Le Crépuscule des Dieux au MET (2012), par Robert Lepage - Götterdämmerung - MET 2012, by Robert Lepage

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar © Copyright all right reserved

Informations générales

Description

Le Crépuscule des Dieux est le dernier des quatre drames lyriques qui composent L'Anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen) de Richard Wagner, dont la première fut donnée à Bayreuth en août 1876.
En 2010, les deux premiers opéras de ce cycle, L’Or du Rhin et La Walkyrie, marquaient le coup d’envoi d’une nouvelle Tétralogie créée par le Metropolitan Opera. Avec cet ultime volet, la célèbre maison d’opéra new-yorkaise boucle la production wagnérienne « la plus ambitieuse qu’elle n’ait jamais donnée » et qui constitue incontestablement l’un des points d’orgue de sa saison 2012.

La Tétralogie de Wagner avait déjà été présentée il y a vingt ans par le Metropolitan. Mais pour cette saison 2011-2012, le directeur Robert Lepage signe une mise en scène qui entend bouleverser les codes de réalisation scénique, notamment par l’utilisation de nouvelles technologies, comme des projections 3D : « Ce travail nous emmène vers une nouvelle approche intéressante, celle d’une imagerie interactive avec les personnages de la scène. Ces effets 3D sont visibles de n’importe quel endroit de la salle car, quelle que soit l’orientation, la projection s’auto-corrige pour le confort du spectateur ».

Le Crépuscule des dieux diffère des autres opéras du Ring notamment par son évocation sociétale. Plus l’histoire progresse, plus elle se détache des dieux pour se rapprocher de l’humain. « Sur les quatre opéras, le Crépuscule est le seul qui a un coeur, souligne le scénographe québécois. Nous avons voulu des décors qui évoquent une rigidité dictatoriale. Cette esthétique pure du fascisme où l’homme doit faire le choix de s’’intégrer ou de rejeter le système. C’est finalement le thème récurrent du Ring et la seule façon d’être cohérent, c’est que les hommes se réconcilient avec eux-mêmes. En cela, la fin reste optimiste car malgré les catastrophes, les choses se reconstruisent sans fin ».

Pilier du MET, James Levine devait initialement diriger la production. Du fait de problème de santé, il laisse le pupitre au chef Fabio Luisi, mais évoque néanmoins la fougue de l’opéra wagnérien : « Demandez à n’importe quel directeur musical lequel des dix opéras de Wagner il préfère, et il vous répondra Le Crépuscule des Dieux dont la musique atteint des sommets d’émotion » témoigne le maître qui a reçu le Prix Culture de New-York en 2010. Un éventail de sentiments que Wagner, compositeur visionnaire, porte grâce à l’utilisation de « leitmotiv », des thèmes musicaux récurrents dévoilant au spectateur des indices sur l’action que le personnage va entreprendre ou sur ses émotions. 

En janvier et février 2012, Fabio Luisi sera entouré des plus grands chanteurs du répertoire wagnériens dont Gary Lehman dans le rôle-titre de Siegfrid et Deborah Voigt qui interprètera Brünnhilde.

On retrouvera Le Crépuscule des dieux, toujours au MET, dans le cadre des « Ring cycles 1, 2 et 3 », les 24 avril 2012 (Cycle 1), 3 mai (Cycle 2) et 12 mai (Cycle 3).

Retransmission en direct le Samedi 11 février dans les salles de cinéma du monde entier.

Donné en allemand, surtitré en allemand, anglais et espagnol.

Pour en savoir plus : programmation et billetterie sur le site officiel du Metropolitan opera de New-York.

Dates de représentations

27 janvier 2012 18:00:00

31 janvier 2012 18:00:00

03 février 2012 18:00:00

07 février 2012 18:00:00

11 février 2012 18:00:00

La distribution

Robert Lepage

James Levine

Deborah Voigt

Gary Lehman

Iain Paterson

Hans-Peter König

Waltraud Meier

Wendy Bryn Harmer

Eric Owens

Personnages de l'œuvre

Metteur en scène

Chef d'orchestre

Brünnhilde

Siegfried

Gunther

Hagen

Waltraute

Gutrune

Alberich

Commentaires

Loading