Le pouvoir guérisseur du récit au coeur de la saison 2022-23 de l'Opéra national du Rhin

Xl_onr_22_23

Le directeur général de l’Opéra national du Rhin, Alain Perroux, a annoncé dernièrement la saison 2022-2023 de l’institution alsacienne. Si, l’an dernier, il s’agissait de « promouvoir le caractère rassembleur du récit, il s’agira cette année de faire valoir une autre propriété des narrations : celle de nous apporter réconfort et sérénité » grâce à un programme qui souhaite célébrer le pouvoir guérisseur du récit. En tout, plus de 200 levers de rideau sont annoncés, dont plusieurs nouvelles productions lyriques, une création mondiale et une création française.

Il ne faudra d’ailleurs pas attendre longtemps pour découvrir la création mondiale Until the Lions, de Thierry Pécou, mise en scène et chorégraphiée par Shobana Jeyasingh. Il faut dire aussi que cette création était initialement prévue en mars 2020, au cœur du festival Arsmondo dédié à l’Inde, mais qu’elle a été reportée suite au Covid. On espère donc découvrir rapidement cette adaptation du roman Until the Lions : Echoes from the Mahabharata de l'écrivaine Karthika Naïr : sous forme de « variation sur des thèmes de la grande épopée du Mahabharata, le récit fondateur de l'hindouisme, Until the Lions donne la parole aux femmes qui ont eu le plus à souffrir des rivalités, des destructions, des guerres, de la violence du pouvoir et de la domination du patriarcat ».

Suivra en octobre-novembre la création française du Chercheur de trésors de Franz Schreker, mis en scène par Christof Loy, en coproduction avec la Deutsche Oper Berlin. L’œuvre fut écrite durant les affres de la Première Guerre mondiale « avant d'être créée à Francfort en 1920 et de devenir l'un des plus grands succès lyriques de la République de Weimar ». Helena Juntunen et Thomas Blondelle incarneront Els et Elis, avant qu’un grand classique ne vienne marquer la fin d’année, à savoir La Flûte enchantée, dans une nouvelle production signée Johanny Bert. Svetlana Moskalenko et Anna Siminska se partageront le rôle de la Reine de la nuit, Eric Ferring et Trystan Llŷr Griffiths celui de Tamino, Huw Montague Rendall et Philippe Sly celui de Papageno, et Lenneke Ruiten et Helène Carpentier celui de Pamina.

Patricia Petibon reprendra pour sa part le rôle d’Elle dans La Voix humaine que mettra en scène Katie Mitchell en février-mars, en diptyque avec Aeriality, une pièce orchestrale d’Anna Thorvaldsdottir. Une nouvelle production de Cenerentolina est également annoncée en mars et avril. Il s’agit d’un opéra jeune public d’après l’œuvre de Rossini et « d’après la production du Grand Théâtre de Genève », mis en scène par Sandra Pocceschi et Giacomo Strada.

Raphaël Pichon dirigera Le Couronnement de Poppée imaginé par Evgeny Titov, avec un plateau réunissant Giulia Semenzato (Poppée), Kangmin Justin Kim (Néron), Carlo Vistoli (Othon), Nahuel Di Pierro (Sénèque), Emiliano Gonzalez Toro (Arnalta) ou encore Julie Roset (Amour). De quoi présager une soirée fortement intéressante et très attrayante !

Ultime nouvelle production de la saison, Turandot sera mise en scène par Emmanuelle Bastet et dirigée par Domingo Hindoyan. Le spectacle permettra d’entendre le finale original présenté sous sa forme complète, un dernier envol magistral voulu par Puccini, avec un développement triomphal du thème de « Nessun dorma ». Elisabeth Teige tiendra le rôle-titre face à Adriana Gonzalez (Liu), Arturo Chacón-Cruz (Calaf), Mischa Schelomianski (Timur) ou encore Raúl Giménez (l’Empereur Altoum).

Outre ces nombreuses nouvelles productions, l’Opéra national du Rhin proposera également Histoire(s) d’opéra en ouverture de saison, une « déambulation à travers dix opéras miniatures », un « recueil de nouvelles musicales interprété par les jeunes artistes de l'Opéra Studio de l'OnR ». En mars, il sera possible d’assister à l’opéra volant Petite Balade aux enfers, un spectacle lyrique avec marionnettes d’après Orphée et Eurydice de Gluck, mis en scène par Valérie Lesort avec Brenda Poupard et Lauranne Oliva. Candide sera proposé pour sa part en version de concert, avec notamment Lambert Wilson, Damian Arnold et Floriane Derthe.

Enfin, Le Conte du Tsar Saltane de Rimski-Korsakov imaginé par Dmitri Tcherniakov que nous avions vu à La Monnaie en 2019 sera proposé en mai dans le cadre du festival Arsmondo Slave. Ante Jerkunica y reprendra le rôle du Tsar Saltane, Svetlana Aksenova celui de la Tsarine Militrissa et Bogdan Volkov celui du Tsarévitch Gvidone. La grande partie de la distribution entendue à Bruxelles sera d’ailleurs à nouveau présente ici.

L’année lyrique comprendra également plusieurs récitals, entre Andrè Schuen, Lea Desandre, Pavol Breslik, Philippe SlyBenjamin Bernheim et Olga Peretyatko, ainsi que de nombreux autres rendez-vous.

Plus d’informations sur le site officiel de l’Opéra.

Elodie Martinez

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading