Galina Vichnevskaïa

Informations Biographie & roles Medias
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Nom :Vichnevskaïa
  • Prénom :Galina
  • Date de naissance :25/10/1926
  • Date de mort :11/12/2012
  • Nationalité :Russie, fédération de
  • Tessiture :Soprano

Biographie

Souvent surnommée « la Callas russe », Galina Vichnevskaïa a conquis le public en incarnant avec une force dramatique rarement égalée de grandes héroïnes du répertoire russe comme Tatiana dans Eugène Onéguine, ou Lisa dans La Dame de Pique, deux opéras de Tchaïkovski. La soprano russe a également triomphé en interprétant Natacha dans Guerre et Paix de Sergueï Prokofiev, et elle a durablement marqué le rôle de Katerina dans Lady Macbeth de Mtsensk, un ouvrage majeurde Dimitri Chostakovitch, un de ses amis les plus proches qui lui a dédié plusieurs de ses œuvres. Ainsi, c’est pour elle qu’il a écrit la partie de soprano de sa Quatorzième Symphonie. La vie de la chanteuse est aussi romanesque et flamboyante que celle de ses personnages fétiches, et les principaux événements qui l’ont émaillée ont donné naissance à un opéra, Galina signé du compositeur français Marcel Landovski. Cet ouvrage créé à Lyon en 1996 constitue un formidable hommage à celle qui fût aussi aux côtés de son mari le violoncelliste Mistislav Rostropovitch, un exemple de résistance aux multiples pressions dont fut victime le monde artistique sous le régime communiste. En 1978, le couple est déchu de la nationalité soviétique pour avoir critiqué le régime, et les deux artistes ne retrouveront leur pays natal qu’en 1990 après la chute du Mur de Berlin et l’effondrement politique de l’URSS.


Galina Vichnevskaïa ; © DR

Galina Vichnevskaïa est née le 25 octobre 1926 à Saint-Pétersbourg, qui s’appelait alors Léningrad. On imagine aisément quelles difficultés la jeune fille a dû affronter dès ses quatorze ans au moment où son pays fût envahi par l’Allemagne. Survivre au siège de Léningrad, un des épisodes les plus terribles de la Seconde Guerre Mondiale, était un exploit qui excluait de se consacrer sérieusement au chant ! L’apprentie chanteuse perd donc ses aigus, et finit par intégrer en 1944 une troupe de Théâtre d’opérette qui l’amène à se produire à travers un pays ruiné par les années de guerre. C’est la rencontre de Vera Garina, une ancienne chanteuse de quatre-vingt-trois ans, qui va changer le destin de Galina. Ce nouveau professeur lui permet de reprendre toute sa technique pour développer enfin une vraie voix d’opéra. En 1952, la jeune femme est admise au concours d’entrée du Bolchoï de Moscou où elle fait ses débuts en 1953 en Tatiana d’Eugène Onéguine. Galina Vichnevskaïa devient rapidement la soprano vedette du prestigieux Bolchoï où elle triomphera durant vingt-deux ans dans un répertoire très varié mais toujours chanté en russe comme le veut l’usage de l’époque.


Mistislav Rostropovitch ; © DR

En 1955, la soprano quitte l’URSS pour la première fois à l’occasion d’une tournée à Prague où elle rencontre Mstislav Rostropovitch qu’elle épouse peu de temps après. Elle obtient l’autorisation de se produire aux Etats-Unis en tournée avec l’Orchestre Symphonique d’Etat de l’URSS dès 1960, puis, l’année suivante, elle fait ses débuts au Metropolitan Opera de New-York. Elle y chante le rôle-titre d’Aïda de Verdi. Galina Vichnevskaïa triomphe ensuite à l’Opéra de Paris, au Covent Garden de Londres, et à la Scala de Milan. Mais cette liberté de se produire à « l’Ouest » s’accompagne de sérieuses brimades dès que la soprano rentre dans son pays. Ainsi son nom disparaît régulièrement des distributions comme pour minimiser l’importance d’une artiste dont la notoriété internationale devient par trop gênante. En 1962, les autorités lui refusent la permission de participer à la création mondiale du War Requiem de Benjamin Britten qui est pourtant un de ses plus chers amis. Elle sera seulement autorisée l’année suivante à chanter le War Requiem à Londres où elle l’enregistre pour DECCA avec le ténor Peter Pears et le baryton Dietrich Fischer-Dieskau.

En 1970, Rostropovitch publie une lettre ouverte dans laquelle il prend la défense d’Alexandre Soljenitsyne qu’il hébergeait dans sa datcha depuis 1968. La situation des époux Rostropovitch va devenir de plus en plus difficile et seule leur immense notoriété leur permet d’échapper au pire. Le 26 juillet 1974 Galina Vichnevskaïa quitte Moscou avec son mari et ses deux filles « pour deux ans de voyage à des fins artistiques ». Les deux artistes vont rapidement être déchus de leur nationalité pour avoir critiqué le régime, et ils ne reviendront que seize ans plus tard.


Affiche du film « Alexandra » ; © DR

La soprano russe mène une brillante carrière en Occident jusqu’en septembre 1982, date de ses adieux à la scène. Elle chante alors pour la dernière fois un de ses rôles favoris, Tatiana, et malgré ses 56 ans elle incarne avec une conviction confondante la jeune héroïne d’Eugène Onéguine de Tchaïkovski. En 1986, la cantatrice réalise sa première mise en scène à Monte-Carlo : La Fiancée du tsar de Rimski-Korsakov. Après son retour en Russie, elle fonde à Moscou une académie pour jeunes chanteurs en 2002, puis en 2006, un concours. Ces deux structures portent son nom. En 2007, l’année de la mort de son mari Mstislav Rostropovitch, on peut voir Galina au cinéma dans Alexandra, un film d’Alexandre Sokourov, où elle tient le premier rôle. Elle était déjà apparu à l’écran en 1965-1966 dans Katerina Izmaïlova un opéra de Chostakovitch tourné à Léningrad. Galina Vichnevskaïa s’éteint le 11 décembre 2012 dans sa datcha, près de Moscou. Elle laisse le souvenir d’une artiste exceptionnelle doublée d’une « actrice » au charisme envoûtant.

Catherine Duault

 

Répertoire

Interprété dans

Medias

Xl_vichnevska_a
Mode immersif

Commentaires

Loading