordial de prendre soin de notre corps, de notre santé physique, tout comme notre santé mentale. Je suis devenue végane il y a six ans pour des raisons éthiques. Cela a beaucoup changé ma perception du monde mais j’ai également commencé à m’intéresser à l’aspect alimentaire et cela m’a ouvert à un tout autre univers culinaire. On ne devient pas invincible en étant végane, surtout qu’il est maintenant de plus en plus facile de manger tout plein de délicieuses gourmandises végétales – surtout à Paris ! (rires) – mais j’adore cuisiner et manger santé. C’est certainement lorsque je mange sainement que je performe le mieux et que j’ai le plus d’énergie dans la vie comme sur scène.

Ce qui surprend dans votre agenda, c’est que votre répertoire est extrêmement éclectique, brassant toutes les époques, les langues et les styles…

En effet, j’ai fait mes débuts européens au Festival d’Aix-en-Provence dans un opéra contemporain composé pour six voix de femmes a cappella ! (NDLR : Svadba d’Ana Sokolovic). J’adore chanter différents styles de musique. Je suis tombée en amour avec la scène adolescente, en chantant de la comédie musicale. Pour moi, chanter est un moyen de communication extrêmement fort, un moment de connexion et d’union avec le public et avec nos collègues. Je suis heureuse que ma carrière m’amène à aborder une panoplie de répertoires différents, autant pour les rencontres extraordinaires que je fais, que pour le développement de ma voix et la satisfaction que je retrouve dans l’exploration d’une diversité musicale.

On vient de vous entendre dans un oratorio de Haendel au Festival Berlioz. Que vous apporte plus spécifiquement le répertoire baroque. Est-il par exemple celui que vous préférez ?

La musique baroque m’apporte beaucoup de joie, et grâce à la confiance de Laurent Brunner et de Château Versailles Spectacles, j’ai eu le privilège de faire plusieurs enregistrements récemment (Les Leçons des Ténèbres de Couperin, Scylla et Glaucus de Leclair, les Chandos Anthems de Haendel…). J’aime le raffinement, l’aspect dramatique et la grande précision du style baroque français, tout comme la magnificence et l’intensité spirituelle que l’on retrouve dans les œuvres sacrées chez Haendel. Je garde un merveilleux souvenir de notre concert d’Israël en Égypte au Festival Berlioz, l’orchestre et le chœur y ont été grandioses. Et oui, la musique baroque a certainement une place spéciale dans mon cœur !

Quels sont vos projets immédiats et vos rêves professionnels dans un futur plus ou moins lointain ?

Ma nouvelle saison commence avec mes débuts dans le rôle de Susanna des Noces de Figaro au Grand-Théâtre de Luxembourg et à l’Opéra Royal de Versailles ! Il s’agit déjà d’un rêve pour moi et je suis si heureuse de pouvoir enfin chanter ce rôle avec deux superbes équipes. Je serai aussi Gabrielle dans une nouvelle production de La Vie Parisienne à l’Opéra de Rouen et au Théâtre des Champs-Élysées, Sophie (dans Werther) à Bordeaux ou encore Zerlina (dans Don Giovanni) à l’Opéra de Québec… J’ai également plusieurs concerts en perspective, notamment avec l’Orchestre royal de Versailles, Le Concert Spirituel, Les Talens Lyriques, Insula Orchestra… Je suis comblée d’une prochaine saison remplie de beaux projets ! Et souhaitons simplement que cela se poursuive, que notre art puisse continuer de vivre et de respirer, malgré les épreuves du moment…

Propos recueillis en août 2021 par Emmanuel Andrieu

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading