Esclarmonde - Esclarmonde

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Jules Massenet
  • Librettiste :Alfred Blau
  • Année de création :1889
  • Lieu de création :France
  • Nombre d'acte :6
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Opéra Comique.

Description de l'Œuvre

Description Prologue Acte 1 Acte 2 Acte 3 Acte 4 Epilogue

« Opéra romanesque » en quatre actes et huit tableaux, Esclarmonde est aujourd’hui tombé dans l’oubli après avoir connu une brève résurrection en 1974 grâce à Joan Sutherland (1926-2010) et à son mari, le chef d’orchestre Richard Bonynge (1930). Celle que l’on surnommait « La Stupenda » incarna Esclarmonde durant neuf années en éblouissant le public par la perfection de sa technique et la stupéfiante virtuosité de ses vocalises. La soprano colorature australienne mettait ainsi ses pas dans ceux d’une autre chanteuse exceptionnelle dont la voix couvrait trois octaves, Sibyll Sanderson (1865-1903). C’est pour cette jeune américaine aux aigus stratosphériques que Jules Massenet a écrit le rôle de la magicienne amoureuse du chevalier Roland. Sibyll Sanderson sera aussi la créatrice de Thaïs (1894) et l’interprète idéale de Manon (1884), de l’aveu même de son créateur.
En 1887, alors que le compositeur traverse une période de découragement marquée par les différents obstacles qui retardent la création de Werther (1892), son éditeur Georges Hartmann (1843-1900) lui propose un livret adapté d’un roman médiéval, Partenopeus de Blois (1180). Les deux librettistes, Alfred Blau (1836-1906) et Louis de Gramont (1855-1912) ont mélangé sans grand souci de vraisemblance plusieurs ingrédients typiques du genre héroïco-fantastique qui a les faveurs du public. Puisant dans toutes les ressources de son savoir-faire orchestral Massenet tente d’unifier ce patchwork tissé de scènes d’apparat et de situations convenues où la passion et l’héroïsme se teintent de surnaturel. Dédiée à Sybil Sanderson qui prit une part active à son élaboration finale, la partition ne comporte aucune page remarquable. On a souvent reproché au compositeur d’avoir recours à différents procédés glanés chez Charles Gounod et Giacomo Meyerbeer, ou encore chez Felix Mendelssohn et Hector Berlioz. Mais Esclarmonde rappelle surtout Richard Wagner, auquel Jules Massenet emprunte sa fameuse technique du leitmotiv. Cet éclectisme musical n’a pas empêché Sybil Sanderson de triompher lors de la création de l’ouvrage donné dans le cadre de l’Exposition universelle de 1889 qui vit l’inauguration de la Tour Eiffel. Un critique du Figaro subjugué par le contre-sol de la belle soprano, le décrivit comme « la Note-Eiffel de l’Opéra-Comique ».

Résumé

Le vieil empereur Phorcas abdique en faveur de sa fille aînée, Esclarmonde, qu’il a initiée à la magie. La jeune fille devra rester voilée jusqu’à son vingtième anniversaire où sera organisé un tournoi dont le vainqueur recevra sa main et le trône. Mais Esclarmonde est tombée amoureuse de Roland, un beau chevalier français, et elle ne résiste pas à la tentation d’user de ses pouvoirs magiques pour l’attirer sur une île enchantée et le séduire. Roland succombe aux charmes d’Esclarmonde qui le fait jurer de ne rien révéler de leur amour sous peine de la perdre à jamais. Hélas, le secret des deux amants est bientôt découvert et ils doivent renoncer l’un à l’autre. Le triomphe de Roland lors du tournoi imaginé par Phorcas leur permettra de se retrouver d’une manière inespérée et de s’unir enfin comme ils le désiraient. 

Prologue

Phorcas, l’empereur de Byzance, s’adresse à son peuple pour lui annoncer qu’il laisse son trône à sa fille aînée Esclarmonde. Il obéit à l’injonction d’Esprits qui l’obligent à se retirer dans un lieu secret que seule connaîtra Parséis, sa plus jeune fille. Personne ne doit voir le visage d’Esclarmonde qui restera voilée jusqu’à ses vingt ans où un tournoi décidera du choix de son époux auquel reviendra le trône de l’empire d’Orient. Le peuple acclame Esclarmonde.

Acte 1

Esclarmonde est tombée amoureuse d’un beau chevalier, Roland de Blois. Comment le retrouver ? Parséis lui suggère d’user de ses pouvoirs magiques… Toutes les hésitations de la jeune magicienne tombent quand elle apprend que celui qu’elle aime serait sur le point d’épouser la fille de Cléomer, le roi de France. Esclarmonde a recours à la magie pour transporter Roland sur une île enchantée où elle le rejoint sur un char magique. 

Acte 2

Roland revient à lui au milieu de jardins féériques peuplés d’Esprits. Esclarmonde lui déclare son amour. Après une nuit enflammée, la jeune femme demande au chevalier de ne jamais révéler le secret de leur passion. Elle exige qu’il ne cherche ni à voir son visage ni à savoir qui elle est. Roland doit partir combattre les Sarrasins qui assiègent le roi Cléomer, à Blois. Esclarmonde donne à Roland l’épée de Saint-Georges qui lui assurera la victoire tant qu’il sera fidèle à sa promesse ; de son côté, elle promet de le rejoindre chaque nuit où qu’il se trouve.

Acte 3

Les habitants de Blois sont sur le point de se rendre à Sarwégur, le chef des Sarrasins, quand Roland surgit et emporte la victoire grâce à l’épée de Saint-Georges. En récompense de cet exploit, Cléomer lui offre la main de sa fille. Roland refuse en gardant son secret jusqu’à ce que l’Evêque de Blois lui fasse avouer qu’il est l’époux d’une fée. Convaincu de la nécessité d’exorciser le chevalier ensorcelé, le prélat surprend les amants et arrache son voile à Esclarmonde qui disparaît. Elle est désormais privée de ses pouvoirs magiques et l’épée de Saint-Georges se brise entre les mains de Roland. 

Acte 4

Inquiets de la disparition d’Esclarmonde, Parséis et son fiancé Enéas vont trouver Phorcas qui vit en ermite dans la forêt des Ardennes. Le vieil homme est furieux d’apprendre que sa fille aînée n’a pas respecté ses promesses. Il invoque les Esprits qui lui amènent Esclarmonde pour qu’elle se justifie. Malgré les supplications de sa fille, Phorcas exige un châtiment sévère. Pour punir sa désobéissance, il la condamne à renoncer au trône et à son amant. Esclarmonde demande à Roland de l’oublier. Dans l’espoir d’y trouver la mort, le chevalier choisit de participer au tournoi que Phorcas maintient pour décider du mariage de sa fille tout en ignorant qui elle est réellement.

Epilogue

Alors qu’il espérait être tué, Roland remporte le tournoi sans savoir qu’Esclarmonde est la propre fille de Phorcas. Le chevalier, toujours désespéré d’avoir perdu sa belle inconnue, refuse d’épouser la princesse ; mais le quiproquo est bientôt levé car le voile d’Esclarmonde tombe, et Roland la reconnaît enfin. Les deux amants peuvent s’unir en présence de toute la cour.

Commentaires

Loading