Viva la mamma ! retransmise sous les étoiles de quatorze villes

Xl_viva_la_mamma_sous_les__toiles

Nous évoquions récemment le truculent Viva la mamma ! donné actuellement à l’Opéra de Lyon avec un excellent Laurent Naouri dans le rôle principal (lire notre chronique). Afin de partager ce « grand éclat de rire » et dans sa politique d’ouverture à tous, la maison lyonnaise s’associe avec une quinzaine de villes afin de retransmettre la production en direct et le plus souvent en plein air, dans ces villes, le 8 juillet prochain.

Cela fait maintenant neuf ans que Serge Dorny a instauré ce rendez-vous autour de quatre points fondamentaux. Tout d’abord, la gratuité, afin de permettre à tous de profiter d’un même spectacle tout en touchant un plus large public, le coût d’une place étant souvent un frein pour une première expérience. Cette gratuité peut également permettre de vivre cette expérience de l’opéra d’une autre manière, en s’y rendant en famille ou bien avec de nombreux amis. Ensuite, la simultanéité, qui permet de vivre communément cette expérience, sans avantage pour une ou plusieurs villes. Les œuvres doivent également être accessibles à tous, qu’ils s’agissent d’œuvres vivant dans les mémoires (comme Carmen ou la Flûte enchantée) ou bien d’œuvres populaires, « au meilleur sens du terme » selon les mots de Serge Dorny. Enfin, il s’agit d’une manifestation en plein air chaque fois que cela est possible afin de profiter du ciel et des étoiles, « la plus belle scénographie » qui soit, toujours selon le directeur.

En 2009, la première édition présentait au public La Traviata, dans la mise en scène de Klaus Michael Grüber avec Ermonela Jaho dans le rôle de Violetta ; puis Porgy and Bess l’année suivante, mis en scène par José Montalvo et Dominique Hervieu, ce qui représentait un véritable exploit vis-à-vis des droits. En 2011, c’était Cosi fan tutte par Adrian Noble, puis la Carmen souvent décriée (mais pas dans nos colonnes) d’Olivier Py en 2012, une production que la maison lyonnaise reprenait par ailleurs en 2015 et que Serge Dorny souhaiterait revisiter et refaire vivre dans les prochaines années. La Flûte enchantée suivait en 2013, mise en scène par Pierrick Sorin avec notamment Sabine Devieilhe dans le rôle de la Reine de la Nuit, avant que le public ne découvre Le Comte Ory de Laurent Pelly avec Dmitry Korchak, Antoinette Dennefeld ou encore Jean-Sébastien Bou. L'édition 2015 avait été une exception car ce n’était pas un opéra qui était proposé mais un ballet, véritablement magique, enchanteur et dépaysant, celui d’Atvakhabar Rhapsodies, qui avait déjà enchanté le public lors de sa création en 2013. Enfin, l’an passé, le public revenait à l’opéra avec L’Enlèvement au Sérail mis en scène par Wajdi Mouawad qui s’attelait ici à son premier opéra avec, entre autre, Cyrille Dubois dans le rôle de Belmonte. 

Cette année, c’est donc Viva la mamma !, portée par trois « Laurent » (Lorenzo Viotti, Laurent Pelly et Laurent Naouri) qui devrait amuser le plus grand nombre. Si en 2009, l’Opéra de Lyon ne comptait que six communes partenaires, elle en compte aujourd’hui quatorze, atteingant ainsi presque son maximum. En effet, il faut pouvoir obtenir un écran, mais également des techniciens afin de gérer la liaison satellite, sans oublier les capteurs pour recevoir le signal (l’Opéra achetant du « temps satellite » pour la représentation tout en ayant une bande d’enregistrement de secours en cas de coupure, cette dernière étant synchronisée avec le direct afin que le public ne soit pas gêné).

À Lyon, si les habitants ont pris l’habitude de se retrouver place des Terreaux pour ce rendez-vous désormais culte, ils avaient dû se déplacer place Bellecour l’an passé afin de profiter de la fan zone mise en place. Cette année encore, la place habituelle ne sera pas le lieu de rendez-vous, la fontaine s’y trouvant étant en travaux (mais peut-être que le caractère difficilement évacuable de l’endroit ne permettant pas une sécurité satisfaisante dans le climat actuel est également à prendre en compte dans cette décision). Il faudra donc se rendre à Fourvière, dans le théâtre antique de la ville qui sera alors la scène du festival des Nuits de Fourvière, pour profiter de cette retransmission gratuite. Le lieu devrait probablement permettre une meilleure vue, notamment pour les personnes les plus éloignées, et dispose d’une capacité de 10 000 spectateurs. Enfin, celles et ceux qui se rendront à ces retransmissions auront la chance de voir un making-off de la production tourné en partenariat avec les équipes de France 3. Une belle soirée s’annonce donc sous le ciel d’été dans la région Rhône-Alpes-Auverge !

 

Liste des lieux de retransmission :

AMBÉRIEU-EN-BUGEY
Parc du Château des Echelles
En cas d'intempérie : repli le soir même à l'Espace 1500
rens. 04 74 46 17 27

AURILLAC
Cinéma Le Cristal
rens. 04 71 64 02 03

BELLEGARDE-SUR-VALSERINE
Cinéma Les Variétés
rens. 04 50 48 65 04

CHAMONIX-MONT-BLANC
Place du Mont-Blanc
En cas d'intempérie : repli le soir même à la Salle du Majestic
rens. 04 50 53 75 17

CLERMONT-FERRAND
Jardin Lecoq
rens. 04 73 42 63 63

CREST
Place du Docteur Rozier
En cas d'intempérie : repli le soir même au cinéma Eden
rens. 04 75 55 94 65

ISSOIRE
Cinéma Le Modern
rens. contact@cinemodern-issoire.fr

LE CHEYLARD
Château de la Chèze
rens. 04 75 29 18 71

LYON
Les Nuits de Fourvière - Grand Théâtre Antique
rens. 04 69 85 54 54

MONTÉLIMAR
Place Provence (Maison des services publics)
rens. 04 75 54 35 80

ST-QUENTIN-FALLAVIER
Espace culturel George Sand
rens. 04 74 94 88 00

THONON-LES-BAINS
Plage municipale
En cas d'intempérie : repli le soir même à l'Espace Tully
rens. 04 50 71 08 04

USSON-EN-FOREZ
Cinéma Le Quai des Arts
rens. 04 77 50 60 99

VILLIÉ-MORGON
Parc de la Mairie
En cas d'intempérie : repli le soir même à la Salle des Sports
rens. 04 74 06 11 11

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading