Décès d’Inge Borkh : une interprète s’éteint

Xl_inge

La soprano allemande (naturalisée suisse) Inge Borkh est décédée hier à Stuttgart selon la presse allemande, à l’âge de 97 ou 101 ans, selon les sources.

Née Ingeborg Simon un 26 mai, son jeu dramatique a su marquer nombre des héroïnes qu’elle a interprétées au cours de sa carrière, comme par exemple Elektra et Salome. Il faut rappeler que, bien qu’issue d’une famille de chanteurs, sa carrière a débuté en tant qu’actrice tout en s’entraînant à la danse. Elle débute le chant à Milan avant de faire ses débuts en 1940 à l'opéra de Lucerne. Très vite, elle quitte les œuvres légères pour un répertoire plus dramatique : après un début de carrière internationale à Munich et Berlin où elle chante notamment Pamina, puis Tosca ou le rôle de Leonora dans la Force du Destin et Le Trouvère, elle interprète Freia et Sieglinde dans L'Anneau du Nibelung à Bayreuth en 1952, puis Elektra au Festival de Salzbourg cinq ans plus tard, avant de se distinguer aussi en Turandot. Forte d'une capacité d'interprétation tant scénique que vocale, elle conquiert ensuite les plus grandes scènes internationales comme le Metropolitan de New York en 1958 dans le rôle de Salomé, mais stoppe sa carrière relativement tôt : après sept représentations d’Elektra en Italie, elle annonce son départ de la scène lyrique dès 1973 mais continue à se produire dans des rôles parlés ou encore en récitals. Elle fait finalement ses adieux à la scène en 1988 au Festival de Munich, mais son nom reste une référence, tout particulièrement dans le registre allemand qu’elle a su magnifier lors de ses interprétations et de ses enregistrements.

| Imprimer

Commentaires

Loading