Un Rigoletto en plein air dès juillet pour faire revivre l'Opéra de Rome

Xl_93876032_3656090387740147_3139148187411939328_o

L’Italie a été touchée particulièrement durement par la pandémie de Covid-19, mais après plusieurs semaines de confinement, les autorités locales envisagent désormais une reprise d’activité, incluant les activités culturelles et l’Opéra de Rome pourrait être le premier établissement lyrique à lever de nouveau le rideau. S’il n’est pas encore question d’accueillir le public dans sa salle (les rassemblements de plus de 200 personnes dans les lieux clos sont toujours interdits en Italie et pourraient le rester encore jusqu’à l’automne), d'après le Corriere della Sera, Carlo Fuortes, le surintendant de l’Opera di Roma, imagine une « saison estivale en plein air ».

En accord avec les autorités romaines et le conseil scientifique local, Carlo Fuortes annonce une nouvelle production de Rigoletto sur la Piazza di Siena – en lieu et place des Thermes de Caracalla, trop exigus, l'habituelle résidence d'été de l'Opéra de Rome. La Piazza di Siena est suffisamment vaste pour accueillir jusqu’à 1000 personnes (interprètes et équipes techniques comprises), tout en répondant aux exigences sanitaires gouvernementales : les sièges seraient numérotés et espacés pour respecter les mesures de distanciation sociale au sein du public.

Tout aussi complexe (mais peut-être aussi stimulant et à même d’exacerber la créativité), cette nouvelle production de Rigoletto sera confiée à Damiano Michieletto, qui lui aussi devra imaginer une mise en scène respectueuse des consignes sanitaires – « il existe mille façons de représenter l'amour et la haine », il pourrait s’appuyer sur la technologie et des projections vidéo pour s’exprimer malgré les contraintes sanitaires, et « s'adapter aux difficultés pour mieux les transformer en opportunités ».
Déjà plusieurs artistes (« tous italiens » et présents dans le pays) auraient répondu présents : Luca Salsi, Vittorio Grigolo et Rosa Feola. Le directeur musical de l’Opéra de Rome, Daniele Gatti devrait assurer la direction d’orchestre.

Et Carlo Fuortes n’entend pas en rester là. Si la programmation de cette saison estivale en plein air est encore en cours de réflexion, Le Barbier de Séville pourrait suivre après Rigoletto. Quant à l’avenir à plus long terme, Mario Martone serait déjà en train d’adapter la mise en scène de sa Clémence de Titus, qui doit normalement inaugurer la prochaine saison de l’Opéra de Rome en novembre prochain, pour respecter les nouvelles consignes sanitaires sur scène. 

Crédit photo : Opera di Roma

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading