115 millions d'euros d'aide supplémentaires pour la Culture

Xl_b9724403722z.1_20200827210308_000_ga9gidvvq.1-0

Après avoir annoncé cet été une aide de 432 millions d’euros, le gouvernement et le ministère de la Culture viennent d'annoncer la mise en place d'une nouvelle aide financière exceptionnelle pour le secteur du spectacle vivant et du cinéma, à hauteur de 115 millions d'euros. 

Cette nouvelle enveloppe fait suite au refus d'un assouplissement du couvre-feu pour les détenteurs de billet de spectacle ou de ticket de cinéma, et vise à pallier au manque à gagner indéniable d'une telle décision dans des secteurs où la grande majorité de l'actvité se fait en soirée. D'autant plus que, suite au discours du Premier Ministre hier, ce sont à présent 54 départements qui sont touchés par cette mesure de couvre-feu de 21h à 6h. Le monde du spectacle devra donc s'adapter aussi dans les nouvelles régions concernées : on imagine que, comme dans les huit métropoles déjà touchées par la mesure (comme Paris, Lyon, St-Etienne ou Montpellier), les horaires de spectacles seront modifiés autant que possible. Néanmoins, Roselyne Bachelot n'ignore pas que « le couvre-feu a de lourdes conséquences sur le maintien de l'activité. Les structures adaptent les horaires, mais évidemment elles ne rencontrent pas forcément leur public. Et donc leurs ressources vont diminuer. Notre objectif, c'est à la fois de sauvegarder les programmations et les salles en permettant de jouer même à jauge extrêmement réduite ». La somme allouée a donc vocation à compenser le manque à gagner induit par cette activité réduite et sera répartie comme suit : 30 millions pour le cinéma, et 85 millions pour le spectacle vivant.

Au final, pour ce qui est du spectacle vivant musical, « le fonds de sauvegarde et de compensation sera doté de 55 millions d’euros supplémentaires dont trois millions destinés particulièrement aux auteurs », tandis que le gouvernement souhaite aussi « proposer au Parlement de prolonger l’exonération de la taxe sur les spectacles au premier semestre 2021 pour alléger les charges des entreprises du secteur ».

Des mesures « pour éviter l’effondrement » du spectacle vivant et du cinéma, pour « préserver l’accès de tous à notre culture », laissant présager que le gouvernement ne s'attend pas à une amélioration de la situation sanitaire à court terme, et qu'il prend acte du risque réel que court le secteur de la Culture en France : « nous avons besoin de culture, et peut-être encore plus pendant cette crise qui affecte notre capacité à nous rassembler ». 

| Imprimer

Commentaires

Loading