Pas d'assouplissement pour les salles de spectacles, qui modifient leurs horaires

Xl_opera-couvre-feu

C'est décidément une suite de rebondissements que suscite le couvre-feu pour les salles de spectacles. Après avoir été annoncé par le Président de la République mercredi soir, puis qu'une proposition d'assouplissement a été appuyée par la Ministre de la Culture, le Premier Ministre se prononce finalement contre cette dernière, estimant que « nous devons combattre le virus », et pour ce faire, « il faut que la règle soit claire, et donc nous ne souhaitons pas faire d’exception ». Et de poursuivre : « plus on fait des exceptions, plus il y a de risques que le couvre-feu ne soit pas efficace ».

Il semble donc se ranger derrière son ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui avait déjà fait savoir plus tôt dans la journée de vendredi son opposition à cette proposition en faveur du monde de la culture, qui s'est déjà attaché à déployer des mesures sanitaires, manifestement efficaces. Néanmoins, selon Jean Castex, « pour être acceptées, les règles doivent être claires et simples, les mêmes pour tous. Je suis sûr que chacun pourra s’adapter, y compris le monde de la culture ». S'adapter, oui, mais à quel prix et jusqu'où le public pourra-t-il lui aussi s'adapter ?

Enfin, le Premier Ministre promet « tous les moyens » pour « amortir le choc que cela va représenter » : Roselyne Bachelot et Bruno Le Maire doivent en discuter le plan de bataille.

D’ici là, les salles de spectacles concernées par le couvre-feu annoncent d’ores et déjà modifier leurs horaires. Si les représentations programmées en matinée (le plus souvent le weekend) restent généralement inchangées, les productions en semaine sont le plus souvent avancées à 17h30, 18h ou 18h30 de sorte que les spectateurs puissent être de retour à domicile avant le couvre-feu. Et quand avancer l’horaire d’une représentation ne suffit pas, certaines œuvres sont aussi réduites (comme c’est le cas par exemple du Ballet royal de la nuit à l’Opéra de Lille, réduit à deux heures, dont les représentations des 18 et 19 novembre débuteront à 18h).
La plupart des maisons concernées (comme l'Opéra de Paris, le Théâtre des Champs-Elysées, la Philharmonie de Paris, l’Opéra de Lille ou encore l’Opéra de Rouen, entre autres) annoncent leur intention de contacter directement les spectateurs titulaires de billets pour les productions reprogrammées.

| Imprimer

Commentaires

Loading